L' équipe type 4-4-2

Gardien
...

GardienLibéré du joug de Filip De Wilde, Daniel Zitka a démontré toute l'étendue de son talent avant de devoir céder la place, blessé, à Tristan Peersman, qui a prouvé qu'il valait, lui aussi, davantage qu'une place de substitut. DéfenseUn secteur qui a subi un apport de sang neuf par rapport à la saison passée avec les introductions respectives de Vincent Kompany d'abord, puis d' Anthony Vanden Borre aux côtés des valeurs sûres Hannu Tihinen et Olivier Deschacht. EntrejeuBesnik Hasi a profité des longues indisponibilités, pour cause de problèmes au genou, d' Yves Vanderhaeghe et Junior pour se faire une place au soleil dans les parages de Walter Baseggio, préféré à Pär Zetterberg comme dépositaire du jeu. AttaqueAruna Dindane, meilleur buteur et passeur du RSCA, a dû composer avec plusieurs partenaires différents : Ivica Mornar d'abord, puis Oleg Iachtchouk et, enfin, Nenad Jestrovic. Toujours avec succès, même si l'Ivoirien s'est essoufflé sur la fin. 8e journée Anderlecht perd ses deux premiers points de la saison, à domicile, contre le Club Brugeois (1-1). Il en perdra trois encore, un mois plus tard face au Standard, vainqueur 1-4 au Parc Astrid. 23e journée Après dix succès consécutifs en déplacement, le Sporting est tenu en échec pour la première fois à Westerlo (0-0). Au total, les Mauves ne perdront que neuf unités away. 31e journee Suite au partage du Club Brugeois à Mouscron, Anderlecht est assuré de son 27e titre de champion. Un Soulier d'Or et une désignation de Footballeur Pro de l'Année 2004 qui font suite à une première consécration sous la forme d'un Soulier d'Ebène il y a un an : l'Ivoirien a incontestablement passé la surmultipliée au cours de ce championnat. Malgré des rappels à l'ordre, le jeune Hollandais ne s'est toujours pas racheté une conduite au Parc Astrid. A tel point qu'il devra émigrer sous d'autres cieux. Reste à savoir si ce sera sur base locative ou définitive. A vaincre sans péril, Anderlecht triomphe-t-il sans gloire ? Pour moi, un champion ne manque jamais de mérite, dans la mesure où on ne s'improvise pas vainqueur après une épreuve de longue haleine. D'un bout à l'autre de la compétition, le Sporting a fait la course en tête. Par rapport à Bruges et au Standard, qui n'ont brillé que lors d'un seul volet, cette régularité-là aura été payante. Certains font la fine bouche, sous prétexte que nous n'avons pas suffisamment engrangé de points à l'occasion des matches au sommet. A l'analyse, c'est une demi-vérité car face à nos deux rivaux traditionnels, ainsi qu'aux quatrième et cinquième, Mouscron et Genk, nous avons pris au total 12 points sur 24. Seuls les Bleu et Noir ont fait mieux avec 14 unités mais, par rapport à nous, ils ont galvaudé trop de points face à des sans-grade. Et c'est là que les faux-pas sont interdits. Dans quels domaines le RSCA peut-il encore progresser ? En premier lieu, il sera important de conserver l'essentiel des forces vives afin de ne pas retomber dans les travers de 2001, quand nous avions payé un lourd tribut au départ de quatre valeurs sûres. Avec l'appoint de l'un ou l'autre renfort, nous devrions être en mesure d'être plus performants encore sur tous les tableaux et en particulier en Ligue des Champions où, pour passer l'hiver, nous devrons nous montrer davantage à la hauteur en déplacement.Désigné Entraîneur de l'Année 2004 par les joueurs de l'élite, Hugo Broos a goûté à une reconnaissance que trop de journalistes, à ses yeux, lui chicanaient. Il est vrai que ses options n'ont pas toujours fait l'unanimité, surtout à l'occasion d'un deuxième tour de championnat où les performances des Mauves n'ont pas été à l'aune d'un premier tour, mené tambour battant. Avec une récolte de plus de 80 % des points mis en jeu, le titre ainsi qu'une deuxième qualification de rang pour les préliminaires de la Ligue des Champions, le coach anderlechtois n'en a pas moins les chiffres en sa faveur, à défaut d'y avoir toujours ajouté la manière. Un bilan d'ensemble qui lui a valu la gratitude de ses dirigeants sous la forme d'un nouveau contrat jusqu'en 2006. Spectateurs: bonAvec 24.766 spectateurs de moyenne (parmi lesquels 19.693 abonnés), le RSCA reste le club le plus populaire. L'année passée, la moyenne était de 24.500, avec 18.578 abonnés. Ambiance: bonMeilleure à la fois dans les vestiaires et les gradins avec une communion de 10.000 fidèles lors du retour des joueurs au Parc Astrid, après le déplacement au Lierse. Spectacle: moyenDes grands moments en Ligue des Champions, au Parc Astrid, mais un manque d'éclat dans cette même arène lors d'un deuxième tour relativement mièvre en championnat. Finances: moyenMalgré un budget de 25 millions d'euros et la liquidation de deux gros contrats ( Gilles De Bilde et Ivica Mornar), le RSCA ne pourra pas se permettre de folie au plan des transferts en raison d'une enveloppe pécuniaire trop serrée. Adaptation: très bonUne réussite, tant au niveau des éléments transférés ( Christian Wilhelmsson et Pär Zetterberg, du moins lorsqu'il était sur le terrain) que de la classe biberon avec l'éclosion de Vincent Kompany et Anthony Vanden Borre.