Goor est-il indispensable ?

Bart Goor déclarait l'an dernier : " En début de saison, j'étais parfois gêné quand je croisais certaines personnes d'Anderlecht et que je pensais aux 2 millions que le club avait dépensés pour mon transfert ". Cette année, Goor alterne le bon et le moins bon. Et d'aucuns commencent à douter de son statut de titulaire tant chez les Mauves que chez les Diables.
...

Bart Goor déclarait l'an dernier : " En début de saison, j'étais parfois gêné quand je croisais certaines personnes d'Anderlecht et que je pensais aux 2 millions que le club avait dépensés pour mon transfert ". Cette année, Goor alterne le bon et le moins bon. Et d'aucuns commencent à douter de son statut de titulaire tant chez les Mauves que chez les Diables. Stéphane Pauwels : Le Goor de l'année dernière était encore correct. Mais dépenser deux millions pour un joueur belge de cet âge-là ( ndlr : il aura 34 ans le 9 avril) venant de Feyenoord était complètement absurde. Il aurait été plus judicieux de recruter un joueur tel que Moussa Dembele ou de ne pas laisser partir Maarten Martens. Au Sporting, on s'obstine à l'aligner à toutes les sauces. Un gars comme Tom Soetaers aurait quand même mieux fait l'affaire. De plus, ça va être difficile de reclasser Goor. Ce n'est sûrement pas un arrière gauche et il est incapable de jouer milieu défensif. Il aurait plus intérêt à déménager dans un club de seconde zone, comme l'a fait Yves Vanderhaeghe. Mais je ne veux pas trop critiquer l'homme car Goor est un mec bien et correct. Ce n'est pas un bandit. Je m'acharne surtout sur les gens qui persévèrent à le faire jouer. Si on se met à sa place, il est logique qu'il reste à Anderlecht car il est quasi certain qu'il jouera toutes les rencontres. Et même s'il est mauvais en équipe nationale, René Vandereycken a prouvé qu'il lui accordait toujours sa confiance. C'est le même topo avec Carl Hoefkens. Il est mauvais mais toujours sélectionné. Bref, rien n'est logique en Belgique ! Franchement, au Sporting, il y a des mecs qui pourraient facilement prendre la place de Goor. Jonathan Legear en est capable. C'est une des seuls joueurs belges qui a une belle qualité de centre. Même s'il est droitier, il peut faire très mal à gauche. Roland Lamah est un flanc gauche aussi. Il faudrait aussi penser à Gérard Lifondja. C'est un tout bon ! Quel gâchis au Sporting... Pourquoi ne pas les essayer. Ça ne peut pas être pire que Goor. Il n'est même pas nécessaire pour motiver le groupe. Il n'a pas l'envergure d'un leader, ce que Vanderhaeghe était. On imagine très mal un Ahmed Hassan écouter les consignes de Goor. Mais je répète : les entraîneurs qui l'alignent sont les seuls responsables ! La saison dernière, Mario Espartero avait déjà des problèmes avec le Brussels et se confiait à nous : " Je suis le Loup dans la bergerie. Du coup la cohabitation est difficile. Par moments, j'aimerais pousser à la révolte. Mais les gars, manifestement, n'ont pas le même tempérament que moi. Ce sont des béni-oui-oui. (...) Le président m'a inclus sur sa liste noire ". La situation du joueur a empiré. Il ne joue pas au Brussels et est dans le noyau B. Stéphane Pauwels : C'est une drôle d'histoire. C'est un joueur qui a du talent. C'est en quelque sorte le fils d' Albert Cartier qui l'a fait venir au Brussels. Il a été décrié mais n'a jamais été inculpé ni suspendu dans l'affaire des matches truqués. On a entendu qu'il était parti du Brussels et ensuite qu'il était revenu. On ne sait pas trop ce qui se passe. Pourquoi alors conserver ce joueur s'il n'est plus désiré ? Ce n'est certainement pas Cartier qui l'a mis sur la touche. Je soupçonne plutôt Johan Vermeersch. Il a prétendu qu'il ne souhaitait pas d'oiseaux de mauvais augure dans son noyau. Mais c'est son interprétation ! C'est un leader au milieu de terrain. Un mec qui peut pousser une gueulante quand c'est nécessaire. De plus, il est très fort sur les phases arrêtées et joue toujours vers l'avant. Ça m'étonne donc qu'il ne joue pas. Avec lui dans l'équipe, le Brussels aurait engrangé un peu plus de points. Cette situation s'apparente un peu à celle de Michaël Cordier. Est-ce réellement Cartier qui souhaite aligner Patrick Nys ? " Pour moi, le collectif passe avant tout ", affirmait Milan Rapaic en mars 2006 à SFM. Il réalisait une excellente saison et était titulaire indiscutable au sein du système du Standard. Cette année, sa situation est un peu différente. Michel Preud'homme l'aligne quand il a besoin de lui. Et Rapaic ne rouspète pas. Stéphane Pauwels : Le Standard tourne bien sans lui. Mais c'est un gars qui est toujours international. A l'instar d' Ali Lukunku, chaque fois qu'il est aligné, il remplit parfaitement son rôle. Il a vraiment changé et en bien ! On se souvient qu'il était parti à un moment en Croatie pour d'obscures raisons. Lorsqu'il est revenu, c'était presque un autre homme. Il est devenu très positif. C'est bien pour le vestiaire d'avoir un gars comme lui. Il parle beaucoup avec les jeunes. Je suis persuadé qu'il a aidé Milan Jovanovic à réussir. Mais Rapaic reste la plus belle patte gauche de notre championnat. J'ai entendu qu'avec la Croatie, il avait réalisé une très bonne rencontre face à l'Angleterre. Sa mentalité de star sur le retour a véritablement disparu. Il a compris qu'il n'était pas toujours indispensable. Preud'homme a donc su trouver les mots pour le lui expliquer. Je ne pense pas que Dominique D'Onofrio y serait parvenu. Non pas qu'il soit un mauvais communicateur, mais plutôt parce que Preud'homme a un grand passé footballistique. Le respect s'est donc plus facilement installé. C'est un très bon coach ! La réussite de Lukunku en est la preuve. Il a ramené sept points à son club. A la question : " Un gardien doit-il faire peur aux attaquants ?", Stijn Stijnen répondait : " En tout cas, il doit avoir une certaine aura et de la maturité. Ainsi je prête beaucoup d'attention à ma tenue. Quand je vois certains gardiens dans leur cage, en manches courtes... C'est du show. Mon maillot doit être rouge, le short et les bas noirs. Toujours les mêmes, sans fioritures ". Au niveau de son aura, on ne peut s'empêcher de le comparer à Logan Bailly, qui lui fait vraiment peur aux attaquants. On peut aussi douter de sa maturité au vu de ses récentes déclarations à l'égard de Cristiano Ronaldo. Stéphane Pauwels : Le fait qu'il soit encore sélectionné et aligné en équipe nationale ne constitue plus une preuve de chance mais bien un total manque de respect vis-à-vis de gardiens tels que Silvio Proto et Bailly. Stijnen est un bon gardien pour des clubs tels que le GBA, Saint-Trond ou encore Mouscron. Il ne joue bien que lorsque son équipe joue bien. Quand Bruges était dans la merde ( sic), il n'a pas fait gagner un seul point à sa formation. C'est en partie à cause de lui que Bruges ne réalise pas une bonne saison. Proto, lui, reste le gardien le plus talentueux de Belgique. Bailly a un charisme incroyable. Mais les déclarations de Stijnen ne m'étonnent pas. Il ferait mieux de se taire et de se concentrer sur son jeu. Mais il fait souvent de telles déclarations. C'est un mec qui n'a aucune humilité. Il ne va jamais dire qu'il a commis une bourde. Depuis qu'il a réalisé un grand match en Ligue des Champions face à la Juventus et qu'il a été contacté par des managers italiens, il s'est complètement emballé ! Toute sa carrière est basée sur cette rencontre. Il ne rassure pas sa défense et il a un ego surdimensionné. Quantin Durieux évoluait à La Louvière et expliquait qu'il avait dû arrêter ses études un an auparavant pour se consacrer au foot. Il avait réalisé de bonnes prestations avec Les Loups et beaucoup s'accordaient à dire qu'il montait en puissance. Mais depuis qu'il a été transféré au Brussels, on n'entend presque plus parler de lui. Stéphane Pauwels : Je suis bien placé pour en parler car c'est moi qui lui ait donné son premier contrat pro. C'est un gars intelligent et qui a du talent. Il a joué à Chimay et n'a donc pas été formé dans un grand club. Il a sauté des étapes en réalité. Il n'a pas eu une véritable formation au niveau de la musculation. C'est la raison pour laquelle il est souvent blessé. Mais il ne faut pas l'enterrer car c'est un bon joueur et il a du caractère. Il ne doit pas être surchargé. Son véritable poste, c'est arrière droit. Il est tombé, tant à La Louvière qu'au Brussels, dans un club qui avait absolument besoin de lui. Résultat : surcharge de travail et blessures à répétition... par tim baete - dessins de pad'r