Les jeunes comme Colpaert ont raison de profiter du système

Peu avant de s'occasionner une fracture de la jambe qui l'empêchera de disputer l'Euro Espoirs, Steve Colpaert précisait qu'il n'avait toujours pas resigné au Brussels. Il a ensuite eu des problèmes relationnels avec Johan Vermeersch parce qu'il avait déclaré dans la presse qu'il ne se sentait pas soutenu par le club durant sa revalidation. Et pour cela, il a été viré. Il vient de signer à Zulte Waregem.
...

Peu avant de s'occasionner une fracture de la jambe qui l'empêchera de disputer l'Euro Espoirs, Steve Colpaert précisait qu'il n'avait toujours pas resigné au Brussels. Il a ensuite eu des problèmes relationnels avec Johan Vermeersch parce qu'il avait déclaré dans la presse qu'il ne se sentait pas soutenu par le club durant sa revalidation. Et pour cela, il a été viré. Il vient de signer à Zulte Waregem. Marc Delire : C'est un peu la même situation que Daerden. C'est un joueur que l'on a plébiscité. Et ce, à juste tire. C'est un excellent élément. Il est jeune et a déjà un certain parcours. Mais comme Koen, il subit un coup d'arrêt. Le grand public critique souvent les footballeurs en considérant qu'ils gagnent beaucoup trop d'argent. C'est souvent des gens jaloux qui tiennent de tels propos. Des personnes qui ont, sans doute, essayé de faire ce qu'ils font. Moi, je voulais être footballeur pro, mais je me suis vite rendu compte que je n'en avais pas les moyens. Il ne faut pas croire non plus qu'être footballeur, c'est gai tous les jours. Quand tout va bien, c'est idyllique mais quand t'es blessé, c'est vraiment la merde ! Jonathan Legear vit aussi une sale période pour l'instant. Il y a quelques mois, il était au top et on l'encensait. Maintenant, depuis l'arrivée de Guillaume Gillet, il ne joue presque plus. Il ne faut donc pas reprocher à de jeunes joueurs de bien gagner leur vie. Dans le foot, il faut pouvoir et savoir profiter du système. Si ces jeunes ont l'occasion de gagner un million par un an tant mieux pour eux ! Des joueurs tels que Steven Defour ou Gillet font des étincelles. Alors pourquoi pas ? Ils méritent ce qu'ils gagnent. Il est vrai qu'en Belgique, vu le niveau de championnat, on a tendance à vite s'emballer à propos du niveau d'un joueur alors qu'il n'a encore rien montré. Cela dit, je pense que des gamins tels que Marouane Fellaini ou Gillet sont d'incroyables joueurs. Les gens critiquent aussi les jeunes sans connaître le foot. Et le Belge aime bien ce qui est dans la norme. Si quelqu'un est ambitieux, il passe vite pour orgueilleux. Il faut donc que l'on arrête de jalouser ces types qui réussissent et qui, pour certains, vivent parfois des moments difficiles. Moi, je préfère les saluer ! Quant à la question de savoir pourquoi certains jeunes ne percent pas, je ne peux y répondre. Il y a de temps en temps des entraîneurs incapables de comprendre comment des types de 20 ans fonctionnent. Pour les appréhender, il faut avoir été dans leur situation. C'est la raison pour laquelle Michel Preud'homme réussit tellement bien avec ses jeunes. Il a vécu la même situation. On dit aussi que Frankie Vercauteren a eu tort de laisser partir Vadis Odjidja et Anthony Vanden Borre mais ils ne réussissent pas à l'étranger. Tout allait pour le mieux pour Hugo Broos et pour Genk, qui jouait bien et ce, avec presque onze joueurs belges. Depuis, tout a changé dans ce club où la politique de continuité ne s'est pas révélée payante. Broos a été viré et les résultats ne suivent toujours pas...Marc Delire : Gonzague Vandooren a déclaré récemment que Broos est un excellent entraîneur quand tout fonctionne mais que dès qu'un grain de sable vient enrayer la machine, tout s'écroule. On ne peut pas dire non plus qu'il soit un mauvais coach. Il a un palmarès à faire pâlir bon nombre de collègues. Tu peux avoir de la chance, mais pas sur plusieurs saisons. Il est clair qu'en temps de crise, il peut éprouver quelques difficultés. Il a des défauts comme tout le monde. En revanche, il est, par exemple, capable de mettre très rapidement une équipe sur pied. On l'a vu l'an passé, avec tous les Belges. Il n'est pas le seul responsable de l'échec de Genk. Ce n'est pas lui qui a demandé à certains joueurs de partir ou de se blesser. Je le vois rebondir rapidement. Avec son expérience, il en est capable. Dans le foot, il ne faut jamais se fier aux apparences. On pensait que Genk travaillerait dans la continuité et qu'il y aurait une Wengerisation mais il n'en a rien été ! Quand tout va mal, les dirigeants perdent vite les pédales. Il faut parfois un peu plus de patience. Est-ce que la nomination d'un directeur technique est vraiment la solution à ce genre de problèmes ? Je ne pense pas. C'est un poste où tu ne prends pas énormément de risques. Ou alors tu en prends et tu les assumes - comme Degryse. Mais c'est très rare. Je ne crois pas vraiment au chevalier blanc qui apporterait toutes les solutions sportives. Au final, je pense que c'est une fonction qui ne sert à rien. Il faut privilégier les relations directes, entre les dirigeants et l'entraîneur. Ce n'est pas sain qu'il y ait un rouage entre les deux. Je me demande aussi ce que fait un directeur technique de ses journées. Je ne comprends pas ce rôle... L'an passé, Koen Daerden nous parlait de ses problèmes d'adaptation et des difficultés éprouvées par le Club Bruges. Actuellement, on n'entend vraiment plus parler de lui alors qu'il y a deux ans, on lui prédisait un avenir beaucoup plus radieux. Marc Delire : C'est un des exemples les plus malheureux d'échec à Bruges. Dans un autre registre, il y a aussi eu Marc Degryse. Ce dernier a joué de malchance et n'a rencontré que des problèmes. Il a aussi été jugé sur les transferts qu'il a effectués et une chose est sûre : celui de Daerden n'a pas constitué une réussite. Surtout qu'il a coûté 4 millions d'euros. J'ai le sentiment qu'il ne valait pas autant d'argent. Il n'est pas coupable de cela mais la pression a cependant vite augmenté. Le public attendait énormément de lui. Et il n'a pas supporté cette pression. Dommage... A l'époque, je l'ai vu jouer et on sentait vraiment qu'il avait une chape de béton sur la tête. Alors qu'à Genk, il ondulait, il virevoltait sur son flanc. Comme Axel Witsel pour l'instant. Il a aussi joué de malchance parce qu'il a été gravement blessé. En espérant évidemment qu'il revienne... Silvio Proto est actuellement blessé : encore une future star déchue... L'an passé, le gardien évoquait la possibilité manquée d'un transfert à Charleroi. Depuis un petit temps, il est bloqué à Anderlecht où il ne joue qu'en Coupe. Partira-t-il ou le Sporting souhaitera-t-il monnayer Daniel Zitka ?Marc Delire : Ce que je vais dire n'a rien de raciste ou de xénophobe. Je trouve qu'à valeur égale, on devrait aligner le joueur belge. Au-delà du joueur ou de l'équipe, c'est tout le football belge qui en profiterait. En plus, les jeunes comme les vieux préfèrent voir évoluer des Belges dans leur équipe favorite. Il faut absolument que l'Union Belge impose un quota de joueurs belges, non seulement sur la feuille de match mais aussi sur le terrain. Il faut faire jouer nos jeunes. Le talent fourmille partout. Il n'y en a pas qu'au Standard. Proto doit être le gardien numéro un d'Anderlecht. Je n'ai rien contre Zitka. C'est un gars très sympa. Au mercato, Silvio aurait dû partir, comme Cyril Théréau. Et ce, malgré le fait que je sois contre les marchés hivernaux. Il doit, lui aussi, pouvoir, profiter du système. On va voir maintenant s'il va revenir, si c'est un type qui en a et s'il a vraiment envie d'encore jouer. Parce que je connais des joueurs qui n'en ont rien à caler, à condition de toucher leur salaire en fin de mois. Et j'espère de tout c£ur que ce n'est pas son cas. Attention, il y a un gardien de trop à Anderlecht, Davy Schollen étant toujours présent. Un gardien a besoin de stress, de pression ! Je vendrais Zitka. Anderlecht ne prendrait aucun risque en agissant de la sorte. Au contraire du Standard qui a levé l'option sur Aragon Espinoza.interview de tim baete-dessins de pad'r