Anderlecht : trop d'ego tue le collectif

Marc Delire : " Aujourd'hui encore le plus gros problème d'Anderlecht, c'est son axe central. Si Pareja démontre des qualités évidentes, Juhasz, mis à part son apport sur phases arrêtées, n'a pas encore prouvé qu'il a la pointure pour Anderlecht. Le duo Tihinen- Kompany n'a jamais été remplacé. Personne n'est capable de diriger, de regarder plus haut que les autres. Sur les flancs, Wasilewski à droite, et Deschacht à gauche, tiennent la route. Plus haut dans le jeu, les qualités y sont également. Et pourtant, la sauce n'a jamais pris. Par moment, Vercauteren pouvait aligner une équipe bien balancée et offensive sur papier, mais ça ne se traduisait pas sur le terrain. D'où ces perpétuels changements. Je me demande s'il ne faudrait pas mieux gérer l'ego de certains joueurs, les mettre en phase avec leurs responsabilités. Ne me dites pas que pour le championnat de Belgique, les qualités intrinsèques ne sont pas présentes ! Au contraire de Mathijssen, qui n'hésite pas à critiquer ses joueurs dans la presse (rappelez-vous Sterchele a...

Marc Delire : " Aujourd'hui encore le plus gros problème d'Anderlecht, c'est son axe central. Si Pareja démontre des qualités évidentes, Juhasz, mis à part son apport sur phases arrêtées, n'a pas encore prouvé qu'il a la pointure pour Anderlecht. Le duo Tihinen- Kompany n'a jamais été remplacé. Personne n'est capable de diriger, de regarder plus haut que les autres. Sur les flancs, Wasilewski à droite, et Deschacht à gauche, tiennent la route. Plus haut dans le jeu, les qualités y sont également. Et pourtant, la sauce n'a jamais pris. Par moment, Vercauteren pouvait aligner une équipe bien balancée et offensive sur papier, mais ça ne se traduisait pas sur le terrain. D'où ces perpétuels changements. Je me demande s'il ne faudrait pas mieux gérer l'ego de certains joueurs, les mettre en phase avec leurs responsabilités. Ne me dites pas que pour le championnat de Belgique, les qualités intrinsèques ne sont pas présentes ! Au contraire de Mathijssen, qui n'hésite pas à critiquer ses joueurs dans la presse (rappelez-vous Sterchele après le Standard), Vercauteren les a toujours protégés. Quelle est la bonne méthode ? En tout cas, c'est Bruges qui est en tête. Maintenant que Vercauteren n'est plus en place, laissons aussi le temps à Ariel Jacobs avant de le juger. On dit qu'il manque de charisme, qu'il n'a pas la stature pour ce club, etc. Mais s'il accumule les victoires, chacun reverra son jugement. Pour avoir passé un mois en Malaisie en sa compagnie lors de la Coupe du Monde des -21 ans, je peux affirmer que c'est quelqu'un d'une honnêteté irréprochable. Humainement, il me fait penser à Paul Van Himst. Un conseil : qu'il n'essaye pas de calquer son style celui de Leekens, par exemple. Qu'il reste comme il est ". Marc Delire : " Ce qui est frappant avec ce joueur, c'est qu'il donne l'impression d'être au Standard depuis des lustres. Aujourd'hui, il me semble évident que sa meilleure place est derrière les deux attaquants et surtout proche d'eux. Il fait partie de ces rares types en Belgique à avoir ce petit truc en plus pour faire basculer un match. C'est un vrai meneur de jeu qui a une intelligence supérieure propre à ce genre de joueur. Le plus gros danger, c'est qu'il se mette trop de pression. Qu'il se dise : - Je dois faire tourner la baraque. Chacun son rôle. Defour doit aller de l'avant, continuer à dribbler. Ne pas trop redescendre, ne pas s'éparpiller, comme on a pu le voir face à Mons, par exemple. Je suis son premier supporter comme je le suis de gars comme Hassan, des gars qui nous offrent du spectacle. Le futur Soulier d'Or ? Pour moi, il peut le devenir. Il n'y a pas d'âge pour ça, même s'il n'a pas encore 20 ans. Il va encore progresser et développer ce mélange de beauté et d'efficacité ". Marc Delire : " La carrière de Sterchele a suivi une gradation impeccable. Mais l'écart entre Bruges et le GBA est plus important qu'entre le club anversois et Charleroi. Ceci explique pour beaucoup les difficultés qu'il a rencontrées en début de saison. D'autant que les rumeurs ont accompagné cette baisse de forme : - Il ne se soigne pas comme il faut, il sort,il s'achète de grosses bagnoles, etc. Comme on dit, on ne prête qu'aux riches... Autre élément de réponse : c'est l'arrivée de Sonck qui l'a propulsé sur le côté. Ce sont deux joueurs du même type, qui n'ont qu'un but : claquer des goals. Maintenant, qu'il est déporté sur l'aile, Sterchele doit rallonger les courses pour se retrouver dans sa surface de prédilection les 16 mètres. C'est là qu'il se sent bien quand il peut y roder. Dans un 4-3-3, on ne tire pas le meilleur de lui. Sa force, c'est son inconscience, sa roublardise (parfois énervante) et ce feeling qu'il a pour partir au bon moment, se trouver à la bonne place. Une sorte de version belge de Pippo Inzaghi : le joueur pas spécialement costaud, qui n'a pas une grosse frappe, mais qui les met au fond. Maintenant, il n'a pas intérêt à se planter car s'il veut réaliser son rêve, à savoir l'étranger, il doit réussir à Bruges. Au-delà de l'aspect sportif, j'apprécie sa franchise, son naturel. Il n'est pas du genre à chercher les faux-fuyants. Dernièrement, il répondait à une de nos questions en admettant ne pas être à 100 %. C'est plutôt rare ". Marc Delire : " Pour moi, il reste indiscutable chez les Diables même s'il joue rarement avec le Bayern. C'est une pièce centrale du noyau qui, pourtant, ne sera jamais un leader. Il a besoin d'avoir quelqu'un à ses côtés, quelqu'un qui joue au patron. Comme du temps de Marseille avec Leb£uf où il multipliait les grosses prestations. On sous-estime les qualités de Van Buyten. Pourtant, à côté de son physique de déménageur, il est capable de jolis gestes techniques. Ce n'est pas le même style que Kompany mais c'est un autre niveau que d'autres arrières centraux comme Clement ou Valgaeren. On lui a fait porter le fardeau de plusieurs défaites des Diables, comme face à la Pologne à l'aller ou au Portugal, mais, il faut se rappeler qui jouait à côté de lui... En Pologne, le duo Kompany-Van Buyten a été excellent. Van Buyten était à côté d'un excellent joueur. D'ailleurs, c'est sur cette paire qu'il faut tabler concernant l'avenir des Diables ".par thomas bricmont-dessins de pad'r