Laquait est déçu mais il le cache !

Il y a un an, Bertrand Laquait quittait notre championnat et signait au Recreativo Huelva. Il déclarait : " Pour partir de Charleroi, il me fallait un club qui pouvait me faire progresser. La Liga peut y parvenir. Mais si je devais revenir, ce ne serait pas un échec ". Le Français n'a passé qu'une saison en Espagne. Pour un pro, un retour est toujours un échec. Et ce retour pose aussi la question du niveau de notre championnat. Laquait est l'un des meilleurs portiers de notre compétition et n'a pas réussi à faire son trou en Espagne. Inquiétant ?
...

Il y a un an, Bertrand Laquait quittait notre championnat et signait au Recreativo Huelva. Il déclarait : " Pour partir de Charleroi, il me fallait un club qui pouvait me faire progresser. La Liga peut y parvenir. Mais si je devais revenir, ce ne serait pas un échec ". Le Français n'a passé qu'une saison en Espagne. Pour un pro, un retour est toujours un échec. Et ce retour pose aussi la question du niveau de notre championnat. Laquait est l'un des meilleurs portiers de notre compétition et n'a pas réussi à faire son trou en Espagne. Inquiétant ?Stéphane Pauwels : Laquait a réalisé une saison fabuleuse il y a deux ans. Il était au sommet de sa carrière. C'est aussi un gars qui avant d'arriver en Belgique, n'avait pas beaucoup joué en France. Une opportunité s'est présentée à lui et il a bien fait de partir. Sa stratégie actuelle est de faire un pas en arrière et je pense qu'il est prêt à rester à Charleroi pour encore quelques saisons. Mais il souhaite des garanties. Peu des meilleurs éléments de notre championnat ont réussi à l'étranger. Oguchi Onyewu et Jaja Coelho en sont les parfaits exemples. Ça dit ce que ça veut dire ! Ils n'ont pas le niveau. Cependant pour Laquait, c'est un peu différent. Il a été transféré pour être un numéro 2 et non un titulaire. Il a fait des bons matches avec Huelva. Cela reste une grosse déception pour lui-même s'il la cache. En Espagne, il avait un bon salaire et une belle qualité de vie. Un retour est toujours dur à avaler. Mais ce mec est un vrai pro et cette déception n'influence en rien ses prestations. La saison dernière, on parlait déjà énormément de Faris Haroun et on rappelait qu'il avait déjà été promis à un bel avenir trois ans auparavant. Mais le médian de Genk était en proie à un passage à vide et tardait à confirmer. Son salaire faisait aussi des envieux dans le vestiaire. En début de saison, il a menacé de quitter Genk s'il ne jouait pas plus. Va-t-il enfin percer définitivement ?Stéphane Pauwels : C'est René Vandereycken et Ariel Jacobs qui lui avaient donné son gros salaire à Genk : on ne peut donc pas en vouloir à Haroun. Il a pris ce que l'on lui donnait. Il faut appeler un chat un chat. Evidemment, avoir le plus gros salaire, ça suscite la polémique. Et quand il ne joue pas, Genk n'a pas le même visage. Il n'est toujours pas titulaire indiscutable mais ça va changer. Ce joueur est doté d'une forte personnalité. C'est aussi un gars très intelligent qui sait ce qu'il veut. En début de saison, il voulait plus jouer et l'a crié haut et fort. Mais il lui manque ce côté grande gueule sur le terrain. Je pense qu'à un moment, il va devoir se résoudre à quitter Genk. Il est sélectionné par Vandereycken alors qu'il ne joue pas tous les matches avec son club. On peut y voir un rapport avec le cas Kevin Vandenbergh. Il n'était jamais titulaire l'an passé mais toujours Diable Rouge. C'est la frustration de René qui remonte à chaque fois. Il n'a toujours pas accepté d'avoir été limogé par le club limbourgeois. Haroun peut réussir dans un championnat plus huppé. Mais il ne faut pas surévaluer tous les joueurs de cette fameuse équipe Espoirs. A l'Euro aux Pays-Bas, elle n'a gagné qu'une seule fois ! C'est donc un bilan mitigé pour cette compétition. Actuellement, Jean-François de Sart se bat avec la nouvelle génération pour continuer à engranger de bons résultats. J'ai également un peu peur que l'on brûle Haroun. Il ne faut pas le mettre à toutes les sauces comme on l'a fait avec Vincent Kompany et comme on est en train de le faire avec Axel Witsel et Jonathan Legear. Ce dernier est encore trop court physiquement pour jouer toutes les rencontres. Ces garçons sont encore en plein développement. Il faut faire gaffe ! Kompany est presque toujours blessé. La saison dernière, les dirigeants carolos n'avaient de cesse de louer Fabien Camus. Selon eux, tous les grands clubs européens étaient intéressés. Un intérêt français était effectivement présent mais les Bayat exagéraient tout de même. Résultat : Camus est toujours au Sporting. Le Français a dû faire face à une certaine pression et ses prestations en ont pris un coup. Stéphane Pauwels : Camus jouait encore récemment en CFA. Il est parvenu à s'imposer à Charleroi et ses prestations lui ont valu des louanges. Avec lui, on a frôlé un cas Théréau. Charleroi aurait peut-être pu le vendre très cher mais cela lui aurait fait plus de tort que de bien. Quelques clubs le suivaient mais pas toute l'Europe. Monaco ne l'a jamais suivi. On a d'ailleurs dû faire un démenti. Avec toute cette pression, le Français était persuadé qu'il allait partir. Ce n'est pas étonnant qu'il ait eu un peu de mal à trouver ses marques en début de saison. Une chose est sûre : Camus est un bon joueur. Il a le potentiel pour jouer un peu plus haut. Mais les joueurs qui partent de France n'y reviennent pas. La seule exception est peut-être Grégory Pujol. Il joue ses matches avec Valenciennes. Mais si des gars partent de la France pour la Belgique, c'est qu'ils n'ont tout simplement pas le niveau pour y évoluer. Benjamin Nicaise est aussi un bon joueur mais personne ne va venir le chercher. Camus a encaissé une pression monstre à cause de ses dirigeants et s'il ne quitte pas bientôt les Zèbres, son moral va encore être plus bas. Et il faut arrêter de dire qu'il est suivi par le PSG. C'est des couilles ! La saison passée, Sport/Foot Magazine s'intéressait à l'intégration de Steven Defour au Standard. Du haut de ses 18 ans, il commençait à prouver tout le bien que l'on pensait de lui. Mais de là à devenir le leader incontestable des Rouches en un an de temps... Avec le départ de Sergio Conceiçao, les Standardmen pensaient qu'ils allaient enfin pouvoir privilégier le collectif. Mais Defour est tout aussi indispensable que le Portugais. Stéphane Pauwels: Defour a une grosse personnalité. Il a aussi une intelligence de jeu et beaucoup de caractère. Il ne faut pas que tout le jeu du Standard repose sur ses épaules mais il faut se rendre à l'évidence : il est devenu indispensable et commence à en faire trop. Il court trop, perd sa qualité d'infiltreur et sa dernière passe est moins bonne. Le Standard doit absolument changer son fusil d'épaule. Sinon le club éprouvera des difficultés à se maintenir en haut de classement. On observe aussi cela à Anderlecht avec Nicolas Frutos. Quand l'Argentin n'est pas là, le Sporting n'est plus que l'ombre de lui-même. En plus, Defour est capitaine. Il m'épate vraiment ce petit ! Il a une maturité que presque aucun ket de son âge n'a. Il finira dans un grand club, c'est certain ! Mais il doit rester encore une saison à Sclessin. Après, il s'envolera ! recueilli par tim baete - dessins de pad'r