La mascarade du Lierse

Stéphane Pauwels : Notre système de licence est vraiment archaïque ! Le Lierse était surendetté et presque tout le monde le savait. Si on redonne la possibilité à un tel club d'exister encore une saison, il ne faut pas s'étonner... On a récemment appris que le club a trois millions d'euros de dettes. Elles ne datent sûrement pas toutes de cette année. Elles sont le résultat d'une accumulation. Heureusement que l'on va devoir désormais respecter les normes UEFA ! Notre système va donc vraisemblablement évoluer. Ça devrait donc se passer comme en France avec la DNCG - direction nationale de contrôle de gestion. Les clubs devront chaque mois présenter leurs comptes qui seront contrôlés. C'est un excellent système ! Il ne faut pas jouer les riches quand on n'a pas le sou, comme dirait Jacques Brel. De plus, il y avait même des clubs qui s'arrangeaient avec leurs assureurs pour obtenir une fausse preuve de payement avant les contrôles. Ils promettaient de payer l'assurance avec les droits TV qu'ils allaient toucher. Mais cet argent était utilisé pour verser les salaires. Donc au final, les clubs se retrouvaient toujours avec plus de dettes. J'espère...

Stéphane Pauwels : Notre système de licence est vraiment archaïque ! Le Lierse était surendetté et presque tout le monde le savait. Si on redonne la possibilité à un tel club d'exister encore une saison, il ne faut pas s'étonner... On a récemment appris que le club a trois millions d'euros de dettes. Elles ne datent sûrement pas toutes de cette année. Elles sont le résultat d'une accumulation. Heureusement que l'on va devoir désormais respecter les normes UEFA ! Notre système va donc vraisemblablement évoluer. Ça devrait donc se passer comme en France avec la DNCG - direction nationale de contrôle de gestion. Les clubs devront chaque mois présenter leurs comptes qui seront contrôlés. C'est un excellent système ! Il ne faut pas jouer les riches quand on n'a pas le sou, comme dirait Jacques Brel. De plus, il y avait même des clubs qui s'arrangeaient avec leurs assureurs pour obtenir une fausse preuve de payement avant les contrôles. Ils promettaient de payer l'assurance avec les droits TV qu'ils allaient toucher. Mais cet argent était utilisé pour verser les salaires. Donc au final, les clubs se retrouvaient toujours avec plus de dettes. J'espère que ça va changer ! Pour ce qui est du Lierse et des matches truqués, ça ne sert à rien d'en parler à nouveau. La façon dont l'affaire a été gérée par l'Union Belge est vraiment une mascarade. Dorénavant, il faut octroyer les licences aux clubs capables de s'en sortir. Ils devront montrer patte blanche beaucoup plus souvent. En France, la DNCG est composée d'experts et de comptables. Désormais, on aura les moyens de pouvoir dire non. En rétrospective, il est quand même impensable d'avoir donné la licence au Lierse. Ce club aurait mieux fait de se reconstruire comme Malines l'a fait. Descendre en D3 et assainir la situation. Le Lierse va maintenant évoluer en D2 et on verra s'il parviendra à redresser la barre. Beveren a aussi les mêmes problèmes. On ne peut se permettre de compter de tels clubs en D1. Car plus les clubs sont malades, plus le niveau baisse. Je pense que Dender et Malines, c'est mieux. Ce sont des clubs qui peuvent se reposer sur de solides bases financières. Eux, ça ne va pas être de l'improvisation. Le Lierse c'était : - Allez on va essayer !Stéphane Pauwels : L'Union Belge, c'est la plus grande catastrophe du foot belge. Vanden Stock et Preud'homme faisaient partie des seules personnalités aptes à pouvoir faire bouger les choses. Allez honnêtement, actuellement notre fédération, c'est une blague. On n'a aucune crédibilité sur le plan international avec notre président François De Keersmaecker. Preud'homme, c'est quelqu'un de moderne et dynamique. Une grande partie du monde politique et de la Division 1 le soutenait. Mais une partie des clubs flamands étaient contre ! Dommage... Je veux bien que l'on se focalise sur les Espoirs mais je ne pense pas que ce soit la bonne solution. On se dit : -Regardez, on n'est pas si nuls chez les jeunes et en plus, on a un arbitre qui a officié à la Coupe du Monde ! Quelle image, s'il vous plaît ! C'est l'arbre qui cache la forêt. On a une très bonne génération, c'est clair mais il ne faut pas se contenter de cela. Il faut que Jean-François de Sart continue son travail en paix. J'ai trouvé scandaleux que l'on commence à sélectionner des Espoirs et à les aligner face au Portugal et à la Finlande. C'était vraiment lui mettre des bâtons dans les roues. Du grand n'importe quoi ! Stéphane Pauwels : Ils ont essayé d'exploiter cette filière et cela a plutôt bien fonctionné. Il faut préciser que pour la plupart, c'était des gars libres et donc gratuits. Evidemment, on peut prendre en considération le taux d'échec mais ce n'est pas le plus important. Les filières, c'est en quelque sorte un phénomène de mode. A Anderlecht, c'est la filière argentine et contrairement au Standard, cela a coûté très cher ! Les transferts étaient pour la plupart des réussites mais le Sporting a dû débourser des millions. Le Standard n'a lui pas connu une telle réussite pour tous ses transferts mais les joueurs lui ont coûté zéro balle ! Et il y a eu des bonnes pioches ! Par contre, je pense que la mode va continuer à Sclessin. Luciano D'Onofrio et Preud'homme ont encore leurs entrées au Portugal. Et c'est vrai qu'il y a là-bas énormément de joueurs de qualité. Stéphane Pauwels : Le Standard a décidé que ce joueur ne fait plus partie de ses priorités. C'est vrai que l'éclosion des jeunes y est pour quelque chose. Les dirigeants ont du choix et il est normal qu'ils décident de ne pas augmenter le salaire de Geraerts. C'est la loi du sport pro. Mais je ne fais aucun souci pour le joueur : il est libre et trouvera aisément un nouvel employeur. C'est juste un peu dommage qu'il n'ait pas pu participer à la finale de la Coupe. Je sais qu'il était suivi par de nombreux clubs français et allemands. Deux formations françaises m'ont d'ailleurs téléphoné pour se renseigner à son égard. J'en ai dit évidemment du bien. Si ce n'est pas un tout grand joueur, c'est un mec sérieux, travailleur et un bon footballeur. On dit que c'est un box to box mais cette nouvelle expression à la mode me fait rire. Un tel joueur serait censé combiner les postes de numéro 6 et 8, c'est-à-dire récupérateur et infiltreur. De tels joueurs se comptent sur les doigts de la main. On ne trouve pas des Claude Makelele à tous les coins de rue. De plus, on a toujours évolué avec ce genre de joueurs, qui ont toujours été rares. Je ne sais pas pourquoi tout le monde parle de ce genre de joueur. On emploie cette expression à toutes les sauces. Box to box par-ci, box to box par-là. Geraerts, lui, est un vrai numéro 6, qui devrait toutefois récupérer plus de ballons. S'il n'a pas assez de technique pour être un 8, il a une bonne frappe et un bon jeu de tête. Il rebondira !l par tim baete - dessins de pad'r