Même si les Liégeois ont été acculés devant leur but en deuxième mi-temps à Genk, je suis impressionné par la richesse en profondeur de leur effectif. Le Standard récolte les fruits de son mercato : garder l'équipe qui a bien terminé le championnat, la renforcer avec Igor de Camargo, Tal Ben Haim, Alpaslan Ozturk, sans oublier le retour de Geoffrey Mujangi Bia. Et tout cela donne un team qui détient des atouts de premier ordre (vitesse, engagement, solidarité, profondeur, jeu direct, technique, taille, jeunesse, maturité) et un turnover d'une grande efficacité.

J'ai été frappé par l'activité, la présence et les retours de Daniel Opare. Eiji Kawashima a parfois été critiqué la saison passée, même à tort, alors que c'est un bon gardien comme il l'a prouvé à Genk et depuis le début de ce championnat. Ozturk illustre aussi cet état d'esprit : il saisit sa chance, va au charbon au coeur de cette équipe qui donne tout ce qu'elle a, galope, se dépense.

C'est presque un Standard à l'allemande. Les mérites de Guy Luzon sont évidents car cette boule de nerfs vit en harmonie avec ses gars. Et son bonheur communicatif s'explique aussi par le beau cadeau qu'il a reçu : un Standard invaincu, leader après son premier grand test à Genk (0-2) et qui, surtout, luttera pour le titre.

Propos recueillis par Pierre Bilic

Même si les Liégeois ont été acculés devant leur but en deuxième mi-temps à Genk, je suis impressionné par la richesse en profondeur de leur effectif. Le Standard récolte les fruits de son mercato : garder l'équipe qui a bien terminé le championnat, la renforcer avec Igor de Camargo, Tal Ben Haim, Alpaslan Ozturk, sans oublier le retour de Geoffrey Mujangi Bia. Et tout cela donne un team qui détient des atouts de premier ordre (vitesse, engagement, solidarité, profondeur, jeu direct, technique, taille, jeunesse, maturité) et un turnover d'une grande efficacité.J'ai été frappé par l'activité, la présence et les retours de Daniel Opare. Eiji Kawashima a parfois été critiqué la saison passée, même à tort, alors que c'est un bon gardien comme il l'a prouvé à Genk et depuis le début de ce championnat. Ozturk illustre aussi cet état d'esprit : il saisit sa chance, va au charbon au coeur de cette équipe qui donne tout ce qu'elle a, galope, se dépense.C'est presque un Standard à l'allemande. Les mérites de Guy Luzon sont évidents car cette boule de nerfs vit en harmonie avec ses gars. Et son bonheur communicatif s'explique aussi par le beau cadeau qu'il a reçu : un Standard invaincu, leader après son premier grand test à Genk (0-2) et qui, surtout, luttera pour le titre.Propos recueillis par Pierre Bilic