Lyon et Jean-Michel Aulas gardent un oeil sur Romelu Lukaku. Selon nos confrères de La Dernière Heure, le club rhodanien aurait toujours l'attaquant de 17 ans dans le collimateur. Les Lyonnais auraient même pris contact avec les proches du joueur qui verraient d'un bon oeil un passage en France. Lyon pourrait constituer un passage intermédiaire pour le Diable Rouge avant de rejoindre l'Angleterre où toutes les rumeurs l'envoient dès la fin de saison.

Il est vrai que la concurrence en attaque semble moins féroce en France qu'en Angleterre. Les Briand, Gomis ou Lopez semblent être des concurrents plus abordables pour Romelu que les Balotelli, Dzeko et Tevez de Manchester City ou les Anelka, Drogba et Torres de Chelsea.

Néanmoins, un argument de taille demeure en défaveur d'un transfert à Lyon : le prix réclamé par Anderlecht. Difficile de croire les Lyonnais capables de s'aligner sur les montants en vigueur en Angleterre. Et il semblerait que le Sporting ne laisserait pas partir son poulain pour moins de 30 millions d'euros...

Jules Monnier (stg)

Lyon et Jean-Michel Aulas gardent un oeil sur Romelu Lukaku. Selon nos confrères de La Dernière Heure, le club rhodanien aurait toujours l'attaquant de 17 ans dans le collimateur. Les Lyonnais auraient même pris contact avec les proches du joueur qui verraient d'un bon oeil un passage en France. Lyon pourrait constituer un passage intermédiaire pour le Diable Rouge avant de rejoindre l'Angleterre où toutes les rumeurs l'envoient dès la fin de saison. Il est vrai que la concurrence en attaque semble moins féroce en France qu'en Angleterre. Les Briand, Gomis ou Lopez semblent être des concurrents plus abordables pour Romelu que les Balotelli, Dzeko et Tevez de Manchester City ou les Anelka, Drogba et Torres de Chelsea. Néanmoins, un argument de taille demeure en défaveur d'un transfert à Lyon : le prix réclamé par Anderlecht. Difficile de croire les Lyonnais capables de s'aligner sur les montants en vigueur en Angleterre. Et il semblerait que le Sporting ne laisserait pas partir son poulain pour moins de 30 millions d'euros... Jules Monnier (stg)