Quand l'entraîneur de Mönchengladbach a offert une semaine de repos à son gardien belge Logan Bailly, histoire qu'il se ressource, on a compris que son avenir à court terme dans son club était compromis.

C'est entre-temps confirmé. Bailly a repris les entraînements avec le noyau pro mais son coach vient de déclarer que son remplaçant attitré, Christofer Heimeroth, n'avait pas démérité dans les deux matches qu'il a disputés durant la mise à l'écart de Bailly; il a même été le héros de la qualification en Coupe d'Allemagne face à Leverkusen. Et qu'il méritait donc de rester dans le but. "Heimeroth restera le numéro 1 jusqu'à la fin du premier tour": c'est clair. Donc, on ne reverra pas Logan Bailly sur les terrains de Bundesliga avant janvier, dans le meilleur des cas.

Tout va très vite: il y a un an, Bailly était le nouveau super keeper du championnat allemand et le Bayern lui faisait les yeux doux. Il se souviendra de son été et de son automne 2010: il a été aussi moyen avec les Diables qu'avec le Borussia.

Pierre Danvoye

Quand l'entraîneur de Mönchengladbach a offert une semaine de repos à son gardien belge Logan Bailly, histoire qu'il se ressource, on a compris que son avenir à court terme dans son club était compromis. C'est entre-temps confirmé. Bailly a repris les entraînements avec le noyau pro mais son coach vient de déclarer que son remplaçant attitré, Christofer Heimeroth, n'avait pas démérité dans les deux matches qu'il a disputés durant la mise à l'écart de Bailly; il a même été le héros de la qualification en Coupe d'Allemagne face à Leverkusen. Et qu'il méritait donc de rester dans le but. "Heimeroth restera le numéro 1 jusqu'à la fin du premier tour": c'est clair. Donc, on ne reverra pas Logan Bailly sur les terrains de Bundesliga avant janvier, dans le meilleur des cas. Tout va très vite: il y a un an, Bailly était le nouveau super keeper du championnat allemand et le Bayern lui faisait les yeux doux. Il se souviendra de son été et de son automne 2010: il a été aussi moyen avec les Diables qu'avec le Borussia. Pierre Danvoye