Naples-Chelsea

Après avoir éliminé Manchester City dans la phase de poules, Naples veut s'offrir un nouveau scalp anglais. Et la tâche ne s'annonce pas impossible contre un Chelsea en méforme actuellement. Les hommes d'André Villas-Boas n'arrivent pas à aligner les bonnes performances cette saison. Les Blues n'ont gagné que deux de leurs 10 derniers matches de Premier League et ont été poussés au replay ce weekend en Cup contre une D2, Birmingham City (1-1), fragilisant un peu plus le coach portugais.

Pour cette toute première confrontation européenne entre les deux équipes, les Italiens vont vouloir confirmer leur bonne forme à domicile. Depuis qu'ils ont retrouvé l'Europe en 2008, après 13 ans d'absence, les Napolitains sont invaincus en 11 matches joués chez eux.

Cependant, Chelsea possède plus d'expérience à ce niveau. Les Blues joueront en effet leur neuvième huitième de finale consécutif. Mais vu la forme actuelle des Blues, Naples est le favori du duel de ce soir. Walter Mazzarri, le coach napolitain, s'en défend sur le site de l'UEFA : "Nous sommes tout simplement heureux de jouer deux matches à ce niveau contre une équipe de Chelsea qui a joué plus de cent fois dans cette compétition, ce qui n'est pas neutre. J'espère qu'ils (les Blues) ne sont pas à leur meilleur niveau car ils possèdent des joueurs de grand talent."

Par ailleurs, Mazzarri est suspendu pour cette rencontre qu'il suivra depuis les tribunes, avec interdiction de communiquer par téléphone avec le banc ou de parler aux joueurs à la pause. "Mais (mon assistant Nicolo) Frustalupi est peut-être meilleur tacticien que moi !", a-t-il déclaré. Le T1 italien avait été suspendu pour trois matches dans les compétitions de l'UEFA pour sa conduite inappropriée lors du match de C1 contre Villarreal le 7 décembre.

Les Napolitains pourront en tout cas compter sur Edison Cavani, déjà auteur de 4 buts en Ligue des Champions. L'attaquant uruguayen a bien aidé son équipe a se qualifier pour les huitièmes. Naples ne partait pourtant pas favori dans un groupe composé de cadors européens comme Manchester City, le Bayern de Munich ou Villareal.

CSKA-Real Madrid


Le Real Madrid se déplace lui dans le froid russe pour affronter le CSKA Moscou à 18 heures. Les hommes de José Mourinho vont tenter de poursuivre leur impressionnante série de 6 victoires consécutives en C1cette saison. Mais ils seront privés d'Angel Di Maria qui a subi une blessure musculaire lors de la victoire 4-0 du Real contre le Racing Santander, le weekend dernier. Lassana Diarra (dos) et Hamit Altintop (mollet) sont les autres blessés côté merengue.

Emilio Butragueño, ancien buteur de Madrid et désormais directeur du club, pressent une rencontre serrée. "Ces dernières années le CSKA a toujours été au plus haut niveau en Europe, il faudra donc être extrêmement prudents. Un petit détail, une mauvaise soirée et c'est la porte. Il va falloir être vigilants, attentifs et espérer une bonne prestation de nos joueurs," a-t-il confié au micro du site internet de l'UEFA.

D'autant que le CSKA Moscou attend avec impatience la venue du nonuple vainqueur de l'épreuve. Leonid Slutski, l'entraîneur des Moscovites, ronge déjà son frein, impatient de vivre deux "matches excitants et prestigieux" contre le Real Madrid.

Reste à savoir comment va se comporter le CSKA qui n'a plus joué un match officiel depuis le 7 décembre et sa victoire (2-1) en Ligue des Champions contre l'Inter Milan.

Le Real Madrid part bien sûr en grand favori mais les Merengue devront se méfier des Russes, très solides et prêts à créer la surprise : "En théorie, le Real est favori car il est en pleine saison, il joue régulièrement et obtient des résultats. Mais c'était la même chose la semaine dernière avec le Zenit contre une équipe (SL Benfica) qui joue en championnat. Ils ont montré qu'on pouvait bien se préparer sans jouer de matches en compétition", explique Leonid Slutski à UEFA.com. Avant d'ajouter : "On a besoin d'un Real en méforme pour capitaliser. Toutes les équipes font des erreurs. On doit être prêts à les exploiter."

L'entraîneur des Moscovites a hâte de renouer le contact avec l'entraîneur de Madrid après l'avoir rencontré en quart de finale 2009/10 et quitté sur une défaite 2-0 en faveur de l'Inter Milan. "On tire une des meilleures équipes et je suis impatient de retrouver José Mourinho", a déclaré le coach du CSKA, vainqueur du Sevilla FC à ce stade de la compétition en 2009/10.

Le programme

Mardi:


(18h00) CSKA Moscou (RUS) - Real Madrid (ESP)
(20h45) Naples (ITA) - Chelsea (ENG)

Mercredi:


(20h45) FC Bâle (SUI) - Bayern Munich (GER)
Marseille (FRA) - Inter Milan (ITA)

Matches retour les 13 et 14 mars

SportFootmagazine.be

Naples-Chelsea Après avoir éliminé Manchester City dans la phase de poules, Naples veut s'offrir un nouveau scalp anglais. Et la tâche ne s'annonce pas impossible contre un Chelsea en méforme actuellement. Les hommes d'André Villas-Boas n'arrivent pas à aligner les bonnes performances cette saison. Les Blues n'ont gagné que deux de leurs 10 derniers matches de Premier League et ont été poussés au replay ce weekend en Cup contre une D2, Birmingham City (1-1), fragilisant un peu plus le coach portugais. Pour cette toute première confrontation européenne entre les deux équipes, les Italiens vont vouloir confirmer leur bonne forme à domicile. Depuis qu'ils ont retrouvé l'Europe en 2008, après 13 ans d'absence, les Napolitains sont invaincus en 11 matches joués chez eux. Cependant, Chelsea possède plus d'expérience à ce niveau. Les Blues joueront en effet leur neuvième huitième de finale consécutif. Mais vu la forme actuelle des Blues, Naples est le favori du duel de ce soir. Walter Mazzarri, le coach napolitain, s'en défend sur le site de l'UEFA : "Nous sommes tout simplement heureux de jouer deux matches à ce niveau contre une équipe de Chelsea qui a joué plus de cent fois dans cette compétition, ce qui n'est pas neutre. J'espère qu'ils (les Blues) ne sont pas à leur meilleur niveau car ils possèdent des joueurs de grand talent." Par ailleurs, Mazzarri est suspendu pour cette rencontre qu'il suivra depuis les tribunes, avec interdiction de communiquer par téléphone avec le banc ou de parler aux joueurs à la pause. "Mais (mon assistant Nicolo) Frustalupi est peut-être meilleur tacticien que moi !", a-t-il déclaré. Le T1 italien avait été suspendu pour trois matches dans les compétitions de l'UEFA pour sa conduite inappropriée lors du match de C1 contre Villarreal le 7 décembre. Les Napolitains pourront en tout cas compter sur Edison Cavani, déjà auteur de 4 buts en Ligue des Champions. L'attaquant uruguayen a bien aidé son équipe a se qualifier pour les huitièmes. Naples ne partait pourtant pas favori dans un groupe composé de cadors européens comme Manchester City, le Bayern de Munich ou Villareal. CSKA-Real Madrid Le Real Madrid se déplace lui dans le froid russe pour affronter le CSKA Moscou à 18 heures. Les hommes de José Mourinho vont tenter de poursuivre leur impressionnante série de 6 victoires consécutives en C1cette saison. Mais ils seront privés d'Angel Di Maria qui a subi une blessure musculaire lors de la victoire 4-0 du Real contre le Racing Santander, le weekend dernier. Lassana Diarra (dos) et Hamit Altintop (mollet) sont les autres blessés côté merengue. Emilio Butragueño, ancien buteur de Madrid et désormais directeur du club, pressent une rencontre serrée. "Ces dernières années le CSKA a toujours été au plus haut niveau en Europe, il faudra donc être extrêmement prudents. Un petit détail, une mauvaise soirée et c'est la porte. Il va falloir être vigilants, attentifs et espérer une bonne prestation de nos joueurs," a-t-il confié au micro du site internet de l'UEFA. D'autant que le CSKA Moscou attend avec impatience la venue du nonuple vainqueur de l'épreuve. Leonid Slutski, l'entraîneur des Moscovites, ronge déjà son frein, impatient de vivre deux "matches excitants et prestigieux" contre le Real Madrid. Reste à savoir comment va se comporter le CSKA qui n'a plus joué un match officiel depuis le 7 décembre et sa victoire (2-1) en Ligue des Champions contre l'Inter Milan. Le Real Madrid part bien sûr en grand favori mais les Merengue devront se méfier des Russes, très solides et prêts à créer la surprise : "En théorie, le Real est favori car il est en pleine saison, il joue régulièrement et obtient des résultats. Mais c'était la même chose la semaine dernière avec le Zenit contre une équipe (SL Benfica) qui joue en championnat. Ils ont montré qu'on pouvait bien se préparer sans jouer de matches en compétition", explique Leonid Slutski à UEFA.com. Avant d'ajouter : "On a besoin d'un Real en méforme pour capitaliser. Toutes les équipes font des erreurs. On doit être prêts à les exploiter." L'entraîneur des Moscovites a hâte de renouer le contact avec l'entraîneur de Madrid après l'avoir rencontré en quart de finale 2009/10 et quitté sur une défaite 2-0 en faveur de l'Inter Milan. "On tire une des meilleures équipes et je suis impatient de retrouver José Mourinho", a déclaré le coach du CSKA, vainqueur du Sevilla FC à ce stade de la compétition en 2009/10. Le programme Mardi: (18h00) CSKA Moscou (RUS) - Real Madrid (ESP) (20h45) Naples (ITA) - Chelsea (ENG) Mercredi: (20h45) FC Bâle (SUI) - Bayern Munich (GER) Marseille (FRA) - Inter Milan (ITA) Matches retour les 13 et 14 mars SportFootmagazine.be