Bien mal embarqué en championnat (quatrième à 16 points du leader, Dortmund), éliminé en Coupe d'Allemagne, le Bayern Munich de Louis Van Gaal n'a plus que la Ligue des Champions pour sauver sa saison. Pour y parvenir, les Bavarois devront se débarrasser de l'Inter Milan mardi soir à l'Allianz Arena. Vainqueurs (0-1) au match aller à San Siro, les Allemands sont en ballotage favorable, mais rien n'est joué.

Le retour aux affaires du duo Ribéry-Robben pourrait être un élément déterminant. Samedi en Bundesliga, le Bayern a étrillé Hambourg (6-0), provoquant le limogeage d'Armin Veh, le coach du club hanséatique. Robben a réalisé un triplé et une passe décisive pour Ribéry tandis que le Français scorait une fois et offrait deux assists à son compère néerlandais.

Un résultat qui tranche avec ceux de l'Inter. Vendredi en Série A, les Milanais n'ont pu faire mieux qu'un piètre match nul sur le terrain de Brescia (1-1) et ils pointent à cinq unités de leurs rivaux de l'AC Milan au classement. La Ligue des Champions revêt donc également d'une grande importance pour les tenants du titre qui devront toujours se passer de Diego Milito, le double buteur lors de la finale face au Bayern l'an dernier. Lucio, incertain, sera par contre bien présent.

Dans l'autre rencontre de ce mardi soir, l'Olympique de Marseille se rend à Old Trafford pour affronter Manchester United. Les Français étaient parvenus à tenir les Mancuniens en échec (0-0) dans un match aller insipide mais ils risquent cette fois d'avoir fort à faire pour contrer les offensives anglaises. Manchester enregistre, en effet, le retour de Juan Antonio Valencia, blessé depuis la phase de poule. De plus, les Red Devils ont repris du poil de la bête ce week-end en éliminant Arsenal de la FA Cup après avoir été battus deux fois d'affilée, par Chelsea et Liverpool. Marseille devra compter sur son gardien, Steve Mandanda, en grande forme actuellement, pour garder le zéro derrière et sur l'efficacité de ses attaquants en contre pour prendre à défaut la défense britannique.

Jules Monnier (stg)

Bien mal embarqué en championnat (quatrième à 16 points du leader, Dortmund), éliminé en Coupe d'Allemagne, le Bayern Munich de Louis Van Gaal n'a plus que la Ligue des Champions pour sauver sa saison. Pour y parvenir, les Bavarois devront se débarrasser de l'Inter Milan mardi soir à l'Allianz Arena. Vainqueurs (0-1) au match aller à San Siro, les Allemands sont en ballotage favorable, mais rien n'est joué. Le retour aux affaires du duo Ribéry-Robben pourrait être un élément déterminant. Samedi en Bundesliga, le Bayern a étrillé Hambourg (6-0), provoquant le limogeage d'Armin Veh, le coach du club hanséatique. Robben a réalisé un triplé et une passe décisive pour Ribéry tandis que le Français scorait une fois et offrait deux assists à son compère néerlandais. Un résultat qui tranche avec ceux de l'Inter. Vendredi en Série A, les Milanais n'ont pu faire mieux qu'un piètre match nul sur le terrain de Brescia (1-1) et ils pointent à cinq unités de leurs rivaux de l'AC Milan au classement. La Ligue des Champions revêt donc également d'une grande importance pour les tenants du titre qui devront toujours se passer de Diego Milito, le double buteur lors de la finale face au Bayern l'an dernier. Lucio, incertain, sera par contre bien présent. Dans l'autre rencontre de ce mardi soir, l'Olympique de Marseille se rend à Old Trafford pour affronter Manchester United. Les Français étaient parvenus à tenir les Mancuniens en échec (0-0) dans un match aller insipide mais ils risquent cette fois d'avoir fort à faire pour contrer les offensives anglaises. Manchester enregistre, en effet, le retour de Juan Antonio Valencia, blessé depuis la phase de poule. De plus, les Red Devils ont repris du poil de la bête ce week-end en éliminant Arsenal de la FA Cup après avoir été battus deux fois d'affilée, par Chelsea et Liverpool. Marseille devra compter sur son gardien, Steve Mandanda, en grande forme actuellement, pour garder le zéro derrière et sur l'efficacité de ses attaquants en contre pour prendre à défaut la défense britannique. Jules Monnier (stg)