Une victoire miracle qui laisse sceptique. La qualification miraculeuse de l'Olympique lyonnais en Ligue des champions, via le 7-1 infligé au Dinamo Zagreb sur sa pelouse, a attisé les soupçons de la presse espagnole et de l'Ajax Amsterdam, victime collatérale de l'exploit lyonnais.

L'Ajax va demander à l'Union européenne de football (UEFA) d'enquêter sur la régularité de cette rencontre car "il pourrait y avoir eu corruption", a annoncé jeudi soir le directeur du club, Martin Sturkenboom. Plus tôt dans la journée, Frank de Boer, l'entraîneur de l'Ajax, avait qualifié de "frappante" la victoire lyonnaise. Un exploit qui, conjugué à la défaite (0-3) de son équipe face au Real Madrid, a permis à l'OL de se qualifier pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions mercredi soir grâce à une meilleure différence de buts.

Michel Platini apporte son soutien à Lyon
"Personnellement, je n'ai aucun doute sur ce match", a cependant commenté le président de l'UEFA, Michel Platini, à l'issue du comité exécutif de l'UEFA à Venise en Italie.

Du côté de l'UEFA, on a vite tenté d'éteindre ces rumeurs de match truqué. "Nous avons implanté un système de détection de fraudes (...) qui s'intéresse à 29 000 rencontres par saison et utilise les données de plus de 400 organismes de paris. Pour le moment, ce système n'a montré aucun mouvement de pari illégal justifiant une enquête", avait indiqué l'organisateur de la Ligue des champions, dans un communiqué, quelques heures avant la requête de l'Ajax.

De même, en France, l'Autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel) a précisé n'avoir relevé "aucune anomalie particulière" en lien avec ce succès lyonnais hors norme.

La presse espagnole s'interroge sur un clin d'oeil
Pour les quotidiens sportifs espagnols, le scénario de Zagreb mercredi soir était cependant trop beau pour être vrai. "Quelque chose s'est passé à la mi-temps" du match, alors que le score n'était encore que de 1-1, a accusé jeudi matin le journal AS, soulignant les six buts marqués ensuite par Lyon en l'espace de 28 minutes, synonymes de qualification pour les huitièmes de finale, avec en bonus un chèque de 800.000 euros versé par l'UEFA pour chaque victoire.

Image à l'appui, grâce à une capture d'écran réalisée lors de la diffusion télévisée de la rencontre, AS montre sur son site internet "le geste de complicité étrange" entre Vida et Gomis, attaquant de l'OL, après le 5e but lyonnais, quand "le joueur du Dinamo lui fait un clin d'oeil en levant le pouce".

Le joueur français a justifié ce geste sur RMC : "les joueurs de l'Est ont un peu le vice de prendre le ballon. Je veux lui arracher et il me fait un petit clin d'oeil pour me dire : "tu viens de marquer, laisse-nous un peu récupérer". Mais de là à dire que le match a été acheté par notre président..."


"Bizarre, bizarre, bizarre", a titré de son côté Marca, en s'interrogeant sur "l'étrange correction" infligée au Dinamo par les Lyonnais. Plus direct, El Mundo Deportivo a lui "crié au scandale".

Sportfootmagazine.be, avec Lexpress.fr

Une victoire miracle qui laisse sceptique. La qualification miraculeuse de l'Olympique lyonnais en Ligue des champions, via le 7-1 infligé au Dinamo Zagreb sur sa pelouse, a attisé les soupçons de la presse espagnole et de l'Ajax Amsterdam, victime collatérale de l'exploit lyonnais. L'Ajax va demander à l'Union européenne de football (UEFA) d'enquêter sur la régularité de cette rencontre car "il pourrait y avoir eu corruption", a annoncé jeudi soir le directeur du club, Martin Sturkenboom. Plus tôt dans la journée, Frank de Boer, l'entraîneur de l'Ajax, avait qualifié de "frappante" la victoire lyonnaise. Un exploit qui, conjugué à la défaite (0-3) de son équipe face au Real Madrid, a permis à l'OL de se qualifier pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions mercredi soir grâce à une meilleure différence de buts. Michel Platini apporte son soutien à Lyon "Personnellement, je n'ai aucun doute sur ce match", a cependant commenté le président de l'UEFA, Michel Platini, à l'issue du comité exécutif de l'UEFA à Venise en Italie. Du côté de l'UEFA, on a vite tenté d'éteindre ces rumeurs de match truqué. "Nous avons implanté un système de détection de fraudes (...) qui s'intéresse à 29 000 rencontres par saison et utilise les données de plus de 400 organismes de paris. Pour le moment, ce système n'a montré aucun mouvement de pari illégal justifiant une enquête", avait indiqué l'organisateur de la Ligue des champions, dans un communiqué, quelques heures avant la requête de l'Ajax. De même, en France, l'Autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel) a précisé n'avoir relevé "aucune anomalie particulière" en lien avec ce succès lyonnais hors norme. La presse espagnole s'interroge sur un clin d'oeil Pour les quotidiens sportifs espagnols, le scénario de Zagreb mercredi soir était cependant trop beau pour être vrai. "Quelque chose s'est passé à la mi-temps" du match, alors que le score n'était encore que de 1-1, a accusé jeudi matin le journal AS, soulignant les six buts marqués ensuite par Lyon en l'espace de 28 minutes, synonymes de qualification pour les huitièmes de finale, avec en bonus un chèque de 800.000 euros versé par l'UEFA pour chaque victoire. Image à l'appui, grâce à une capture d'écran réalisée lors de la diffusion télévisée de la rencontre, AS montre sur son site internet "le geste de complicité étrange" entre Vida et Gomis, attaquant de l'OL, après le 5e but lyonnais, quand "le joueur du Dinamo lui fait un clin d'oeil en levant le pouce". Le joueur français a justifié ce geste sur RMC : "les joueurs de l'Est ont un peu le vice de prendre le ballon. Je veux lui arracher et il me fait un petit clin d'oeil pour me dire : "tu viens de marquer, laisse-nous un peu récupérer". Mais de là à dire que le match a été acheté par notre président..." "Bizarre, bizarre, bizarre", a titré de son côté Marca, en s'interrogeant sur "l'étrange correction" infligée au Dinamo par les Lyonnais. Plus direct, El Mundo Deportivo a lui "crié au scandale". Sportfootmagazine.be, avec Lexpress.fr