Le club de Fenerbahçe, champion de Turquie en titre, a été exclu mercredi de l'édition 2011-2012 de la Ligue des Champions par la Fédération turque de football (TFF), en raison de l'enquête judiciaire sur les matches truqués dont l'équipe stambouliote fait l'objet, a annoncé la TFF.

"Au regard des lourdes sanctions disciplinaires que Fenerbahçe et la TFF, et donc la Turquie toute entière, encourent, nous avons décidé que Fenerbahçe ne participerait pas à la Ligue des Champions cette saison", a expliqué la TFF dans un communiqué publié sur son site internet.

Selon ce communiqué, cette décision a été prise en raison des avertissements envoyés par l'UEFA à la TFF. L'UEFA a indiqué à la TFF qu'une exclusion du club stambouliote serait une sanction qui lui permettrait de ne pas ouvrir elle-même une enquête disciplinaire.

Le champion de Turquie sera remplacé en C1 par son dauphin la saison dernière, Trabzonspor. Cette décision a été prise par le panel d'urgence de l'UEFA composé du président, Michel Platini, et de quatre membres du Comité exécutif, indique un communiqué de l'instance européenne de football.

Fenerbahçe a décidé ce jeudi de faire appel de cette exclusion. L'avocat du club stambouliote Haluk Burcuoglu a déposé une requête en ce sens auprès du comité d'arbitrage de la Fédération turque de football (TFF). "Cette décision n'a rien à voir avec la justice (...) La TFF n'a pas autorité à exclure un club de la Ligue des Champions", a affirmé l'avocat aux journalistes.

Selon les observateurs sportifs, l'appel de Fenerbahçe a peu de chances d'aboutir. Le club turc pourra le cas échéant saisir le Tribunal arbitral du sport (TAS), souligne-t-on de source proche de Fenerbahçe.

Le 25 juillet, 30 personnes avaient été inculpées et emprisonnées en attendant d'être jugées dans le cadre d'une vaste enquête concernant des matches truqués et le versement de pots-de-vin.

Le président du champion en titre Fenerbahce, Aziz Yildirim, est le plus important des suspects incarcérés, au nombre desquels on trouve aussi le vice-président et l'entraîneur de Besiktas, l'autre club d'Istanbul.

Sportfootmagazine.be, avec Belga

Le club de Fenerbahçe, champion de Turquie en titre, a été exclu mercredi de l'édition 2011-2012 de la Ligue des Champions par la Fédération turque de football (TFF), en raison de l'enquête judiciaire sur les matches truqués dont l'équipe stambouliote fait l'objet, a annoncé la TFF. "Au regard des lourdes sanctions disciplinaires que Fenerbahçe et la TFF, et donc la Turquie toute entière, encourent, nous avons décidé que Fenerbahçe ne participerait pas à la Ligue des Champions cette saison", a expliqué la TFF dans un communiqué publié sur son site internet. Selon ce communiqué, cette décision a été prise en raison des avertissements envoyés par l'UEFA à la TFF. L'UEFA a indiqué à la TFF qu'une exclusion du club stambouliote serait une sanction qui lui permettrait de ne pas ouvrir elle-même une enquête disciplinaire. Le champion de Turquie sera remplacé en C1 par son dauphin la saison dernière, Trabzonspor. Cette décision a été prise par le panel d'urgence de l'UEFA composé du président, Michel Platini, et de quatre membres du Comité exécutif, indique un communiqué de l'instance européenne de football. Fenerbahçe a décidé ce jeudi de faire appel de cette exclusion. L'avocat du club stambouliote Haluk Burcuoglu a déposé une requête en ce sens auprès du comité d'arbitrage de la Fédération turque de football (TFF). "Cette décision n'a rien à voir avec la justice (...) La TFF n'a pas autorité à exclure un club de la Ligue des Champions", a affirmé l'avocat aux journalistes. Selon les observateurs sportifs, l'appel de Fenerbahçe a peu de chances d'aboutir. Le club turc pourra le cas échéant saisir le Tribunal arbitral du sport (TAS), souligne-t-on de source proche de Fenerbahçe. Le 25 juillet, 30 personnes avaient été inculpées et emprisonnées en attendant d'être jugées dans le cadre d'une vaste enquête concernant des matches truqués et le versement de pots-de-vin. Le président du champion en titre Fenerbahce, Aziz Yildirim, est le plus important des suspects incarcérés, au nombre desquels on trouve aussi le vice-président et l'entraîneur de Besiktas, l'autre club d'Istanbul. Sportfootmagazine.be, avec Belga