"Ce match-là, j'aurais payé pour aller le voir", déclarait Xavi, le milieu de terrain barcelonais avant le match aller. Et il paierait certainement deux fois plus pour voir le match retour tant le jeu déployé par les deux équipes à l'Emirates Stadium, il y a trois semaines, était beau à voir.

En plus d'un jeu chatoyant, il y aura de l'enjeu mardi soir au Camp Nou. Une place en quart de finale de la Ligue des Champions, un must pour ces deux équipes qui devront pourtant se passer de pions essentiels. Côté Barça, l'entraîneur Pep Guardiola devra composer sans sa charnière centrale habituelle : Carles Puyol est blessé et Gérard Piqué, suspendu.

Le Français Eric Abidal sera à coup sûr aligné dans l'axe défensif avec deux possibilités pour évoluer à ses côtés : le revenant Gabriel Milito qui revient dans le parcours après de longs mois d'absence ou le milieu de terrain Sergio Busquets qui reculerait d'un cran. Dans ce dernier cas de figure, Busquets serait remplacé par Seydou Keïta ou Javier Mascherano dans l'entrejeu.

Pour les Londoniens, les indisponibilités sont également légion. Arsène Wenger devra faire face à un véritable casse-tête pour remplacer Théo Walcott, Robin Van Persie et Alexandre Song, tous blessés. A la surprise générale, Van Persie a quand même été sélectionné pour disputer la rencontre, mais dans quel état sera-t-il ? A ces forfaits, ajoutons les incertitudes qui planent autour de Cesc Fabregas, qui n'a plus joué depuis le 23 février, et Jack Wilshere, durement secoué le week-end dernier contre Sunderland.

Mais ces défections ne devraient pas priver les spectateurs de spectacle. Avec un but de retard, Barcelone devra déployer son jeu en une touche de balle pour venir à bout des Anglais dont le bétonnage devant les buts est loin d'être la spécialité.

Dans l'autre rencontre de la soirée, l'AS Roma se déplacera à Donetsk en Ukraine pour affronter le Shakthar local. Battus (2-3), il y a trois semaines, les Romains ont sérieusement hypothéqué leurs chances de qualification. Entre temps, Claudio Ranieri a cédé sa place à Vincenzo Montella au poste d'entraîneur. L'ancien joueur de la Roma, se voit offrir un baptême du feu bien compliqué en Ligue des Champions. De plus, le moral ne semble pas être au beau fixe dans les rangs romains. Vendredi, à Lecce, le Français Jérémy Menez et l'Italien Marco Borriello ont failli en venir aux mains. Mauvais présage pour des Italiens condamnés à l'exploit.

Jules Monnier (stg)

"Ce match-là, j'aurais payé pour aller le voir", déclarait Xavi, le milieu de terrain barcelonais avant le match aller. Et il paierait certainement deux fois plus pour voir le match retour tant le jeu déployé par les deux équipes à l'Emirates Stadium, il y a trois semaines, était beau à voir. En plus d'un jeu chatoyant, il y aura de l'enjeu mardi soir au Camp Nou. Une place en quart de finale de la Ligue des Champions, un must pour ces deux équipes qui devront pourtant se passer de pions essentiels. Côté Barça, l'entraîneur Pep Guardiola devra composer sans sa charnière centrale habituelle : Carles Puyol est blessé et Gérard Piqué, suspendu. Le Français Eric Abidal sera à coup sûr aligné dans l'axe défensif avec deux possibilités pour évoluer à ses côtés : le revenant Gabriel Milito qui revient dans le parcours après de longs mois d'absence ou le milieu de terrain Sergio Busquets qui reculerait d'un cran. Dans ce dernier cas de figure, Busquets serait remplacé par Seydou Keïta ou Javier Mascherano dans l'entrejeu. Pour les Londoniens, les indisponibilités sont également légion. Arsène Wenger devra faire face à un véritable casse-tête pour remplacer Théo Walcott, Robin Van Persie et Alexandre Song, tous blessés. A la surprise générale, Van Persie a quand même été sélectionné pour disputer la rencontre, mais dans quel état sera-t-il ? A ces forfaits, ajoutons les incertitudes qui planent autour de Cesc Fabregas, qui n'a plus joué depuis le 23 février, et Jack Wilshere, durement secoué le week-end dernier contre Sunderland. Mais ces défections ne devraient pas priver les spectateurs de spectacle. Avec un but de retard, Barcelone devra déployer son jeu en une touche de balle pour venir à bout des Anglais dont le bétonnage devant les buts est loin d'être la spécialité. Dans l'autre rencontre de la soirée, l'AS Roma se déplacera à Donetsk en Ukraine pour affronter le Shakthar local. Battus (2-3), il y a trois semaines, les Romains ont sérieusement hypothéqué leurs chances de qualification. Entre temps, Claudio Ranieri a cédé sa place à Vincenzo Montella au poste d'entraîneur. L'ancien joueur de la Roma, se voit offrir un baptême du feu bien compliqué en Ligue des Champions. De plus, le moral ne semble pas être au beau fixe dans les rangs romains. Vendredi, à Lecce, le Français Jérémy Menez et l'Italien Marco Borriello ont failli en venir aux mains. Mauvais présage pour des Italiens condamnés à l'exploit. Jules Monnier (stg)