Inter Milan - Bayern Munich : "Et à la fin, ce sont les Allemands qui gagnent". La célèbre phrase de Gary Lineker s'est une nouvelle fois vérifiée hier au stade Giuseppe Meazza de Milan. Le Bayern Munich s'est imposé sur le fil (0-1) grâce à leur inévitable buteur Mario Gomez. Le duo Robben-Ribéry était très attendu et n'a pas déçu dans ce match indécis. Dès la demi-heure, le Néerlandais centrait pour la tête du Français qui trouvait la barre transversale. Très fort en reconversion offensive, les Allemands ont à plusieurs reprises touché les montants du but. Robben, encore lui, trouvait le poteau de Julio César en deuxième mi-temps à la fin d'un exploit personnel. Les Intéristes n'étaient pas en reste avec de grosses occasions signées Cambiasso mais surtout Eto'o qui obligea le jeune portier bavarois Kraft à se déployer. La décision tomba en toute fin de match. Un tir de l'intraitable Robben était repoussé par Julio César dans les pieds de Gomez qui passait par là et qui ne se fit pas prier pour offrir la victoire aux siens (0-1). Un avantage qui permet au Bayern de voir arriver sereinement le match retour.

Marseille - Manchester United : Ne pas encaisser. Tel était l'objectif des deux entraîneurs, Didier Deschamps et Alex Ferguson, avant de débuter la partie. Et cela s'est senti sur le terrain. Le match s'est résumé en un duel tactique peu palpitant qui n'a guère réussi à enflammer le stade Vélodrome. Les Marseillais n'ont pas réussi à bouger le bloc défensif mancunien faute de vitesse et peut-être aussi à l'absence de certains joueurs. Les Red Devils ont, de leur côté, montré bien peu de choses. Les déchets techniques étaient légion et ils ne parvinrent pas à insuffler du rythme dans la rencontre où Wayne Rooney fut d'ailleurs invisible. Les deux équipes se sont donc quittées sur un score nul et vierge (0-0) qui fait les affaires de Marseille. Manchester devra montrer plus d'envie dans trois semaines à Old Trafford pour accéder aux quarts de finale.

Jules Monnier (stg)

Inter Milan - Bayern Munich : "Et à la fin, ce sont les Allemands qui gagnent". La célèbre phrase de Gary Lineker s'est une nouvelle fois vérifiée hier au stade Giuseppe Meazza de Milan. Le Bayern Munich s'est imposé sur le fil (0-1) grâce à leur inévitable buteur Mario Gomez. Le duo Robben-Ribéry était très attendu et n'a pas déçu dans ce match indécis. Dès la demi-heure, le Néerlandais centrait pour la tête du Français qui trouvait la barre transversale. Très fort en reconversion offensive, les Allemands ont à plusieurs reprises touché les montants du but. Robben, encore lui, trouvait le poteau de Julio César en deuxième mi-temps à la fin d'un exploit personnel. Les Intéristes n'étaient pas en reste avec de grosses occasions signées Cambiasso mais surtout Eto'o qui obligea le jeune portier bavarois Kraft à se déployer. La décision tomba en toute fin de match. Un tir de l'intraitable Robben était repoussé par Julio César dans les pieds de Gomez qui passait par là et qui ne se fit pas prier pour offrir la victoire aux siens (0-1). Un avantage qui permet au Bayern de voir arriver sereinement le match retour.Marseille - Manchester United : Ne pas encaisser. Tel était l'objectif des deux entraîneurs, Didier Deschamps et Alex Ferguson, avant de débuter la partie. Et cela s'est senti sur le terrain. Le match s'est résumé en un duel tactique peu palpitant qui n'a guère réussi à enflammer le stade Vélodrome. Les Marseillais n'ont pas réussi à bouger le bloc défensif mancunien faute de vitesse et peut-être aussi à l'absence de certains joueurs. Les Red Devils ont, de leur côté, montré bien peu de choses. Les déchets techniques étaient légion et ils ne parvinrent pas à insuffler du rythme dans la rencontre où Wayne Rooney fut d'ailleurs invisible. Les deux équipes se sont donc quittées sur un score nul et vierge (0-0) qui fait les affaires de Marseille. Manchester devra montrer plus d'envie dans trois semaines à Old Trafford pour accéder aux quarts de finale. Jules Monnier (stg)