"HuMILiated" avec le MIL en rouge, titrait The Sun. "Massacre à Milan", ajoutait The Daily Mirror. "Choc", continuait le London Evening Standard. La presse anglaise a fortement critiqué la dégelée subie par Arsenal, sur la pelouse du Milan AC, ce mercredi soir.

The Sun tire un premier bilan : "Nous savions que c'était une des équipes les plus faibles de l'ère Wenger mais personne n'imaginait que cette formation puisse se comporter en fantôme." La défense, déjà critiquée après les huit buts encaissés à Old Trafford, était montrée du doigt. "On ne pensait pas que même Thomas Vermaelen, habituellement digne de confiance, pouvait développer un jeu aussi pauvre." Sur le Diable Rouge, The Daily Mirror parlait même "du pire match de sa carrière londonienne".

Faillite défensive mais surtout collective d'après la presse anglaise. "Où était Arteta, le seul joueur à normalement avoir la consistance d'un leader ? Et Song ? Ramsey ? Van Persie ? Walcott ? La réponse est simple : nulle part." Denis Bergkamp a, lui, pointé "le manque de caractère et l'absence d'une mentalité de vainqueur".

"C'est la pire performance européenne de mon équipe", renchérissait Arsène Wenger. "Nous avons commis erreurs sur erreurs et nous avons été punis. Nous n'avons jamais été dans le match et nous avons été pauvres en défense et en attaque."

Ce week-end, Arsenal jouera un match crucial pour sa saison en huitième de finale de Cup à Sunderland, équipe contre laquelle les Gunners ont péniblement émergé en championnat le week-end dernier. En cas de défaite, Wenger connaîtrait la troisième crise de sa saison. Vous avez dit fin de règne ?

Stéphane Vande Velde, Sport/Foot Magazine

"HuMILiated" avec le MIL en rouge, titrait The Sun. "Massacre à Milan", ajoutait The Daily Mirror. "Choc", continuait le London Evening Standard. La presse anglaise a fortement critiqué la dégelée subie par Arsenal, sur la pelouse du Milan AC, ce mercredi soir. The Sun tire un premier bilan : "Nous savions que c'était une des équipes les plus faibles de l'ère Wenger mais personne n'imaginait que cette formation puisse se comporter en fantôme." La défense, déjà critiquée après les huit buts encaissés à Old Trafford, était montrée du doigt. "On ne pensait pas que même Thomas Vermaelen, habituellement digne de confiance, pouvait développer un jeu aussi pauvre." Sur le Diable Rouge, The Daily Mirror parlait même "du pire match de sa carrière londonienne". Faillite défensive mais surtout collective d'après la presse anglaise. "Où était Arteta, le seul joueur à normalement avoir la consistance d'un leader ? Et Song ? Ramsey ? Van Persie ? Walcott ? La réponse est simple : nulle part." Denis Bergkamp a, lui, pointé "le manque de caractère et l'absence d'une mentalité de vainqueur". "C'est la pire performance européenne de mon équipe", renchérissait Arsène Wenger. "Nous avons commis erreurs sur erreurs et nous avons été punis. Nous n'avons jamais été dans le match et nous avons été pauvres en défense et en attaque." Ce week-end, Arsenal jouera un match crucial pour sa saison en huitième de finale de Cup à Sunderland, équipe contre laquelle les Gunners ont péniblement émergé en championnat le week-end dernier. En cas de défaite, Wenger connaîtrait la troisième crise de sa saison. Vous avez dit fin de règne ? Stéphane Vande Velde, Sport/Foot Magazine