"Je veux vous communiquer, d'un commun accord avec le club, que nous avons cessé d'être les entraîneurs du Barça", a dit en conférence de presse Martino à propos de lui-même et de ses adjoints. Ce départ laisse présager un été agité en Catalogne, où l'ancien joueur blaugrana Luis Enrique fait figure de favori pour succéder à "El Tata" Martino. Sous les ordres de l'Argentin de 51 ans, le Barça n'a réussi à décrocher que la Supercoupe d'Espagne en août dernier et n'a donc remporté aucun grand titre cette saison, une première depuis 2008 pour un club triomphant ces dernières années. Défaite en finale de Coupe du Roi contre le Real Madrid (2-1), élimination en quart de Ligue des champions face à l'Atletico (1-1, 1-0), carences offensives et défensives: le Barça version Martino a en outre semblé moins dominateur, moins irrésistible que l'équipe qui a fasciné l'Europe sous Pep Guardiola (2008-2012) puis Tito Vilanova (2012-2013). "Je regrette de n'avoir pas pu atteindre les objectifs fixés par le club. Nous avons essayé, avec dignité, mais nous avons affronté un adversaire qui était plus fort. Je présente des excuses aux supporters pour n'avoir pas atteint les objectifs", a poursuivi Martino avant de se lever et de quitter la salle de presse sans répondre aux questions des journalistes. . (Belga)

"Je veux vous communiquer, d'un commun accord avec le club, que nous avons cessé d'être les entraîneurs du Barça", a dit en conférence de presse Martino à propos de lui-même et de ses adjoints. Ce départ laisse présager un été agité en Catalogne, où l'ancien joueur blaugrana Luis Enrique fait figure de favori pour succéder à "El Tata" Martino. Sous les ordres de l'Argentin de 51 ans, le Barça n'a réussi à décrocher que la Supercoupe d'Espagne en août dernier et n'a donc remporté aucun grand titre cette saison, une première depuis 2008 pour un club triomphant ces dernières années. Défaite en finale de Coupe du Roi contre le Real Madrid (2-1), élimination en quart de Ligue des champions face à l'Atletico (1-1, 1-0), carences offensives et défensives: le Barça version Martino a en outre semblé moins dominateur, moins irrésistible que l'équipe qui a fasciné l'Europe sous Pep Guardiola (2008-2012) puis Tito Vilanova (2012-2013). "Je regrette de n'avoir pas pu atteindre les objectifs fixés par le club. Nous avons essayé, avec dignité, mais nous avons affronté un adversaire qui était plus fort. Je présente des excuses aux supporters pour n'avoir pas atteint les objectifs", a poursuivi Martino avant de se lever et de quitter la salle de presse sans répondre aux questions des journalistes. . (Belga)