Le "groupe de la mort" (G) n'a pas rendu sa sentence mardi au Mondial: le Portugal, crispé, a arraché le match nul (0-0) à la Côte d'Ivoire, tandis que le Brésil s'est logiquement mais laborieusement imposé (2-1) face à la Corée du Nord.

Le Portugal-Côte d'Ivoire fut tendu et fermé, comme beaucoup de rencontres depuis le début de ce Mondial pauvre en buts. L'événement principal a été la rentrée en jeu à la 66e minute de l'Ivoirien Didier Drogba, dix jours après sa fracture du cubitus droit. La star du football africain, en 25 minutes, n'a cependant pas réussi à débloquer la rencontre. Mais il a rassuré les siens en prouvant qu'il était capable de jouer.

L'autre vedette de la rencontre, le Portugais Cristiano Ronaldo, s'est montré nerveux et incapable de tirer son équipe vers l'avant.

L'autre match de cette poule G proposait la rencontre a priori la plus déséquilibrée de toute cette Coupe du monde, entre les favoris brésiliens et la Corée du Nord de retour en Mondial après une participation en 1966. Le Brésil a longtemps buté sur des Coréens bien organisés, disciplinés et courageux, avant de s'imposer 2 à 1 en seconde période, sans vraiment forcer son talent.

Dans le troisième match du jour, comptant pour le groupe F (celui de l'Italie et du Paraguay), la Nouvelle-Zélande a marqué le premier point de son histoire en arrachant dans les arrêts de jeu (90+3) un nul (1-1) contre des Slovaques décevants.

Sportmagazine.be, avec Belga

Le "groupe de la mort" (G) n'a pas rendu sa sentence mardi au Mondial: le Portugal, crispé, a arraché le match nul (0-0) à la Côte d'Ivoire, tandis que le Brésil s'est logiquement mais laborieusement imposé (2-1) face à la Corée du Nord. Le Portugal-Côte d'Ivoire fut tendu et fermé, comme beaucoup de rencontres depuis le début de ce Mondial pauvre en buts. L'événement principal a été la rentrée en jeu à la 66e minute de l'Ivoirien Didier Drogba, dix jours après sa fracture du cubitus droit. La star du football africain, en 25 minutes, n'a cependant pas réussi à débloquer la rencontre. Mais il a rassuré les siens en prouvant qu'il était capable de jouer. L'autre vedette de la rencontre, le Portugais Cristiano Ronaldo, s'est montré nerveux et incapable de tirer son équipe vers l'avant. L'autre match de cette poule G proposait la rencontre a priori la plus déséquilibrée de toute cette Coupe du monde, entre les favoris brésiliens et la Corée du Nord de retour en Mondial après une participation en 1966. Le Brésil a longtemps buté sur des Coréens bien organisés, disciplinés et courageux, avant de s'imposer 2 à 1 en seconde période, sans vraiment forcer son talent. Dans le troisième match du jour, comptant pour le groupe F (celui de l'Italie et du Paraguay), la Nouvelle-Zélande a marqué le premier point de son histoire en arrachant dans les arrêts de jeu (90+3) un nul (1-1) contre des Slovaques décevants. Sportmagazine.be, avec Belga