Samedi dernier, lors de la rencontre Mönchengladbach-Hannover 96 (1-2) comptant pour la quinzième journée de la Bundesliga, Raul Bobadilla, joueur argentin du Borussia, est exclu après avoir assené un coup de pied vicieux à un adversaire. Sur le chemin des vestiaires, il en rajoute en envoyant quelques noms d'oiseaux au quatrième arbitre. La Fédération allemande de football s'est penchée sur son cas et la décision est tombée ce lundi : l'Argentin manquera cinq matches de championnat. De plus, son club l'a condamné à payer une amende de 50.000 euros, considérant que Bobadilla a précipité la défaite des siens ce samedi.

Les longues suspensions sont monnaie courante en football, et ce également en Belgique. Tout le monde se rappelle de l'affaire Witsel, qui avait vu le jeune Standardman suspendu pour une durée de 8 matches suite au fameux Anderlecht-Standard du 30 août 2009. L'Union Belge a mis en place des chambres compétentes pour sanctionner tout abus commis sur un terrain de football : le Comité Sportif et le Comité d'Appel.

Le Comité Sportif s'occupe entre autres des mesures disciplinaires à l'égard des joueurs, des clubs ou encore des spectateurs. Les suspensions y sont prononcées en premier ressort, il y a donc toujours une possibilité d'appel de la sanction. Dans ce cas, l'affaire est renvoyée au Comité d'Appel qui se prononcera sur la suspension en deuxième ressort. Les deux Comités sont partagés en chambres: une pour le Football Rémunéré, qui est compétente pour les affaires qui touchent les clubs et joueurs professionnels, et trois chambres pour le Football Amateur, qui sanctionnent toutes les autres affaires.

Selon le règlement fédéral de l'Union Belge, une suspension qui "s'étend sur un nombre déterminé de matches ne peut être supérieure à huit journées effectives." Si la suspension est plus longue, "elle est prononcée de date en date." Les matches de Coupe de Belgique sont également comptabilisés dans la suspension. Le joueur pourra cependant continuer à évoluer dans l'équipe réserve de son club durant sa suspension.

Pour les curieux, toutes les décisions prises par le Comité Sportif et le Comité d'Appel sont reprises dans la publication "La vie sportive" sur le site de l'Union Belge. Leur rayon d'action ne se limite pas qu'aux agressions et autres insultes lancées sur un terrain de football. Cette semaine par exemple, le Comité Sportif se penche sur le dossier des matches remis. Mais les affaires les plus chaudes concernent bien évidemment les mauvais comportements de certains joueurs ou autres fautes dangereuses.

L'affaire Witsel est restée dans les mémoires. Le premier septembre 2009, le Comité Sportif a décidé de suspendre Axel Witsel pour plus de 8 journées effectives et ce jusqu'au 23 novembre 2009. Le Standardman et sa défense ont décidé d'aller en appel suite à cette sanction. Trois jours plus tard, le Comité d'Appel a pris sa décision : Witsel sera finalement suspendu pour la durée de huit matches.

Plus récemment, Diniz, le Brésilien de l'AS Eupen, a été suspendu le 21 septembre 2010 pour huit journées effectives après avoir distribué quelques coups lors du match Eupen-Germinal Beerschot (0-2). Son appel a été rejeté par le Comité d'Appel qui a considéré la première sanction comme correcte vis-à-vis de l'attitude inadmissible de Diniz.

Malheureusement, on ne finit pas d'entendre parler de suspensions et de ce Comité Sportif. Bien que l'erreur soit humaine, les mauvais comportements se répètent sans cesse sur les terrains de football. Mais devant tout ce système mis en place, on devrait pouvoir espérer un football pleinement fair-play et pacifique dans un futur plus ou moins proche. On devrait...

Philippe Vincke (stg)

Samedi dernier, lors de la rencontre Mönchengladbach-Hannover 96 (1-2) comptant pour la quinzième journée de la Bundesliga, Raul Bobadilla, joueur argentin du Borussia, est exclu après avoir assené un coup de pied vicieux à un adversaire. Sur le chemin des vestiaires, il en rajoute en envoyant quelques noms d'oiseaux au quatrième arbitre. La Fédération allemande de football s'est penchée sur son cas et la décision est tombée ce lundi : l'Argentin manquera cinq matches de championnat. De plus, son club l'a condamné à payer une amende de 50.000 euros, considérant que Bobadilla a précipité la défaite des siens ce samedi. Les longues suspensions sont monnaie courante en football, et ce également en Belgique. Tout le monde se rappelle de l'affaire Witsel, qui avait vu le jeune Standardman suspendu pour une durée de 8 matches suite au fameux Anderlecht-Standard du 30 août 2009. L'Union Belge a mis en place des chambres compétentes pour sanctionner tout abus commis sur un terrain de football : le Comité Sportif et le Comité d'Appel. Le Comité Sportif s'occupe entre autres des mesures disciplinaires à l'égard des joueurs, des clubs ou encore des spectateurs. Les suspensions y sont prononcées en premier ressort, il y a donc toujours une possibilité d'appel de la sanction. Dans ce cas, l'affaire est renvoyée au Comité d'Appel qui se prononcera sur la suspension en deuxième ressort. Les deux Comités sont partagés en chambres: une pour le Football Rémunéré, qui est compétente pour les affaires qui touchent les clubs et joueurs professionnels, et trois chambres pour le Football Amateur, qui sanctionnent toutes les autres affaires. Selon le règlement fédéral de l'Union Belge, une suspension qui "s'étend sur un nombre déterminé de matches ne peut être supérieure à huit journées effectives." Si la suspension est plus longue, "elle est prononcée de date en date." Les matches de Coupe de Belgique sont également comptabilisés dans la suspension. Le joueur pourra cependant continuer à évoluer dans l'équipe réserve de son club durant sa suspension. Pour les curieux, toutes les décisions prises par le Comité Sportif et le Comité d'Appel sont reprises dans la publication "La vie sportive" sur le site de l'Union Belge. Leur rayon d'action ne se limite pas qu'aux agressions et autres insultes lancées sur un terrain de football. Cette semaine par exemple, le Comité Sportif se penche sur le dossier des matches remis. Mais les affaires les plus chaudes concernent bien évidemment les mauvais comportements de certains joueurs ou autres fautes dangereuses. L'affaire Witsel est restée dans les mémoires. Le premier septembre 2009, le Comité Sportif a décidé de suspendre Axel Witsel pour plus de 8 journées effectives et ce jusqu'au 23 novembre 2009. Le Standardman et sa défense ont décidé d'aller en appel suite à cette sanction. Trois jours plus tard, le Comité d'Appel a pris sa décision : Witsel sera finalement suspendu pour la durée de huit matches. Plus récemment, Diniz, le Brésilien de l'AS Eupen, a été suspendu le 21 septembre 2010 pour huit journées effectives après avoir distribué quelques coups lors du match Eupen-Germinal Beerschot (0-2). Son appel a été rejeté par le Comité d'Appel qui a considéré la première sanction comme correcte vis-à-vis de l'attitude inadmissible de Diniz. Malheureusement, on ne finit pas d'entendre parler de suspensions et de ce Comité Sportif. Bien que l'erreur soit humaine, les mauvais comportements se répètent sans cesse sur les terrains de football. Mais devant tout ce système mis en place, on devrait pouvoir espérer un football pleinement fair-play et pacifique dans un futur plus ou moins proche. On devrait... Philippe Vincke (stg)