Il y a quelques jours, le Japon a présenté les médailles pour les Jeux olympiques d'été 2020. Le design pour les médailles est comme toujours choisi par le pays hôte. Cette année le design de l'artiste japonais Junichi Kawanishi a gagné le concours. En 2016 à Rio de Janeiro en Brésil les médailles étaient en partie recyclées.

Le Japon souhaite que les Jeux olympiques et paralympiques soient les plus verts possible. Les organisateurs ont mis en place le projet "Tokyo 2020 Medal". Ils ont demandé aux habitants de faire don de leurs petits appareils électroniques d'occasion tels que leurs portables ou caméras, car pour leur production, ils utilisent de nombreuses ressources précieuses. Le projet a comme but de favoriser la durabilité, mais également de renforcer le lien direct entre la population et les Jeux.

80.000 tonnes de déchets électroniques

Les communes qui ont participé ont collectionné environ 80.000 tonnes de déchets électroniques entre avril 2017 et mars 2019. Les boutiques de la compagnie de téléphone japonaise NTT Docomo ont collecté 6,21 millions de portables.

Le résultat : 32 kilogrammes d'or, 3500 kilogrammes d'argent et 2200 kilogrammes de bronze. Mi-juin, il était clair que les 5000 médailles olympiques et paralympiques seraient entièrement composées de déchets électroniques.

La dernière fois qu'il y a eu des médailles d'or "pures" avec un poids de 23 grammes, c'était en 1912. Les médailles d'or et d'argent à Tokyo sont composées de 92% d'argent. La couche des médailles d'or doit se composer au moins de 6 grammes d'or. Ce sont les conditions du Comité international olympique (CIO). Les médailles de bronze sont fabriquées en cuivre et d'étain.

Greta Pralle

Source : F.A.Z.