La réussite ou l'échec d'une carrière dépend souvent des choix du joueur. Parfois dictés par des impulsions, parfois influencés par la chance ou la malchance. Tomber dans le bon club, au bon moment, c'est souvent décisif.

A ce propos, Kevin Mirallas n'est pas verni, ces dernières années. Il y a trois ans, il décide de quitter Lille, sur un coup de tête. Personne n'a très bien compris son choix. Certes, il évoluait le plus souvent sur le flanc droit, alors qu'il revendiquait une place à la pointe de l'attaque, mais était-ce l'unique raison? Il opte pour Saint-Etienne, club historique, public fabuleux. Seulement voilà: les "Verts" connaissent une période difficile, luttent constamment contre la relégation et lui-même joue également sur le flanc droit. Pendant ce temps, le LOSC, qu'il vient de quitter, s'installe aux avant-postes et devient une valeur sûre de la Ligue 1.

Cet été, Mirallas décide de partir pour l'Olympiacos Le Pirée. Là aussi: club historique, public fabuleux, habitué de la Ligue des Champions. Seulement voilà: l'Olympiacos se fait sortir au tour préliminaire et l'entraîneur, qui avait fait venir Mirallas, est viré. Kevin se retrouve donc sur le banc, voire dans la tribune. Saint-Etienne, pendant ce temps? En tête de la Ligue 1, tout simplement!

Daniel Devos

La réussite ou l'échec d'une carrière dépend souvent des choix du joueur. Parfois dictés par des impulsions, parfois influencés par la chance ou la malchance. Tomber dans le bon club, au bon moment, c'est souvent décisif. A ce propos, Kevin Mirallas n'est pas verni, ces dernières années. Il y a trois ans, il décide de quitter Lille, sur un coup de tête. Personne n'a très bien compris son choix. Certes, il évoluait le plus souvent sur le flanc droit, alors qu'il revendiquait une place à la pointe de l'attaque, mais était-ce l'unique raison? Il opte pour Saint-Etienne, club historique, public fabuleux. Seulement voilà: les "Verts" connaissent une période difficile, luttent constamment contre la relégation et lui-même joue également sur le flanc droit. Pendant ce temps, le LOSC, qu'il vient de quitter, s'installe aux avant-postes et devient une valeur sûre de la Ligue 1. Cet été, Mirallas décide de partir pour l'Olympiacos Le Pirée. Là aussi: club historique, public fabuleux, habitué de la Ligue des Champions. Seulement voilà: l'Olympiacos se fait sortir au tour préliminaire et l'entraîneur, qui avait fait venir Mirallas, est viré. Kevin se retrouve donc sur le banc, voire dans la tribune. Saint-Etienne, pendant ce temps? En tête de la Ligue 1, tout simplement! Daniel Devos