Dimanche soir, quand Hein Vanhaezebrouck enverra ses joueurs sur la pelouse du stade Constant Vanden Stock, ils ne retrouveront pas Dalibor Veselinovic. Anderlecht a inséré dans le contrat de location du joueur à Courtrai une clause lui interdisant d'aligner le Serbe contre son employeur.

"C'est exact", déclare Herman Van Holsbeeck, le manager d'Anderlecht. "Emmené par le capitaine Olivier Deschacht, le conseil des joueurs est venu me trouver, sachant que le règlement fédéral permet à un club qui met un joueur à la disposition d'un autre d'interdire qu'il soit aligné contre son club. Anderlecht a un noyau étoffé et loue constamment des joueurs. Le conseil a constaté que ces footballeurs sont souvent déçus d'avoir été casés ailleurs et qu'ils sont donc survoltés à l'idée de jouer contre nous. En plus, ils sont fréquemment payés par nos soins, en grande partie voire totalement. Le conseil des joueurs jugeait la situation malsaine. J'ai suivi son argumentation, qui était correcte." La démarche du conseil des joueurs a eu lieu après la location de Pablo Chavarría (Courtrai) et de Christophe Diandy (OH Louvain). Ces deux éléments échappent donc à la nouvelle ligne de conduite mauve. Celle-ci ne constitue d'ailleurs pas une primeur. Quand le Standard a cédé Rami Gershon puis Christian Benteke à Courtrai, il a interdit aux joueurs de disputer les matches opposant les Flandriens aux Liégeois, même si Courtrai a ensuite obtenu la levée de cette condition.

La saison dernière, la mise à disposition de Hernan Losada à Charleroi a entraîné une fameuse joute verbale entre Anderlecht et le Standard. Losada a prétendu qu'Anderlecht avait refusé qu'il joue 90 minutes contre lui, ce qu'Anderlecht a nié.

Van Holsbeeck : "Dans le passé, nous n'avons jamais fait de problèmes. Chavarria et Reynaldo ont marqué contre nous la saison passée alors que nous nous acquittions de leur salaire. Maintenant, nous devons reconnaître honnêtement que ce n'est plus tenable. Imaginez qu'Anderlecht affronte Courtrai dans les play-offs, avec comme enjeu la qualification pour la Ligue des Champions et que notre adversaire aligne en attaque le duo Chavarria-Veselinovic. Ce ne serait pas sain. Désormais, aucun footballeur que nous louons en Belgique ne pourra jouer contre nous." Veselinovic n'est pas enchanté. "Je ne sais pas si Anderlecht me redoute mais je trouve sa conduite étrange. Tous les autres joueurs loués peuvent l'affronter, sauf moi. J'ai tenté de faire ôter cette clause de mon contrat mais Van Holsbeeck a été catégorique. Ce n'est évidemment pas une catastrophe. Je ferai mes preuves dans les 28 autres joutes." Jan Hauspie et Bregt Vermeulen, Sport/Foot Magazine

Dimanche soir, quand Hein Vanhaezebrouck enverra ses joueurs sur la pelouse du stade Constant Vanden Stock, ils ne retrouveront pas Dalibor Veselinovic. Anderlecht a inséré dans le contrat de location du joueur à Courtrai une clause lui interdisant d'aligner le Serbe contre son employeur. "C'est exact", déclare Herman Van Holsbeeck, le manager d'Anderlecht. "Emmené par le capitaine Olivier Deschacht, le conseil des joueurs est venu me trouver, sachant que le règlement fédéral permet à un club qui met un joueur à la disposition d'un autre d'interdire qu'il soit aligné contre son club. Anderlecht a un noyau étoffé et loue constamment des joueurs. Le conseil a constaté que ces footballeurs sont souvent déçus d'avoir été casés ailleurs et qu'ils sont donc survoltés à l'idée de jouer contre nous. En plus, ils sont fréquemment payés par nos soins, en grande partie voire totalement. Le conseil des joueurs jugeait la situation malsaine. J'ai suivi son argumentation, qui était correcte." La démarche du conseil des joueurs a eu lieu après la location de Pablo Chavarría (Courtrai) et de Christophe Diandy (OH Louvain). Ces deux éléments échappent donc à la nouvelle ligne de conduite mauve. Celle-ci ne constitue d'ailleurs pas une primeur. Quand le Standard a cédé Rami Gershon puis Christian Benteke à Courtrai, il a interdit aux joueurs de disputer les matches opposant les Flandriens aux Liégeois, même si Courtrai a ensuite obtenu la levée de cette condition. La saison dernière, la mise à disposition de Hernan Losada à Charleroi a entraîné une fameuse joute verbale entre Anderlecht et le Standard. Losada a prétendu qu'Anderlecht avait refusé qu'il joue 90 minutes contre lui, ce qu'Anderlecht a nié. Van Holsbeeck : "Dans le passé, nous n'avons jamais fait de problèmes. Chavarria et Reynaldo ont marqué contre nous la saison passée alors que nous nous acquittions de leur salaire. Maintenant, nous devons reconnaître honnêtement que ce n'est plus tenable. Imaginez qu'Anderlecht affronte Courtrai dans les play-offs, avec comme enjeu la qualification pour la Ligue des Champions et que notre adversaire aligne en attaque le duo Chavarria-Veselinovic. Ce ne serait pas sain. Désormais, aucun footballeur que nous louons en Belgique ne pourra jouer contre nous." Veselinovic n'est pas enchanté. "Je ne sais pas si Anderlecht me redoute mais je trouve sa conduite étrange. Tous les autres joueurs loués peuvent l'affronter, sauf moi. J'ai tenté de faire ôter cette clause de mon contrat mais Van Holsbeeck a été catégorique. Ce n'est évidemment pas une catastrophe. Je ferai mes preuves dans les 28 autres joutes." Jan Hauspie et Bregt Vermeulen, Sport/Foot Magazine