Cette année encore, le ramadan a produit des effets physiques sur l'un ou l'autre footballeur de notre championnat. On en a l'habitude et les clubs qui engagent des joueurs musulmans y sont préparés et l'acceptent généralement. Par contre, on n'est pas habitué à ce que la principale fête de la religion juive, le Yom Kippour (jour de jeûne et journée la plus sainte de l'année), perturbe une de nos équipes.

Ce samedi, le leader Genk affronte Lokeren. Elyaniv Barda, l'attaquant israélien de Genk, a prévenu qu'il ne jouerait pas ce match et que sa religion lui interdisait même d'y assister depuis la tribune. Jour de Yom Kippour oblige. Samedi, Barda se contentera d'aller à la synagogue d'Anvers, et pour le reste, il se reposera. Ce sera une première pour ce joueur depuis qu'il est en Belgique car c'est la première fois que le Yom Kippour tombe le jour d'un match. Son coach, Frankie Vercauteren, lui en parlera ce mercredi mais a déjà dit qu'il respecterait son choix.

Pierre Danvoye

Cette année encore, le ramadan a produit des effets physiques sur l'un ou l'autre footballeur de notre championnat. On en a l'habitude et les clubs qui engagent des joueurs musulmans y sont préparés et l'acceptent généralement. Par contre, on n'est pas habitué à ce que la principale fête de la religion juive, le Yom Kippour (jour de jeûne et journée la plus sainte de l'année), perturbe une de nos équipes. Ce samedi, le leader Genk affronte Lokeren. Elyaniv Barda, l'attaquant israélien de Genk, a prévenu qu'il ne jouerait pas ce match et que sa religion lui interdisait même d'y assister depuis la tribune. Jour de Yom Kippour oblige. Samedi, Barda se contentera d'aller à la synagogue d'Anvers, et pour le reste, il se reposera. Ce sera une première pour ce joueur depuis qu'il est en Belgique car c'est la première fois que le Yom Kippour tombe le jour d'un match. Son coach, Frankie Vercauteren, lui en parlera ce mercredi mais a déjà dit qu'il respecterait son choix. Pierre Danvoye