"C'est mieux qu'un Ballon d'Or" (qu'il avait reçu en 1993), a dit Roberto Baggio à l'agence italienne Ansa. "Comparés à cette récompense, les autres succès personnels et professionnels deviennent risibles." Le prix sera remis vendredi à Hiroshima, au Japon, à Baggio, 43 ans, converti au bouddhisme et récompensé pour son engagement humanitaire, en particulier en Birmanie. Ambassadeur de bonne volonté de la FAO (Organisation pour l'alimentation et l'agriculture) depuis 2002, Roberto Baggio a notamment milité pour la libération de la dirigeante de l'opposition birmane Aung San Suu Kyi. Le milieu de terrain offensif, excellent technicien, avait été surnommé le "divin à la queue de cheval" en raison de sa coiffure. Baggio a pris sa retraite en 2004 après une carrière passée, entre autres, à la Fiorentina, la Juventus, l'AC Milan et l'Inter et après avoir participé à trois Coupes du monde.

Sportmagazine.be, avec Belga

"C'est mieux qu'un Ballon d'Or" (qu'il avait reçu en 1993), a dit Roberto Baggio à l'agence italienne Ansa. "Comparés à cette récompense, les autres succès personnels et professionnels deviennent risibles." Le prix sera remis vendredi à Hiroshima, au Japon, à Baggio, 43 ans, converti au bouddhisme et récompensé pour son engagement humanitaire, en particulier en Birmanie. Ambassadeur de bonne volonté de la FAO (Organisation pour l'alimentation et l'agriculture) depuis 2002, Roberto Baggio a notamment milité pour la libération de la dirigeante de l'opposition birmane Aung San Suu Kyi. Le milieu de terrain offensif, excellent technicien, avait été surnommé le "divin à la queue de cheval" en raison de sa coiffure. Baggio a pris sa retraite en 2004 après une carrière passée, entre autres, à la Fiorentina, la Juventus, l'AC Milan et l'Inter et après avoir participé à trois Coupes du monde. Sportmagazine.be, avec Belga