Il y a le feu dans les relations entre le Standard et son public. Les joueurs, le staff technique et la direction sont visés par des agitateurs qui critiquent surtout la gestion sportive des derniers mois. Ils se sont manifestés bruyamment et via des banderoles samedi dernier contre Courtrai et il y a eu des dégradations et des bagarres avec la police après le match.

Sur son site officiel, le club a publié un communiqué qui contient quelques passages salés et des formules parfois ironiques, comme celle-ci: "Le Standard a bien joué et rentre dans le Top 6: que d'occasions de se réjouir". Ou encore: "Les joueurs auraient pu être déstabilisés par le climat malsain installé par quelques individus. Malgré cela, le groupe s'est battu en formant un bloc".

L'équipe n'a pas fait de tour d'honneur après la rencontre: c'est toujours mal vu, dans n'importe quel stade, mais dans ce cas, la direction donne raison aux joueurs. Lucien D'Onofrio affirme que les joueurs "ont eu une attitude très positive pour leur club et leur blason. Ils ont pris leurs responsabilités face à un comportement particulièrement négatif de certains qui n'ont peut-être pas leur place au sein du fabuleux public de Sclessin". D'Onofrio dit également que les patrons du Real Madrid ont tout récemment félicité les dirigeants du Standard pour leur gestion saine.

Les supporters raisonnement autrement. Pour eux, avoir vendu depuis deux ans presque tout ce qui était vendable, ne pas s'être vraiment renforcé et avoir repris un entraîneur maison qui n'avait pas du tout la cote ou le niveau, c'est tout sauf une gestion intelligente.

Pierre Danvoye

Il y a le feu dans les relations entre le Standard et son public. Les joueurs, le staff technique et la direction sont visés par des agitateurs qui critiquent surtout la gestion sportive des derniers mois. Ils se sont manifestés bruyamment et via des banderoles samedi dernier contre Courtrai et il y a eu des dégradations et des bagarres avec la police après le match. Sur son site officiel, le club a publié un communiqué qui contient quelques passages salés et des formules parfois ironiques, comme celle-ci: "Le Standard a bien joué et rentre dans le Top 6: que d'occasions de se réjouir". Ou encore: "Les joueurs auraient pu être déstabilisés par le climat malsain installé par quelques individus. Malgré cela, le groupe s'est battu en formant un bloc". L'équipe n'a pas fait de tour d'honneur après la rencontre: c'est toujours mal vu, dans n'importe quel stade, mais dans ce cas, la direction donne raison aux joueurs. Lucien D'Onofrio affirme que les joueurs "ont eu une attitude très positive pour leur club et leur blason. Ils ont pris leurs responsabilités face à un comportement particulièrement négatif de certains qui n'ont peut-être pas leur place au sein du fabuleux public de Sclessin". D'Onofrio dit également que les patrons du Real Madrid ont tout récemment félicité les dirigeants du Standard pour leur gestion saine. Les supporters raisonnement autrement. Pour eux, avoir vendu depuis deux ans presque tout ce qui était vendable, ne pas s'être vraiment renforcé et avoir repris un entraîneur maison qui n'avait pas du tout la cote ou le niveau, c'est tout sauf une gestion intelligente. Pierre Danvoye