Par Frédéric Waseige

Guidetti est Suédois, de grand-père italien et de grand-mère brésilienne, élevé au Kenya et révélé au Pays-Bas. Une attraction qui attire tous les regards et toutes les convoitises. Une attraction terrestre qui défie la relativité des chiffres, la logique des limites de l'humanus footbalisticus. Il détrône des palmarès des extra-terrestres qui ont rendu fou notre belle planète foot. Dépassés les van Basten, Romario, Ronaldo et Suarez. Point commun entre ces joueurs : les Pays-Bas. Don commun : Natural Born Buteur. Guidetti explose les chiffres de ces génies. 18 buts en 16 matches de championnat. Un but toutes les 61 minutes, c'est mieux que Messi et Cristiano Ronaldo.

Comparaison n'est pas raison, d'ailleurs, je renie déjà cette phrase à la con mais comparer peut aider à s'extasier. Regarder peut aider à affirmer que ce joueur est hors du commun. Trois triplés consécutifs à domicile. Paraît que sa femme ne veut pas d'enfants. Pas maintenant, trop risqué. Rotterdam est fou de lui. Les supporters de Feyenoord ont lancé une pétition, 30.000 signataires avec un seul souhait : le garder. Et pas seulement parce qu'un de ces hat-tricks a humilié l'Ajax.

Problème ! Y'a aucune chance. Ce gamin appartient déjà à la Foot Business Corporation For Billionaire of Manchester. A l'époque où Manchester City était encore un club "normal", son compatriote Sven Goran Eriksson était le coach des Citizens. Plus pour longtemps mais juste le temps de repérer le p'tit John qui cartonne au pays. Une petite poignée de livres suffit. Quelques semaines plus tard, Eriksson est viré et Robinho arrive du Real Madrid pour 32 millions de livres. Guidetti, lui, n'a que 15 ans et n'est riche que de son enfance exceptionnelle. Au Kenya, avec papa en mission humanitaire pour construire des écoles. John apprend le foot dans les rues de la banlieue de Nairobi. Il joue comme les potes, pieds nus et jusqu'à ce qu'ils soient en sang. Il dribble même les éléphants. Décor de rêve mais réalité tout autre. "C'était la guerre. C'était courir, se battre et courir à nouveau. Seuls le sang et les éléphants nous obligeaient à nous arrêter". Drôle de formation pour une vie déjà unique.

Fin de mission pour le père. Retour au pays. Il a 15 ans et signe à Brommapojkarna. Autre banlieue, celle de Stockholm, mais destin tout aussi surréaliste. Ce club est tout simplement le club avec le plus d'affiliés en Europe. 3.000 joueurs répartis en 247 équipes. Et une collaboration avec Manchester United. John signe donc avec Manchester... City. Un destin de fou. Qu'il exalte dès son arrivée. 13 buts en 13 matches avec les -18. Premier match avec la réserve : un triplé. Ce type multiplie par trois pendant que les autres additionnent péniblement le chiffre un. Même démesure avec les équipes nationales suédoises. Huit buts en 11 matches avec les U17 et 5 en 5 rencontres avec les U19. C'est trop incroyable et pourtant c'est vrai. Comme la cata évitée de justesse par Man City. Noyé parmi les 64 joueurs sous contrat pro, le club l'avait quasi oublié. Le gamin signe avec Twente, une provoc en forme de choc pour les dirigeants. Pas question, tu restes. Contrat de trois ans et prêt d'un à Feyenoord où Robin van Persie passe maintenant pour un communiant. Robin The Gunner y a marqué 14 buts en trois saisons : Guidetti a fait mieux en 18 matches. Le Rhino (son surnom) enrhume ses adversaires, sent les bons coups. Solide comme un Suédois, malin comme un Italien, créatif comme un Brésilien, imprévisible comme un Africain, il est le monde et le monde le veut.

Son premier rendez-vous manqué, c'était mercredi dernier avec les A suédois. Une blessure la veille de ce qui devait être sa première cap. Une désillusion qui ne va rien changer. Le Rhino sera bientôt le roi de la jungle.

Par Frédéric WaseigeGuidetti est Suédois, de grand-père italien et de grand-mère brésilienne, élevé au Kenya et révélé au Pays-Bas. Une attraction qui attire tous les regards et toutes les convoitises. Une attraction terrestre qui défie la relativité des chiffres, la logique des limites de l'humanus footbalisticus. Il détrône des palmarès des extra-terrestres qui ont rendu fou notre belle planète foot. Dépassés les van Basten, Romario, Ronaldo et Suarez. Point commun entre ces joueurs : les Pays-Bas. Don commun : Natural Born Buteur. Guidetti explose les chiffres de ces génies. 18 buts en 16 matches de championnat. Un but toutes les 61 minutes, c'est mieux que Messi et Cristiano Ronaldo. Comparaison n'est pas raison, d'ailleurs, je renie déjà cette phrase à la con mais comparer peut aider à s'extasier. Regarder peut aider à affirmer que ce joueur est hors du commun. Trois triplés consécutifs à domicile. Paraît que sa femme ne veut pas d'enfants. Pas maintenant, trop risqué. Rotterdam est fou de lui. Les supporters de Feyenoord ont lancé une pétition, 30.000 signataires avec un seul souhait : le garder. Et pas seulement parce qu'un de ces hat-tricks a humilié l'Ajax. Problème ! Y'a aucune chance. Ce gamin appartient déjà à la Foot Business Corporation For Billionaire of Manchester. A l'époque où Manchester City était encore un club "normal", son compatriote Sven Goran Eriksson était le coach des Citizens. Plus pour longtemps mais juste le temps de repérer le p'tit John qui cartonne au pays. Une petite poignée de livres suffit. Quelques semaines plus tard, Eriksson est viré et Robinho arrive du Real Madrid pour 32 millions de livres. Guidetti, lui, n'a que 15 ans et n'est riche que de son enfance exceptionnelle. Au Kenya, avec papa en mission humanitaire pour construire des écoles. John apprend le foot dans les rues de la banlieue de Nairobi. Il joue comme les potes, pieds nus et jusqu'à ce qu'ils soient en sang. Il dribble même les éléphants. Décor de rêve mais réalité tout autre. "C'était la guerre. C'était courir, se battre et courir à nouveau. Seuls le sang et les éléphants nous obligeaient à nous arrêter". Drôle de formation pour une vie déjà unique. Fin de mission pour le père. Retour au pays. Il a 15 ans et signe à Brommapojkarna. Autre banlieue, celle de Stockholm, mais destin tout aussi surréaliste. Ce club est tout simplement le club avec le plus d'affiliés en Europe. 3.000 joueurs répartis en 247 équipes. Et une collaboration avec Manchester United. John signe donc avec Manchester... City. Un destin de fou. Qu'il exalte dès son arrivée. 13 buts en 13 matches avec les -18. Premier match avec la réserve : un triplé. Ce type multiplie par trois pendant que les autres additionnent péniblement le chiffre un. Même démesure avec les équipes nationales suédoises. Huit buts en 11 matches avec les U17 et 5 en 5 rencontres avec les U19. C'est trop incroyable et pourtant c'est vrai. Comme la cata évitée de justesse par Man City. Noyé parmi les 64 joueurs sous contrat pro, le club l'avait quasi oublié. Le gamin signe avec Twente, une provoc en forme de choc pour les dirigeants. Pas question, tu restes. Contrat de trois ans et prêt d'un à Feyenoord où Robin van Persie passe maintenant pour un communiant. Robin The Gunner y a marqué 14 buts en trois saisons : Guidetti a fait mieux en 18 matches. Le Rhino (son surnom) enrhume ses adversaires, sent les bons coups. Solide comme un Suédois, malin comme un Italien, créatif comme un Brésilien, imprévisible comme un Africain, il est le monde et le monde le veut. Son premier rendez-vous manqué, c'était mercredi dernier avec les A suédois. Une blessure la veille de ce qui devait être sa première cap. Une désillusion qui ne va rien changer. Le Rhino sera bientôt le roi de la jungle.