"Dans un document de l'Office des poursuites daté de lundi que la RTS a pu se procurer, on découvre que le club cumule près de 4,2 millions de francs (suisses) de dettes", explique la TSR sur son site internet. "A la veille d'un jour crucial pour NE Xamax, où pourrait se décider sa mise en faillite devant un tribunal, de nouvelles créances sortent du placard", poursuit-elle.

Au 14 décembre, 25 créanciers réclamaient 3,2 millions de francs, mais ils sont désormais 69, selon la TSR, à demander des comptes à l'homme d'affaires tchétchène Bulat Chagaev qui a repris le club en mai dernier.

Ce mardi, la justice neuchâteloise doit se prononcer sur une demande de mise en faillite du club, réclamée par l'agent d'un joueur (Freddy Mveng, transféré de Xamax aux Young Boys de Berne cet été) et qui assure n'avoir pas reçu les 400.000 francs qui lui étaient promis pour un transfert.

Le club est poursuivi par de nombreux créanciers, des anciens employés licenciés, des fournisseurs et des administrations, comme la caisse de chômage.

Le président et propriétaire de Neuchâtel Xamax fait également l'objet d'une plainte pénale pour diffamation et calomnie à l'encontre d'anciens employés du club.

Sportfootmagazine.be, avec Belga

"Dans un document de l'Office des poursuites daté de lundi que la RTS a pu se procurer, on découvre que le club cumule près de 4,2 millions de francs (suisses) de dettes", explique la TSR sur son site internet. "A la veille d'un jour crucial pour NE Xamax, où pourrait se décider sa mise en faillite devant un tribunal, de nouvelles créances sortent du placard", poursuit-elle. Au 14 décembre, 25 créanciers réclamaient 3,2 millions de francs, mais ils sont désormais 69, selon la TSR, à demander des comptes à l'homme d'affaires tchétchène Bulat Chagaev qui a repris le club en mai dernier. Ce mardi, la justice neuchâteloise doit se prononcer sur une demande de mise en faillite du club, réclamée par l'agent d'un joueur (Freddy Mveng, transféré de Xamax aux Young Boys de Berne cet été) et qui assure n'avoir pas reçu les 400.000 francs qui lui étaient promis pour un transfert. Le club est poursuivi par de nombreux créanciers, des anciens employés licenciés, des fournisseurs et des administrations, comme la caisse de chômage. Le président et propriétaire de Neuchâtel Xamax fait également l'objet d'une plainte pénale pour diffamation et calomnie à l'encontre d'anciens employés du club. Sportfootmagazine.be, avec Belga