Encore une fois une équipe belge (équipe nationale ou club) n'arrive pas à garder un résultat jusqu'au coup de sifflet final. Mercredi soir face à la Finlande, on pensait le match gagné pour les Diables Rouges puisqu'à part les quelques actions finlandaises dues à des erreurs défensives, les Belges ont maitrisé leur sujet. Même Dries Mertens, remplaçant, y est allé de son action dangereuse (frappe déviée sur le poteau par le gardien finlandais) en fin de match.
Mais les joueurs de Georges Leekens ont été rattrapés par leurs démons puisque sur une énième faute de marquage (un système à revoir ?), les Finlandais sont revenus au score dans les arrêts de jeu.

Encore une fois donc. En effet, ce n'est pas la première fois que ce genre de situation arrive. Souvenez-vous d'un certain Belgique-Autriche en octobre dernier où après un retour spectaculaire, les Diables loupent les trois points en encaissant un quatrième but à la 92ème minute ou encore d'un Hadjuk Split - Anderlecht en Europa League où les Bruxellois sont revenus bredouilles au pays après avoir encaissés un but à la 96ème. Et on passe le match contre l'Espagne en 2008 au Stade Roi Baudouin.

En tant que supporter, on a le sourire en voyant une équipe belge faire un bon résultat et bardaf, un goal venu d'on ne sait où gâche la soirée. Ce petit goal qui fait mal, celui-là même qui à chaque fois met en péril la qualification pour le tour suivant. Anderlecht, avec la perte du point du match nul en Croatie, s'est qualifié grâce aux Russes du Zenit St. Petersburg ; la Belgique, après ce match face à l'Autriche à domicile est obligée de gagner tous ces matches (excepté l'Allemagne ?) pour avoir une chance de se qualifier pour l'Euro 2012 en Ukraine et en Pologne.

Que se passe-t-il donc avec les équipes belges ? Pourquoi n'arrivent-elles pas à garder un résultat alors qu'il ne reste que quelques minutes ? L'hypothèse la plus probable serait un manque de concentration. Sans doute pensent-ils, inconsciemment du moins, que le match est plié et qu'ils peuvent terminer tranquillement. Mais allez, ce sont des professionnels, si eux oublient qu'un match se termine au coup de sifflet final de l'arbitre, qui va s'en souvenir...

Une chose est certaine, si les Belges veulent faire des gros résultats face à des équipes considérées comme plus fortes, il va falloir gommer les erreurs défensives et surtout apprendre à maintenir un résultat.

Pierre Vandevelde (stg)

Encore une fois une équipe belge (équipe nationale ou club) n'arrive pas à garder un résultat jusqu'au coup de sifflet final. Mercredi soir face à la Finlande, on pensait le match gagné pour les Diables Rouges puisqu'à part les quelques actions finlandaises dues à des erreurs défensives, les Belges ont maitrisé leur sujet. Même Dries Mertens, remplaçant, y est allé de son action dangereuse (frappe déviée sur le poteau par le gardien finlandais) en fin de match. Mais les joueurs de Georges Leekens ont été rattrapés par leurs démons puisque sur une énième faute de marquage (un système à revoir ?), les Finlandais sont revenus au score dans les arrêts de jeu. Encore une fois donc. En effet, ce n'est pas la première fois que ce genre de situation arrive. Souvenez-vous d'un certain Belgique-Autriche en octobre dernier où après un retour spectaculaire, les Diables loupent les trois points en encaissant un quatrième but à la 92ème minute ou encore d'un Hadjuk Split - Anderlecht en Europa League où les Bruxellois sont revenus bredouilles au pays après avoir encaissés un but à la 96ème. Et on passe le match contre l'Espagne en 2008 au Stade Roi Baudouin. En tant que supporter, on a le sourire en voyant une équipe belge faire un bon résultat et bardaf, un goal venu d'on ne sait où gâche la soirée. Ce petit goal qui fait mal, celui-là même qui à chaque fois met en péril la qualification pour le tour suivant. Anderlecht, avec la perte du point du match nul en Croatie, s'est qualifié grâce aux Russes du Zenit St. Petersburg ; la Belgique, après ce match face à l'Autriche à domicile est obligée de gagner tous ces matches (excepté l'Allemagne ?) pour avoir une chance de se qualifier pour l'Euro 2012 en Ukraine et en Pologne. Que se passe-t-il donc avec les équipes belges ? Pourquoi n'arrivent-elles pas à garder un résultat alors qu'il ne reste que quelques minutes ? L'hypothèse la plus probable serait un manque de concentration. Sans doute pensent-ils, inconsciemment du moins, que le match est plié et qu'ils peuvent terminer tranquillement. Mais allez, ce sont des professionnels, si eux oublient qu'un match se termine au coup de sifflet final de l'arbitre, qui va s'en souvenir... Une chose est certaine, si les Belges veulent faire des gros résultats face à des équipes considérées comme plus fortes, il va falloir gommer les erreurs défensives et surtout apprendre à maintenir un résultat. Pierre Vandevelde (stg)