Cela avait beaucoup fait jaser: le Lierse, qui s'était sauvé lors de la dernière journée "grâce à la complaisance de Bruges" comme disait Rodrigo Beenkens, pourrait-il finalement décrocher un ticket européen par l'intermédiaire des PO2 et la finale face au quatrième des PO1? Cette perspective avait surgi lorsque le Lierse a pris la tête de son groupe, dans les PO2. Sportivement, ce n'était pas du tout impossible.

Oui, mais voilà: le Lierse n'a pas demandé la licence européenne et, quoi qu'il advienne, ne pourra donc pas prétendre à évoluer sur la scène européenne la saison prochaine. S'il terminait sa poule de PO2 en tête, il ne serait même pas autorisé à affronter le premier de l'autre poule: c'est le deuxième qui prendrait sa place. Aux yeux de tous ceux qui pourfendent la formule des play-offs, voilà au moins l'éthique sauve...

Daniel Devos

Cela avait beaucoup fait jaser: le Lierse, qui s'était sauvé lors de la dernière journée "grâce à la complaisance de Bruges" comme disait Rodrigo Beenkens, pourrait-il finalement décrocher un ticket européen par l'intermédiaire des PO2 et la finale face au quatrième des PO1? Cette perspective avait surgi lorsque le Lierse a pris la tête de son groupe, dans les PO2. Sportivement, ce n'était pas du tout impossible. Oui, mais voilà: le Lierse n'a pas demandé la licence européenne et, quoi qu'il advienne, ne pourra donc pas prétendre à évoluer sur la scène européenne la saison prochaine. S'il terminait sa poule de PO2 en tête, il ne serait même pas autorisé à affronter le premier de l'autre poule: c'est le deuxième qui prendrait sa place. Aux yeux de tous ceux qui pourfendent la formule des play-offs, voilà au moins l'éthique sauve... Daniel Devos