Le peloton passera trois jours en Irlande avec une première étape à Belfast puis le surlendemain un passage à Dublin avant de regagner la Botte. L'arrivée finale sera jugée à Trieste, 100 ans après le début de la première guerre mondiale à l'issue de laquelle la ville était devenue italienne (1921) et 60 ans après sa réintégration partielle à l'Italie (1954). Sur le plan sportif, l'attraction du Giro sera la 20e et avant-dernière étape avec l'arrivée au sommet du Monte Zoncolan (1750 M d'altitude). En empruntant le versant le plus dur d'Ovaro avec une montée de 10 km de 11,9% de moyenne et des rampes à 20%, les organisateurs espèrent que le suspense pour le maillot rose restera entier jusqu'au bout. "Rendez-vous en enfer", a plaisanté la gouverneur Debora Serracchiani à propos du col, en espérant que les images toujours spectaculaires de cette ascension feraient le tour du monde pour donner un coup de pouce au tourisme local. "Ce sera une vitrine pour le monde", a-t-elle assuré. En 2013, l'Italien Vincenzo Nibali s'était imposé devant le Colombien Rigoberto Uran et l'Australien Cadel Evans. (Belga)

Le peloton passera trois jours en Irlande avec une première étape à Belfast puis le surlendemain un passage à Dublin avant de regagner la Botte. L'arrivée finale sera jugée à Trieste, 100 ans après le début de la première guerre mondiale à l'issue de laquelle la ville était devenue italienne (1921) et 60 ans après sa réintégration partielle à l'Italie (1954). Sur le plan sportif, l'attraction du Giro sera la 20e et avant-dernière étape avec l'arrivée au sommet du Monte Zoncolan (1750 M d'altitude). En empruntant le versant le plus dur d'Ovaro avec une montée de 10 km de 11,9% de moyenne et des rampes à 20%, les organisateurs espèrent que le suspense pour le maillot rose restera entier jusqu'au bout. "Rendez-vous en enfer", a plaisanté la gouverneur Debora Serracchiani à propos du col, en espérant que les images toujours spectaculaires de cette ascension feraient le tour du monde pour donner un coup de pouce au tourisme local. "Ce sera une vitrine pour le monde", a-t-elle assuré. En 2013, l'Italien Vincenzo Nibali s'était imposé devant le Colombien Rigoberto Uran et l'Australien Cadel Evans. (Belga)