Hier soir, Anderlecht a joué par une température de -18°C à Saint-Pétersbourg. A Gand, il y avait huit degrés de plus, mais il n'a pas cessé de neiger pendant toute la rencontre et les problèmes de circulation étaient réels. Certains pensent que, s'il s'était agi d'un simple match de championnat de Belgique, on l'aurait reporté.

Pas sûr. Mardi, l'AS Eupen a dû se présenter à l'Union belge pour démontrer que le club avait mis tous les moyens en oeuvre pour jouer le match contre Malines, le 18 novembre. On croit rêver: ce week-end là, des centaines de caves étaient inondées et les pompiers ont passé toute l'après-midi à essayer d'assécher le terrain du Kehrweg, alors qu'ils avaient mieux à faire. La décision a été reportée au 14 décembre et Eupen risque le forfait.

Le week-end dernier, le report du match Courtrai-Lokeren avait déjà été décrété la veille, par le même arbitre (Philippe Flament) qui avait déclaré la pelouse du Kehrweg impraticable. Or, le samedi, il n'a pas plu une goutte. Avec les mêmes moyens que ceux mis en oeuvre à Eupen la veille, Courtrai n'aurait-il pas pu rendre son terrain praticable? Si on pose la question aux Germanophones, on doit aussi la poser aux Flandriens, sous peine de faire deux poids, deux mesures.

Et ce samedi, jouera-t-on à Eupen? "La pelouse sera praticable", assure Manfred Theissen. "Le système de chauffage fonctionne et on déblayera encore la pelouse vendredi et samedi. Donc, si telle est la volonté de la Commission du calendrier, on jouera. Mais je me mets aussi à la place des supporters, et même de l'équipe, de Gand qui aura peut-être du mal à rallier notre stade."

Daniel Devos

Hier soir, Anderlecht a joué par une température de -18°C à Saint-Pétersbourg. A Gand, il y avait huit degrés de plus, mais il n'a pas cessé de neiger pendant toute la rencontre et les problèmes de circulation étaient réels. Certains pensent que, s'il s'était agi d'un simple match de championnat de Belgique, on l'aurait reporté. Pas sûr. Mardi, l'AS Eupen a dû se présenter à l'Union belge pour démontrer que le club avait mis tous les moyens en oeuvre pour jouer le match contre Malines, le 18 novembre. On croit rêver: ce week-end là, des centaines de caves étaient inondées et les pompiers ont passé toute l'après-midi à essayer d'assécher le terrain du Kehrweg, alors qu'ils avaient mieux à faire. La décision a été reportée au 14 décembre et Eupen risque le forfait. Le week-end dernier, le report du match Courtrai-Lokeren avait déjà été décrété la veille, par le même arbitre (Philippe Flament) qui avait déclaré la pelouse du Kehrweg impraticable. Or, le samedi, il n'a pas plu une goutte. Avec les mêmes moyens que ceux mis en oeuvre à Eupen la veille, Courtrai n'aurait-il pas pu rendre son terrain praticable? Si on pose la question aux Germanophones, on doit aussi la poser aux Flandriens, sous peine de faire deux poids, deux mesures. Et ce samedi, jouera-t-on à Eupen? "La pelouse sera praticable", assure Manfred Theissen. "Le système de chauffage fonctionne et on déblayera encore la pelouse vendredi et samedi. Donc, si telle est la volonté de la Commission du calendrier, on jouera. Mais je me mets aussi à la place des supporters, et même de l'équipe, de Gand qui aura peut-être du mal à rallier notre stade." Daniel Devos