Par Jacques Sys

Dimanche soir à Ostende, on a pu à nouveau voir un football médiocre dans le chef des Brugeois: rien de neuf en milieu de terrain, pas de danger à l'avant, trop de longues passes vers Tom De Sutter. Pourtant, le Club a marqué après trois minutes, mais n'a pas su en tirer profit. Au contraire. Un Ostende enthousiaste est revenu dans le match pour prendre le dessus. Après coup, l'entraîneur de Bruges, Garrido a parlé de paresse et a décrété que ses joueurs devaient apprendre à respecter tous leurs adversaires. Pourtant, l'excès de confiance ne caractérise vraiment pas les Blauw en Zwart en ce moment.

Le Club avait déjà joué un match lamentable à Wroclaw en Pologne. Il sera difficile de rectifier la défaite 1-0 jeudi prochain. La Venise du Nord attend les libérateurs, les joueurs qui donnent une véritable plus-value à l'équipe. Un Maxime Lestienne auteur d'une action décisive à Ostende par exemple. Ou un Victor Vazquez rétabli et qui doit structurer le jeu. Et Timmy Simons bien sûr, même s'il était présent en Pologne. Et, à terme, il y a encore Vadis Odjidja, intrinsèquement toujours l'un de nos meilleurs joueurs. Et encore Thomas Meunier, qui est au sommet de ses capacités en tant qu'ailier droit, mais qui devra certainement redescendre au back, là où Tom Hogli semble faire office de solution d'urgence. Bizarre que les flancs défensifs du Club ne soient pas encore fixés. Et n'oublions pas que Laurens De Bock non plus n'a encore réussi à convaincre totalement.

Lorsque tout le monde est en forme, le Club ne manque pas de qualité. Et en attendant, les jeunes bénéficient d'un avant-goût du grand travail qui les attend, même s'ils ont encore un long chemin à suivre.

Dans ce domaine, Anderlecht est beaucoup plus avancé. Bruno, Praet, Tielemans et Mbemba débordent de classe. Et l'échec contre Lokeren a été rectifié de manière cinglante contre le Cercle Bruges. Le Sporting prouve qu'on ne peut pas tirer de conclusions après un seul match.

C'est également le cas pour le jeu du Standard et de Genk un peu trop vite portés aux nues. Les joueurs rouches estiment que l'entraîneur Guy Luzon modifie trop souvent les positions. Cependant, le Standard a remporté cinq matches officiels de suite. Le Racing Genk a lui marqué sept buts en deux matches. On a hâte de voir le match entre les deux clubs dimanche prochain.

Le jeu de la Gantoise à Anderlecht aussi intrigue. Les Gantois constatent qu'un nouveau stade n'est pas nécessairement synonyme de meilleur football. Et comment Zulte Waregem gérera-t-il l'agitation suscitée par son CEO Patrick Decuyper ? Il jouera au Club Bruges après une victoire flatteuse de 1-0 contre Courtrai. Et avant cela contre PSV dans les tours préliminaires de la Ligue des Champions: le match aller avait brutalement confronté le vice-champion à ses limites internationales.

Par Jacques SysDimanche soir à Ostende, on a pu à nouveau voir un football médiocre dans le chef des Brugeois: rien de neuf en milieu de terrain, pas de danger à l'avant, trop de longues passes vers Tom De Sutter. Pourtant, le Club a marqué après trois minutes, mais n'a pas su en tirer profit. Au contraire. Un Ostende enthousiaste est revenu dans le match pour prendre le dessus. Après coup, l'entraîneur de Bruges, Garrido a parlé de paresse et a décrété que ses joueurs devaient apprendre à respecter tous leurs adversaires. Pourtant, l'excès de confiance ne caractérise vraiment pas les Blauw en Zwart en ce moment. Le Club avait déjà joué un match lamentable à Wroclaw en Pologne. Il sera difficile de rectifier la défaite 1-0 jeudi prochain. La Venise du Nord attend les libérateurs, les joueurs qui donnent une véritable plus-value à l'équipe. Un Maxime Lestienne auteur d'une action décisive à Ostende par exemple. Ou un Victor Vazquez rétabli et qui doit structurer le jeu. Et Timmy Simons bien sûr, même s'il était présent en Pologne. Et, à terme, il y a encore Vadis Odjidja, intrinsèquement toujours l'un de nos meilleurs joueurs. Et encore Thomas Meunier, qui est au sommet de ses capacités en tant qu'ailier droit, mais qui devra certainement redescendre au back, là où Tom Hogli semble faire office de solution d'urgence. Bizarre que les flancs défensifs du Club ne soient pas encore fixés. Et n'oublions pas que Laurens De Bock non plus n'a encore réussi à convaincre totalement. Lorsque tout le monde est en forme, le Club ne manque pas de qualité. Et en attendant, les jeunes bénéficient d'un avant-goût du grand travail qui les attend, même s'ils ont encore un long chemin à suivre. Dans ce domaine, Anderlecht est beaucoup plus avancé. Bruno, Praet, Tielemans et Mbemba débordent de classe. Et l'échec contre Lokeren a été rectifié de manière cinglante contre le Cercle Bruges. Le Sporting prouve qu'on ne peut pas tirer de conclusions après un seul match. C'est également le cas pour le jeu du Standard et de Genk un peu trop vite portés aux nues. Les joueurs rouches estiment que l'entraîneur Guy Luzon modifie trop souvent les positions. Cependant, le Standard a remporté cinq matches officiels de suite. Le Racing Genk a lui marqué sept buts en deux matches. On a hâte de voir le match entre les deux clubs dimanche prochain. Le jeu de la Gantoise à Anderlecht aussi intrigue. Les Gantois constatent qu'un nouveau stade n'est pas nécessairement synonyme de meilleur football. Et comment Zulte Waregem gérera-t-il l'agitation suscitée par son CEO Patrick Decuyper ? Il jouera au Club Bruges après une victoire flatteuse de 1-0 contre Courtrai. Et avant cela contre PSV dans les tours préliminaires de la Ligue des Champions: le match aller avait brutalement confronté le vice-champion à ses limites internationales.