A 19 heures pour Alost, Tubize, Saint-Nicolas et Heist, à 20 heures pour les autres, la course à la montée en Jupiler Pro League sera lancée. La lutte sera âpre entre les 18 équipes engagées en division 2. Car cette compétition, à la saveur particulière, met aux prises un mélange hétéroclite de clubs.

Il y a les ex-pensionnaires de D1 qui ne rêvent que d'une chose : remonter le plus vite possible. Les gros bras de la D2 qui ont fait la loi la saison passée mais pour qui le tour final s'est avéré trop dur. Les équipes plus modestes qui espèrent une saison tranquille dans le ventre mou du classement. Et enfin, les néo-promus qui veulent éviter à tout prix une rechute directe en troisième division.

A l'occasion du coup d'envoi de ce championnat, moins médiatique que la D1, mais tout aussi palpitant, Sport/Foot Magazine a dressé la liste des joueurs, entraîneurs, présidents, etc. dont on va, à coup sûr, parler cette saison.

Michel De Wolf, entraîneur (Brussels)

Si le Brussels est toujours en D2, il le doit en grande partie au coach brabançon. Lorsqu'il est arrivé, la situation était désespérée et rares étaient ceux qui croyaient encore au maintien. Il a sauvé le club au prix d'un 22 sur 24 dans les huit derniers matches. Logiquement, c'est lui qui entamera la saison. Et la terminera ?

Danny Ost, entraîneur (Tubize)

En 2010, il avait fait monter l'AS Eupen en D1 avant d'être remercié après cinq matches et un 0 sur 15 parmi l'élite. Il s'est alors recasé à Tubize, avant de retourner à Eupen pendant les PO3... prêté par Tubize. Définitivement ou temporairement ?

Michel Farin, président (White Star Woluwe)

35 ans après la fusion entre le Daring et le Racing White, qui avait donné naissance au RWDM déjà disparu, il y aura de nouveau un derby en D2 entre un club du Stade Machtens et un club du Stade Fallon. Michel Farin, le président des Woluwéens à la tête d'une société de transport, peut être fier de son travail.

Anthony Adebayor, joueur (Boussu Dour Borinage)

Le frère d'Emmanuel Adebayor, himself. Il a signé un contrat de deux ans au RBDB. On le décrit comme un bon attaquant, qui se bat sur tous les ballons et possède un bon jeu de tête.

Enes Saglik, joueur (Eupen)

Ses prestations lui avaient valu d'être appelé dans le groupe des Espoirs belges la saison dernière comme milieu offensif. Il est désormais, avec Fazli Kocabas et Christian Kabasele, le seul joueur de l'effectif de D1 qui soit resté au Kehrweg.

Beppe Accardi, directeur technique (Visé)

Il représente la famille Bakrie, l'une des plus grandes fortunes d'Indonésie qui cherchait une tête de pont dans le football européen. Car c'est en Asie que Guy Thiry, président de Visé depuis 18 ans, a trouvé le soutien financier qu'il recherchait en vain dans nos contrées. On verra ce que cela donnera.

Retrouvez un dossier "Spécial Division 2" de 23 pages dans votre Sport/Foot Magazine de cette semaine.

Daniel Devos, Sport/Foot Magazine

A 19 heures pour Alost, Tubize, Saint-Nicolas et Heist, à 20 heures pour les autres, la course à la montée en Jupiler Pro League sera lancée. La lutte sera âpre entre les 18 équipes engagées en division 2. Car cette compétition, à la saveur particulière, met aux prises un mélange hétéroclite de clubs. Il y a les ex-pensionnaires de D1 qui ne rêvent que d'une chose : remonter le plus vite possible. Les gros bras de la D2 qui ont fait la loi la saison passée mais pour qui le tour final s'est avéré trop dur. Les équipes plus modestes qui espèrent une saison tranquille dans le ventre mou du classement. Et enfin, les néo-promus qui veulent éviter à tout prix une rechute directe en troisième division. A l'occasion du coup d'envoi de ce championnat, moins médiatique que la D1, mais tout aussi palpitant, Sport/Foot Magazine a dressé la liste des joueurs, entraîneurs, présidents, etc. dont on va, à coup sûr, parler cette saison. Michel De Wolf, entraîneur (Brussels) Si le Brussels est toujours en D2, il le doit en grande partie au coach brabançon. Lorsqu'il est arrivé, la situation était désespérée et rares étaient ceux qui croyaient encore au maintien. Il a sauvé le club au prix d'un 22 sur 24 dans les huit derniers matches. Logiquement, c'est lui qui entamera la saison. Et la terminera ? Danny Ost, entraîneur (Tubize) En 2010, il avait fait monter l'AS Eupen en D1 avant d'être remercié après cinq matches et un 0 sur 15 parmi l'élite. Il s'est alors recasé à Tubize, avant de retourner à Eupen pendant les PO3... prêté par Tubize. Définitivement ou temporairement ? Michel Farin, président (White Star Woluwe) 35 ans après la fusion entre le Daring et le Racing White, qui avait donné naissance au RWDM déjà disparu, il y aura de nouveau un derby en D2 entre un club du Stade Machtens et un club du Stade Fallon. Michel Farin, le président des Woluwéens à la tête d'une société de transport, peut être fier de son travail. Anthony Adebayor, joueur (Boussu Dour Borinage) Le frère d'Emmanuel Adebayor, himself. Il a signé un contrat de deux ans au RBDB. On le décrit comme un bon attaquant, qui se bat sur tous les ballons et possède un bon jeu de tête. Enes Saglik, joueur (Eupen) Ses prestations lui avaient valu d'être appelé dans le groupe des Espoirs belges la saison dernière comme milieu offensif. Il est désormais, avec Fazli Kocabas et Christian Kabasele, le seul joueur de l'effectif de D1 qui soit resté au Kehrweg. Beppe Accardi, directeur technique (Visé) Il représente la famille Bakrie, l'une des plus grandes fortunes d'Indonésie qui cherchait une tête de pont dans le football européen. Car c'est en Asie que Guy Thiry, président de Visé depuis 18 ans, a trouvé le soutien financier qu'il recherchait en vain dans nos contrées. On verra ce que cela donnera. Retrouvez un dossier "Spécial Division 2" de 23 pages dans votre Sport/Foot Magazine de cette semaine. Daniel Devos, Sport/Foot Magazine