Alors que le nombre de candidats acquéreurs d'un ticket d'entrée est supérieur à la capacité du stade Roi Baudouin, la finale de la Coupe de Belgique risque bien de ne pas faire le plein. Situation d'autant plus cocasse qu'à eux seuls, les supporters des Rouches rempliraient le stade.

Au Standard, les 24.000 places disponibles sont déjà vendues depuis longtemps car (très) rares sont les abonnés qui n'ont pas utilisé leur droit de préemption. Si en 2007, Pierre François, le directeur général du Standard, avait proposé de disputer la finale à Paris, il ne l'a pas fait cette fois car ce n'est pas Bruges qui est en face mais Westerlo. Et chez les Jaune et Bleu, ça ne cartonne évidemment pas de la même manière. Ce qui est compréhensible dans la mesure où Westerlo est un club régional d'une ville qui compte à peine 24.000 habitants.

Westerlo, qui a 16.000 tickets à sa disposition, n'en a jusqu'à présent écoulé que 5.000 et compte doubler ce chiffre d'ici le 21 mai. Pourquoi par conséquent ne pas céder les 6.000 entrées restantes aux supporters du Standard? A la fédération, on confirme que "les deux clubs étaient d'accord mais que la police s'y oppose pour des raisons de sécurité". Comme il n'est pas possible de réserver un bloc aux fans des Rouches, elle refuse que l'on mélange les supporters même si entre les deux camps les relations n'ont jamais été tendues.

Toujours à la fédération, on aimerait bien que la police revoie sa position. Mais comme une fois la vente lancée, il est difficile de créer une zone tampon: "Il y a peu de chance qu'elle change d'avis". Situation d'autant plus regrettable que les occasions sont rares de voir un stade plein en Belgique.

Nicolas Ribaudo

Alors que le nombre de candidats acquéreurs d'un ticket d'entrée est supérieur à la capacité du stade Roi Baudouin, la finale de la Coupe de Belgique risque bien de ne pas faire le plein. Situation d'autant plus cocasse qu'à eux seuls, les supporters des Rouches rempliraient le stade. Au Standard, les 24.000 places disponibles sont déjà vendues depuis longtemps car (très) rares sont les abonnés qui n'ont pas utilisé leur droit de préemption. Si en 2007, Pierre François, le directeur général du Standard, avait proposé de disputer la finale à Paris, il ne l'a pas fait cette fois car ce n'est pas Bruges qui est en face mais Westerlo. Et chez les Jaune et Bleu, ça ne cartonne évidemment pas de la même manière. Ce qui est compréhensible dans la mesure où Westerlo est un club régional d'une ville qui compte à peine 24.000 habitants. Westerlo, qui a 16.000 tickets à sa disposition, n'en a jusqu'à présent écoulé que 5.000 et compte doubler ce chiffre d'ici le 21 mai. Pourquoi par conséquent ne pas céder les 6.000 entrées restantes aux supporters du Standard? A la fédération, on confirme que "les deux clubs étaient d'accord mais que la police s'y oppose pour des raisons de sécurité". Comme il n'est pas possible de réserver un bloc aux fans des Rouches, elle refuse que l'on mélange les supporters même si entre les deux camps les relations n'ont jamais été tendues. Toujours à la fédération, on aimerait bien que la police revoie sa position. Mais comme une fois la vente lancée, il est difficile de créer une zone tampon: "Il y a peu de chance qu'elle change d'avis". Situation d'autant plus regrettable que les occasions sont rares de voir un stade plein en Belgique. Nicolas Ribaudo