Le dossier du Beerschot a tout de même été traité car une fois l'arbitrage demandé, il doit se tenir "sous peine de laisser la porte ouverte à une action en justice", a confié le président de la CBAS Leo Vande Velde. C'est sans surprise que la CBAS a refusé d'octroyer la licence au Beerschot. Le club anversois avait déclaré qu'il n'avait pas trouvé les fonds nécessaires pour honorer ses différentes dettes. "La CBAS ne voit donc aucune raison d'aller contre la décision de l'Union belge de football", a déclaré Marc Boes, arbitre de la CBAS. Le Beerschot a annoncé dans l'après-midi qu'il cherchait à présent à réunir les moyens nécessaires à la poursuite des activités en division 3, sans exclure la possibilité d'une liquidation. (Belga)

Le dossier du Beerschot a tout de même été traité car une fois l'arbitrage demandé, il doit se tenir "sous peine de laisser la porte ouverte à une action en justice", a confié le président de la CBAS Leo Vande Velde. C'est sans surprise que la CBAS a refusé d'octroyer la licence au Beerschot. Le club anversois avait déclaré qu'il n'avait pas trouvé les fonds nécessaires pour honorer ses différentes dettes. "La CBAS ne voit donc aucune raison d'aller contre la décision de l'Union belge de football", a déclaré Marc Boes, arbitre de la CBAS. Le Beerschot a annoncé dans l'après-midi qu'il cherchait à présent à réunir les moyens nécessaires à la poursuite des activités en division 3, sans exclure la possibilité d'une liquidation. (Belga)