Tranche de vie ce jeudi matin à Neerpede, au complexe d'entraînement d'Anderlecht. Une douzaine d'heures après la gifle prise contre Malaga, les Mauves s'entraînent dans la bonne humeur. Sur le terrain d'à côté, six hommes en uniforme UEFA font circuler le ballon, disputent un match avec des buts miniatures: ce sont les arbitres hongrois de la veille, hôtes d'un jour qui ont demandé un vestiaire, une pelouse et un ballon en prêt. Amusant !

Pendant l'entraînement, le président Roger Vanden Stock déboule dans le hall d'accueil et, voyant les journalistes qui attendent la conférence de presse prévue avec Lucas Biglia, lance en souriant: "Là, je me jette dans la gueule du loup." Mais personne ne l'importune à propos du 0-3. Le secrétaire général Philippe Collin arrive à son tour et signale qu'il n'y avait rien à faire contre ce gros cube du championnat d'Espagne: "Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais il n'y a pas de chauffeurs de bus dans l'équipe de Malaga." Traduction: c'est du lourd à chaque poste. Lui non plus ne semble pas abattu. Une fois l'entraînement terminé, le coach John van den Brom fait quelques photos et signe des autographes à des supporters. Là encore, aucun reproche et le Hollandais a le sourire. A la sortie du vestiaire, Milan Jovanovic est de très bonne humeur: "Hello guys, how are you?" Idem pour Cheikhou Kouyaté. Croisant un journaliste portant un T-shirt rouge, il lui dit: "Ha non, pas de rouge ici !" Allusion au clasico de ce dimanche à Sclessin. Un peu plus tard, Sacha Iakovenko accorde une longue interview à une chaîne de télé ukrainienne. Encore un joueur très zen, qui n'a pas la tête dans les baskets.

C'est clair, les Mauves ne traîneront aucune trace de Ligue des Champions dimanche après-midi. L'ambiance semble bien moins sereine au Standard.

Tranche de vie ce jeudi matin à Neerpede, au complexe d'entraînement d'Anderlecht. Une douzaine d'heures après la gifle prise contre Malaga, les Mauves s'entraînent dans la bonne humeur. Sur le terrain d'à côté, six hommes en uniforme UEFA font circuler le ballon, disputent un match avec des buts miniatures: ce sont les arbitres hongrois de la veille, hôtes d'un jour qui ont demandé un vestiaire, une pelouse et un ballon en prêt. Amusant ! Pendant l'entraînement, le président Roger Vanden Stock déboule dans le hall d'accueil et, voyant les journalistes qui attendent la conférence de presse prévue avec Lucas Biglia, lance en souriant: "Là, je me jette dans la gueule du loup." Mais personne ne l'importune à propos du 0-3. Le secrétaire général Philippe Collin arrive à son tour et signale qu'il n'y avait rien à faire contre ce gros cube du championnat d'Espagne: "Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais il n'y a pas de chauffeurs de bus dans l'équipe de Malaga." Traduction: c'est du lourd à chaque poste. Lui non plus ne semble pas abattu. Une fois l'entraînement terminé, le coach John van den Brom fait quelques photos et signe des autographes à des supporters. Là encore, aucun reproche et le Hollandais a le sourire. A la sortie du vestiaire, Milan Jovanovic est de très bonne humeur: "Hello guys, how are you?" Idem pour Cheikhou Kouyaté. Croisant un journaliste portant un T-shirt rouge, il lui dit: "Ha non, pas de rouge ici !" Allusion au clasico de ce dimanche à Sclessin. Un peu plus tard, Sacha Iakovenko accorde une longue interview à une chaîne de télé ukrainienne. Encore un joueur très zen, qui n'a pas la tête dans les baskets. C'est clair, les Mauves ne traîneront aucune trace de Ligue des Champions dimanche après-midi. L'ambiance semble bien moins sereine au Standard.