Iljo Keisse avait été contrôlé positif aux Six Jours de Gand, en 2008, avant d'être blanchi par la commission de discipline de la Ligue Vélocipédique Belge (RLVB). L'UCI et l'Agence Mondiale Antidopage (AMA) s'étaient alors tournées vers le Tribunal Arbitral du Sport (TAS) qui avait imposé au coureur une suspension de deux ans. La procédure devant l'instance basée à Lausanne n'avait pas été correcte, selon les avocats d'Iljo Keisse, qui avaient à leur tour porté l'affaire devant la justice bruxelloise. La cour d'appel avait suspendu la sanction en novembre 2010, assortissant la décision d'une astreinte de 100.000 euros. L'UCI avait uniquement permis au coureur de participer à des compétitions en Belgique. L'UCI peut encore se pourvoir en cassation. (Belga)

Iljo Keisse avait été contrôlé positif aux Six Jours de Gand, en 2008, avant d'être blanchi par la commission de discipline de la Ligue Vélocipédique Belge (RLVB). L'UCI et l'Agence Mondiale Antidopage (AMA) s'étaient alors tournées vers le Tribunal Arbitral du Sport (TAS) qui avait imposé au coureur une suspension de deux ans. La procédure devant l'instance basée à Lausanne n'avait pas été correcte, selon les avocats d'Iljo Keisse, qui avaient à leur tour porté l'affaire devant la justice bruxelloise. La cour d'appel avait suspendu la sanction en novembre 2010, assortissant la décision d'une astreinte de 100.000 euros. L'UCI avait uniquement permis au coureur de participer à des compétitions en Belgique. L'UCI peut encore se pourvoir en cassation. (Belga)