Comme l'a déclaré l'échevine carolo des Sports Ingrid Colicis, lors d'une interpellation récente au conseil communal, la descente de Charleroi en division 2 remet en cause la convention entre la ville et le Sporting concernant l'occupation du stade du Pays de Charleroi, au Mambourg. En D1, le club zébré bénéficiait d'une occupation exclusive, suite à une convention signée en 2003 pour 30 ans par Claude Despiegeleer, l'ancien échevin des Sports et des Bâtiments publics de la ville de Charleroi.

Cette exclusivité pourrait sauter avec la rétrogradation du Sporting, offrant dès lors à l'Olympic la possibilité d'évoluer la saison prochaine au Mambourg. Le conseil communal a en effet l'intention de concrétiser ses intentions de diminuer les frais d'infrastructures footballistiques et ce d'autant que les installations de La Neuville, où évolue actuellement l'Olympic, nécessitent une sérieuse rénovation (éclairage, places assises, etc).

Sportfootmagazine.be, avec Belga

Comme l'a déclaré l'échevine carolo des Sports Ingrid Colicis, lors d'une interpellation récente au conseil communal, la descente de Charleroi en division 2 remet en cause la convention entre la ville et le Sporting concernant l'occupation du stade du Pays de Charleroi, au Mambourg. En D1, le club zébré bénéficiait d'une occupation exclusive, suite à une convention signée en 2003 pour 30 ans par Claude Despiegeleer, l'ancien échevin des Sports et des Bâtiments publics de la ville de Charleroi. Cette exclusivité pourrait sauter avec la rétrogradation du Sporting, offrant dès lors à l'Olympic la possibilité d'évoluer la saison prochaine au Mambourg. Le conseil communal a en effet l'intention de concrétiser ses intentions de diminuer les frais d'infrastructures footballistiques et ce d'autant que les installations de La Neuville, où évolue actuellement l'Olympic, nécessitent une sérieuse rénovation (éclairage, places assises, etc). Sportfootmagazine.be, avec Belga