L'équipe de France, qui a hérité du dernier chapeau, risque de croiser la route des cadors comme l'Espagne, les Pays-Bas, l'Allemagne ou le Portugal.

Le tirage "de la mort" : Espagne ou Pays-Bas, Allemagne, Portugal, France

Championne du monde et d'Europe, l'Espagne sera logiquement très attendue en Pologne et en Ukraine avec un record en point de mire : devenir la première nation à se succéder à elle-même dans l'histoire de l'Euro.

Emmenée par une génération exceptionnelle (Özil, Khedira, Müller, Götze, Schweinsteiger), la Nationalmannschaft est assurément l'une des équipes favorites à la victoire finale tant elle dégage une puissance collective et offensive impressionnante.

Vice-champions du monde en 2010, les Pays-Bas ont encore échoué aux portes de la gloire mais ne manquent pas de talents avec le canonnier Van Persie et le métronome Sneijder. Robben est lui titulaire... à l'infirmerie.

Le Portugal dispose lui avec Ronaldo, Nani et Coentrao d'individualités brillantes mais elles ne l'ont pas empêché d'en passer par les barrages pour obtenir son billet pour l'Euro. Il est donc compliqué de situer sa vraie valeur, très dépendante des humeurs et des caprices de la star du Real Madrid.

Capable de prestation acceptables comme médiocres, la France de Laurent Blanc se cherche désespérément un fond de jeu. Récemment tenue en échec par la Belgique au stade France, les Bleus devront proposer autre chose s'ils veulent éviter le fiasco de la Coupe du monde 2002.

Le tirage "le plus faible" : Pologne ou Ukraine, Russie, Grèce, Eire

Sportivement, rien ne justifie la présence de la Pologne et de l'Ukraine parmi les têtes de série. Le spectre d'une élimination sans gloire au premier tour, comme pour les deux co-organisateurs de 2008, l'Autriche et la Suisse, hante ainsi les esprits de deux nations dénuées de vedettes, hormis le déclinant Andrei Shevchenko côté ukrainien.

Les Russes, relancés par Dick Advocaat après avoir raté le train de la Coupe du monde 2010, restent eux largement dépendants des prestations de leur star Archavine, révélation du Championnat d'Europe il y a quatre ans et en sommeil depuis, tant en sélection qu'à Arsenal.

Le style de la Grèce, sacrée championne en 2004, n'a pas varié d'un iota par rapport à cette période dorée, les Grecs misant avant tout sur une grosse défense et un bloc très compact.

En se qualifiant pour l'Euro 2012, l'Eire, toujours menée par le coach italien Giovanni Trapattoni, a définitivement fait une croix sur le traumatisme provoqué par la fameuse main de Thierry Henry en barrages du Mondial 2010.

Les incertitudes : Italie, Angleterre, Croatie et Suède

La Nazionale est en pleine reconstruction et n'a pas retrouvé la flamme qui lui avait permis de monter sur le toit du monde en 2006.

Cet Euro sera sans doute la dernière occasion pour Fabio Capello d'offrir un trophée international qui manque à l'Angleterre depuis 1966. Avec un Rooney pour le moment suspendu pour le 1er tour, la route sera longue pour les Anglais.

La Croatie avec Modric et la Suède avec Ibrahimovic disposent de deux talents purs mais le reste de la sélection ne semble pas en mesure de titiller les meilleures nations.

Les quatre chapeaux pour le tirage au sort de l'Euro 2012 vendredi à Kiev :

CHAPEAU 1

Pologne (tête de série car pays organisateur)

Ukraine (tête de série car pays organisateur)

Espagne

Pays-Bas

CHAPEAU 2

Allemagne

Italie

Angleterre

Russie

CHAPEAU 3

Croatie

Grèce

Portugal

Suède

CHAPEAU 4

Danemark

France

République Tchèque

Eire

Sportfootmagazine.be, avec Lexpress.fr

L'équipe de France, qui a hérité du dernier chapeau, risque de croiser la route des cadors comme l'Espagne, les Pays-Bas, l'Allemagne ou le Portugal. Le tirage "de la mort" : Espagne ou Pays-Bas, Allemagne, Portugal, France Championne du monde et d'Europe, l'Espagne sera logiquement très attendue en Pologne et en Ukraine avec un record en point de mire : devenir la première nation à se succéder à elle-même dans l'histoire de l'Euro. Emmenée par une génération exceptionnelle (Özil, Khedira, Müller, Götze, Schweinsteiger), la Nationalmannschaft est assurément l'une des équipes favorites à la victoire finale tant elle dégage une puissance collective et offensive impressionnante. Vice-champions du monde en 2010, les Pays-Bas ont encore échoué aux portes de la gloire mais ne manquent pas de talents avec le canonnier Van Persie et le métronome Sneijder. Robben est lui titulaire... à l'infirmerie. Le Portugal dispose lui avec Ronaldo, Nani et Coentrao d'individualités brillantes mais elles ne l'ont pas empêché d'en passer par les barrages pour obtenir son billet pour l'Euro. Il est donc compliqué de situer sa vraie valeur, très dépendante des humeurs et des caprices de la star du Real Madrid. Capable de prestation acceptables comme médiocres, la France de Laurent Blanc se cherche désespérément un fond de jeu. Récemment tenue en échec par la Belgique au stade France, les Bleus devront proposer autre chose s'ils veulent éviter le fiasco de la Coupe du monde 2002. Le tirage "le plus faible" : Pologne ou Ukraine, Russie, Grèce, Eire Sportivement, rien ne justifie la présence de la Pologne et de l'Ukraine parmi les têtes de série. Le spectre d'une élimination sans gloire au premier tour, comme pour les deux co-organisateurs de 2008, l'Autriche et la Suisse, hante ainsi les esprits de deux nations dénuées de vedettes, hormis le déclinant Andrei Shevchenko côté ukrainien. Les Russes, relancés par Dick Advocaat après avoir raté le train de la Coupe du monde 2010, restent eux largement dépendants des prestations de leur star Archavine, révélation du Championnat d'Europe il y a quatre ans et en sommeil depuis, tant en sélection qu'à Arsenal. Le style de la Grèce, sacrée championne en 2004, n'a pas varié d'un iota par rapport à cette période dorée, les Grecs misant avant tout sur une grosse défense et un bloc très compact. En se qualifiant pour l'Euro 2012, l'Eire, toujours menée par le coach italien Giovanni Trapattoni, a définitivement fait une croix sur le traumatisme provoqué par la fameuse main de Thierry Henry en barrages du Mondial 2010. Les incertitudes : Italie, Angleterre, Croatie et Suède La Nazionale est en pleine reconstruction et n'a pas retrouvé la flamme qui lui avait permis de monter sur le toit du monde en 2006. Cet Euro sera sans doute la dernière occasion pour Fabio Capello d'offrir un trophée international qui manque à l'Angleterre depuis 1966. Avec un Rooney pour le moment suspendu pour le 1er tour, la route sera longue pour les Anglais. La Croatie avec Modric et la Suède avec Ibrahimovic disposent de deux talents purs mais le reste de la sélection ne semble pas en mesure de titiller les meilleures nations. Les quatre chapeaux pour le tirage au sort de l'Euro 2012 vendredi à Kiev : CHAPEAU 1 Pologne (tête de série car pays organisateur) Ukraine (tête de série car pays organisateur) Espagne Pays-Bas CHAPEAU 2 Allemagne Italie Angleterre Russie CHAPEAU 3 Croatie Grèce Portugal Suède CHAPEAU 4 Danemark France République Tchèque Eire Sportfootmagazine.be, avec Lexpress.fr