158 kilomètres seulement séparent Aurillac de l'arrivée à Carmaux. Une étape courte donc, après la journée de repos d'hier, qui tombe à pic pour les blessés. Vu leur nombre, suite aux multiples chutes, le peloton pourrait vouloir passer une journée tranquille. Ce qui ferait les affaires des baroudeurs qui bénéficieraient alors d'un profil approprié aux longs raids. Néanmoins, cela fait maintenant deux étapes que les sprinters n'ont plus eu voix au chapitre et qu'un échappé l'a emporté. Les routiers-sprinters ne voudront probablement pas gâcher une des dernières chances qui leur restent dans ce Tour de France 2011.

Les favoris

Mark Cavendish, comme à chaque sprint, fait office de favori. Son équipe, HTC, est suffisamment costaude pour l'emmener dans un fauteuil à 300 mètres de l'arrivée.

Le sprinter de l'Ile de Man devra néanmoins se méfier de Tyler Farrar, déjà victorieux sur ce Tour et d'André Greipel, qui se doit de ramener au moins une victoire pour l'équipe Omega Pharma-Lotto.

Alessandro Petacchi voudra aussi certainement s'illustrer avant d'affronter les Pyrénées.

Enfin, quelques baroudeurs tenteront immanquablement leur chance. A plus forte raison des Français, qui n'ont toujours pas remporté une seule étape de leur Tour national cette année.

Les difficultés

Le sprint intermédiaire de Maurs (Km 38) promet de chaudes explications dans la course au maillot vert. Gilbert tentera certainement de marquer de précieux points.

Les côtes de Figeac (Cat. 3) et de Loupiac (Cat. 4) devraient être le théâtre des premières tentatives d'échappée du jour.

La côte de Villefranche-de-Rouergue (Cat. 3), plus longue et plus dure que les précédentes difficultés, pourrait aussi être propice aux attaques.

Enfin, la côte de Mirandol-Bourgnounac (Cat.4), à seulement 15 km de la ligne d'arrivée, devrait constituer une excellente opportunité pour les bons rouleurs qui veulent éviter un sprint massif.

L'arrivée est prévue aux alentours de 16 heures.

Sportfootmagazine.be

158 kilomètres seulement séparent Aurillac de l'arrivée à Carmaux. Une étape courte donc, après la journée de repos d'hier, qui tombe à pic pour les blessés. Vu leur nombre, suite aux multiples chutes, le peloton pourrait vouloir passer une journée tranquille. Ce qui ferait les affaires des baroudeurs qui bénéficieraient alors d'un profil approprié aux longs raids. Néanmoins, cela fait maintenant deux étapes que les sprinters n'ont plus eu voix au chapitre et qu'un échappé l'a emporté. Les routiers-sprinters ne voudront probablement pas gâcher une des dernières chances qui leur restent dans ce Tour de France 2011. Les favoris Mark Cavendish, comme à chaque sprint, fait office de favori. Son équipe, HTC, est suffisamment costaude pour l'emmener dans un fauteuil à 300 mètres de l'arrivée. Le sprinter de l'Ile de Man devra néanmoins se méfier de Tyler Farrar, déjà victorieux sur ce Tour et d'André Greipel, qui se doit de ramener au moins une victoire pour l'équipe Omega Pharma-Lotto. Alessandro Petacchi voudra aussi certainement s'illustrer avant d'affronter les Pyrénées. Enfin, quelques baroudeurs tenteront immanquablement leur chance. A plus forte raison des Français, qui n'ont toujours pas remporté une seule étape de leur Tour national cette année. Les difficultés Le sprint intermédiaire de Maurs (Km 38) promet de chaudes explications dans la course au maillot vert. Gilbert tentera certainement de marquer de précieux points. Les côtes de Figeac (Cat. 3) et de Loupiac (Cat. 4) devraient être le théâtre des premières tentatives d'échappée du jour. La côte de Villefranche-de-Rouergue (Cat. 3), plus longue et plus dure que les précédentes difficultés, pourrait aussi être propice aux attaques. Enfin, la côte de Mirandol-Bourgnounac (Cat.4), à seulement 15 km de la ligne d'arrivée, devrait constituer une excellente opportunité pour les bons rouleurs qui veulent éviter un sprint massif. L'arrivée est prévue aux alentours de 16 heures. Sportfootmagazine.be