Le peloton du Tour de France effectue aujourd'hui un arrêt en Italie. Cette 17e étape de la Grande Boucle, longue de 179 kilomètres entre Gap et Pinerolo, en Italie, est la première et la moins difficile des trois étapes prévues dans les Alpes. C'est aussi la seule fois où le peloton s'arrêtera en dehors de l'Hexagone cette année.

Les coureurs franchiront la barre des 2000 mètres en arrivant à Sestrières avant d'entamer la longue descente (50km) vers la dernière difficulté du jour, la côte de Pramartino. Au sommet de celle-ci, les coureurs n'auront plus qu'à dévaler les 8 derniers kilomètres vers Pinerolo.

Pour s'imposer aujourd'hui, des qualités de descendeur et de puncheur seront indispensables.

Les favoris

Samuel Sanchez rassemble toutes les qualités requises pour reporter cette étape. Il est bon grimpeur et descend très bien. Son plus gros désavantage est d'être désormais 5e au général. Les autres prétendants au maillot jaune ne le laisseront pas filer si facilement.

Contador et Evans ont montré qu'ils étaient forts. Mais feront-ils une seconde fois consécutive le coup du col de Manse ?

Jelle Vanendert a promis de tout faire pour garder le maillot à pois. Aujourd'hui, il devra marquer Sanchez à la culotte.

Enfin, les Français, Moncoutié et Chavanel en tête, vont une nouvelle fois tenter de débloquer leur compteur de victoire dans leur Tour national.

Les difficultés

La Côte de Sainte-Marguerite de troisième catégorie (2,8 kilomètres à 7,4%) après 62 km de course sera probablement le théâtre de tentatives d'échappée.

Le sprint intermédiaire à Villar-Saint-Pancrace mettra aux prises Cavendish et Rojas pour le maillot vert, Gilbert n'étant plus vraiment dans la course.

La Montée de Briançon, un col de troisième catégorie (1,4 kilomètres à 8,3%) pourrait servir de tremplin pour certains baroudeurs en quête d'exploits avant le col de Montgenèvre, deuxième catégorie (1860 mètres, 7,9 kilomètres à 6,1%).

Le point le plus haut, le Sestrières (2.035 mètres d'altitude), un col de première catégorie (11,1 kilomètres à 6,3% de moyenne), se trouve au Km 117.

Après, les coureurs dévaleront la longue descente vers Pinerolo, avec à huit kilomètres de l'arrivée, un col de deuxième catégorie, la Côte de Pramartino (6,7 kilomètres à six pour-cent), idéale pour les puncheurs.

Sportfootmagazine.be, avec Belga

Le peloton du Tour de France effectue aujourd'hui un arrêt en Italie. Cette 17e étape de la Grande Boucle, longue de 179 kilomètres entre Gap et Pinerolo, en Italie, est la première et la moins difficile des trois étapes prévues dans les Alpes. C'est aussi la seule fois où le peloton s'arrêtera en dehors de l'Hexagone cette année. Les coureurs franchiront la barre des 2000 mètres en arrivant à Sestrières avant d'entamer la longue descente (50km) vers la dernière difficulté du jour, la côte de Pramartino. Au sommet de celle-ci, les coureurs n'auront plus qu'à dévaler les 8 derniers kilomètres vers Pinerolo. Pour s'imposer aujourd'hui, des qualités de descendeur et de puncheur seront indispensables. Les favoris Samuel Sanchez rassemble toutes les qualités requises pour reporter cette étape. Il est bon grimpeur et descend très bien. Son plus gros désavantage est d'être désormais 5e au général. Les autres prétendants au maillot jaune ne le laisseront pas filer si facilement. Contador et Evans ont montré qu'ils étaient forts. Mais feront-ils une seconde fois consécutive le coup du col de Manse ? Jelle Vanendert a promis de tout faire pour garder le maillot à pois. Aujourd'hui, il devra marquer Sanchez à la culotte. Enfin, les Français, Moncoutié et Chavanel en tête, vont une nouvelle fois tenter de débloquer leur compteur de victoire dans leur Tour national. Les difficultés La Côte de Sainte-Marguerite de troisième catégorie (2,8 kilomètres à 7,4%) après 62 km de course sera probablement le théâtre de tentatives d'échappée. Le sprint intermédiaire à Villar-Saint-Pancrace mettra aux prises Cavendish et Rojas pour le maillot vert, Gilbert n'étant plus vraiment dans la course. La Montée de Briançon, un col de troisième catégorie (1,4 kilomètres à 8,3%) pourrait servir de tremplin pour certains baroudeurs en quête d'exploits avant le col de Montgenèvre, deuxième catégorie (1860 mètres, 7,9 kilomètres à 6,1%). Le point le plus haut, le Sestrières (2.035 mètres d'altitude), un col de première catégorie (11,1 kilomètres à 6,3% de moyenne), se trouve au Km 117. Après, les coureurs dévaleront la longue descente vers Pinerolo, avec à huit kilomètres de l'arrivée, un col de deuxième catégorie, la Côte de Pramartino (6,7 kilomètres à six pour-cent), idéale pour les puncheurs. Sportfootmagazine.be, avec Belga