Les 177 coureurs du Tour de France ont pris cet après-midi le départ, sous la pluie, de la 11e étape qui les mène de Blaye-les-Mines à Lavaur en traversant le département du Tarn (sud-ouest). Tout comme hier, un duel risque de se jouer entre les équipes des routiers-sprinters et les baroudeurs. Mais l'avantage devrait revenir aux "fous de la vitesse" puisque cette étape constitue pour eux la dernière chance de victoire avant dimanche.

Le parcours légèrement vallonné de 167,5 kilomètres, en forme de "S", ne comporte que deux côtes. Les candidats au maillot à pois ne pourront pas marquer plus de quatre points au total. Les sprinters espèrent en revanche se disputer la victoire à Lavaur, où Rik Verbrugghe s'était toutefois imposé en solitaire il y a dix ans, lors de la seule précédente arrivée d'étape.

Les favoris

Mark Cavendish voudra absolument prendre sa revanche sur son plus grand rival, André Greipel. Ce dernier, en confiance grâce à sa victoire d'hier, se verrait bien à nouveau dominer le sprinter de l'Ile de Man.

Dans le camp des baroudeurs, Philippe Gilbert est tout simplement incroyable cette saison. A priori, l'arrivée ne lui convient pas mais on ne peut plus jurer de rien tant le champion de Belgique respire la confiance et la maîtrise.

Les difficultés Au début de l'étape (Km28), la côte de Tonnac (Cat. 3) constituera la première chance pour les baroudeurs de creuser l'écart avec le peloton.

Au kilomètre 85, le sprint intermédiaire devrait à nouveau mettre aux prises Cavendish, Rojas et Gilbert.

Enfin, la dernière difficulté du jour, la côte de Puylaurens, située à 32 km de l'arrivée, risque d'être trop loin de la ligne pour constituer une bonne occasion de fausser compagnie au peloton.

Les coureurs sont attendus vers 17h15, prévision à 42 km/h de moyenne.

Sportfootmagazine.be, avec Belga

Les 177 coureurs du Tour de France ont pris cet après-midi le départ, sous la pluie, de la 11e étape qui les mène de Blaye-les-Mines à Lavaur en traversant le département du Tarn (sud-ouest). Tout comme hier, un duel risque de se jouer entre les équipes des routiers-sprinters et les baroudeurs. Mais l'avantage devrait revenir aux "fous de la vitesse" puisque cette étape constitue pour eux la dernière chance de victoire avant dimanche. Le parcours légèrement vallonné de 167,5 kilomètres, en forme de "S", ne comporte que deux côtes. Les candidats au maillot à pois ne pourront pas marquer plus de quatre points au total. Les sprinters espèrent en revanche se disputer la victoire à Lavaur, où Rik Verbrugghe s'était toutefois imposé en solitaire il y a dix ans, lors de la seule précédente arrivée d'étape. Les favoris Mark Cavendish voudra absolument prendre sa revanche sur son plus grand rival, André Greipel. Ce dernier, en confiance grâce à sa victoire d'hier, se verrait bien à nouveau dominer le sprinter de l'Ile de Man. Dans le camp des baroudeurs, Philippe Gilbert est tout simplement incroyable cette saison. A priori, l'arrivée ne lui convient pas mais on ne peut plus jurer de rien tant le champion de Belgique respire la confiance et la maîtrise. Les difficultés Au début de l'étape (Km28), la côte de Tonnac (Cat. 3) constituera la première chance pour les baroudeurs de creuser l'écart avec le peloton. Au kilomètre 85, le sprint intermédiaire devrait à nouveau mettre aux prises Cavendish, Rojas et Gilbert. Enfin, la dernière difficulté du jour, la côte de Puylaurens, située à 32 km de l'arrivée, risque d'être trop loin de la ligne pour constituer une bonne occasion de fausser compagnie au peloton. Les coureurs sont attendus vers 17h15, prévision à 42 km/h de moyenne. Sportfootmagazine.be, avec Belga