Rarement un coureur n'aura été à ce point favori d'une étape qui, sur le papier, peut sacrer bon nombre de coureurs. Mais les 172,5 km reliant Lorient et Mûr-de-Bretagne (la localité) s'achèvent justement par la montée des 4 km du Mûr-de-Bretagne (la côte). Invaincu dans les arrivées en côte cette saison, le nom de Philippe Gilbert est sur toutes les lèvres lorsqu'il faut proposer un favori. Pourtant, beaucoup de choses peuvent se produire dans cette quatrième étape. Gilbert sera surveillé par tout le peloton et son équipe risque d'être mise à rude épreuve. Mais notre champion de Belgique s'est déjà plusieurs fois imposé cette saison dans des conditions similaires.

Le maillot jaune, Thor Hushovd, va tout faire pour conserver sa tunique mais cela s'annonce bien difficile. Logiquement, le coureur le mieux placé pour succéder au Nrovégien est Cadel Evans, 3e du général à 1 seconde. A moins bien sûr que Philippe Gilbert ne fasse un numéro hors du commun et qu'il ne devance l'Australien de 32 secondes...

Les favoris Philippe Gilbert est bien entendu le grandissime favori. Il a la confiance, il a la forme et même une équipe qui a fait ses preuves depuis le début de saison, le tout sur un terrain qui lui convient parfaitement. Néanmoins, il demeure qu'une course cycliste n'est jamais jouée d'avance.

Cadel Evans est très en forme cette année, cela se sent. Lors de la première étape, le coureur BMC n'a finalement concédé que 3 secondes à Gilbert au Mont des Alouettes. De plus, l'Australien compte 1 minute 41 d'avance sur Contador... Il se verrait bien grappiller encore quelques secondes.

Alberto Contador, toujours grand favori à la victoire finale, n'a vraiment pas eu de chance en ce début de Tour. L'Espagnol va vouloir regagner du temps aujourd'hui. Il se pourrait même qu'il tente de s'allier avec Gilbert pout y parvenir. En tous les cas, le triple vainqueur de l'épreuve sera aux avant-postes car il n'a, déjà, plus vraiment droit à l'erreur.

Les difficultés

La Côte de Laz (4e catégorie), après 79 km, pourrait être le théâtre d'une tentative d'échappé. A moins que les équipes de sprinters ne contrôlent le peloton en vue du sprint intermédiaire, 13 km plus loin.

Le Mûr-de-Bretagne (3e catégorie) sera à coup sûr l'attraction du jour. Dès l'entrée dans la localité de Neuillac et jusqu'à la ligne d'arrivée 12 km plus loin, la route commence à monter. En particulier à partir de la banderole des trois derniers kilomètres, avec une première rampe de 500 mètres pour commencer. Mais c'est à la sortie de la zone urbaine, à deux bornes de l'arrivée, que la bosse finale démarre vraiment. C'est très dur pendant 1,5 km : des pentes à 12, 13, puis 10, puis 8 pourcent, jusqu'à 500 mètres de la ligne, avant de voir la route se radoucir et même s'aplanir dans les deux derniers hectomètres.

Sportfootmagazine.be, avec Belga

Rarement un coureur n'aura été à ce point favori d'une étape qui, sur le papier, peut sacrer bon nombre de coureurs. Mais les 172,5 km reliant Lorient et Mûr-de-Bretagne (la localité) s'achèvent justement par la montée des 4 km du Mûr-de-Bretagne (la côte). Invaincu dans les arrivées en côte cette saison, le nom de Philippe Gilbert est sur toutes les lèvres lorsqu'il faut proposer un favori. Pourtant, beaucoup de choses peuvent se produire dans cette quatrième étape. Gilbert sera surveillé par tout le peloton et son équipe risque d'être mise à rude épreuve. Mais notre champion de Belgique s'est déjà plusieurs fois imposé cette saison dans des conditions similaires. Le maillot jaune, Thor Hushovd, va tout faire pour conserver sa tunique mais cela s'annonce bien difficile. Logiquement, le coureur le mieux placé pour succéder au Nrovégien est Cadel Evans, 3e du général à 1 seconde. A moins bien sûr que Philippe Gilbert ne fasse un numéro hors du commun et qu'il ne devance l'Australien de 32 secondes... Les favoris Philippe Gilbert est bien entendu le grandissime favori. Il a la confiance, il a la forme et même une équipe qui a fait ses preuves depuis le début de saison, le tout sur un terrain qui lui convient parfaitement. Néanmoins, il demeure qu'une course cycliste n'est jamais jouée d'avance. Cadel Evans est très en forme cette année, cela se sent. Lors de la première étape, le coureur BMC n'a finalement concédé que 3 secondes à Gilbert au Mont des Alouettes. De plus, l'Australien compte 1 minute 41 d'avance sur Contador... Il se verrait bien grappiller encore quelques secondes. Alberto Contador, toujours grand favori à la victoire finale, n'a vraiment pas eu de chance en ce début de Tour. L'Espagnol va vouloir regagner du temps aujourd'hui. Il se pourrait même qu'il tente de s'allier avec Gilbert pout y parvenir. En tous les cas, le triple vainqueur de l'épreuve sera aux avant-postes car il n'a, déjà, plus vraiment droit à l'erreur. Les difficultés La Côte de Laz (4e catégorie), après 79 km, pourrait être le théâtre d'une tentative d'échappé. A moins que les équipes de sprinters ne contrôlent le peloton en vue du sprint intermédiaire, 13 km plus loin. Le Mûr-de-Bretagne (3e catégorie) sera à coup sûr l'attraction du jour. Dès l'entrée dans la localité de Neuillac et jusqu'à la ligne d'arrivée 12 km plus loin, la route commence à monter. En particulier à partir de la banderole des trois derniers kilomètres, avec une première rampe de 500 mètres pour commencer. Mais c'est à la sortie de la zone urbaine, à deux bornes de l'arrivée, que la bosse finale démarre vraiment. C'est très dur pendant 1,5 km : des pentes à 12, 13, puis 10, puis 8 pourcent, jusqu'à 500 mètres de la ligne, avant de voir la route se radoucir et même s'aplanir dans les deux derniers hectomètres. Sportfootmagazine.be, avec Belga