Selon ses proches, Thorpe, 31 ans, risquerait de perdre l'usage de son bras gauche si la cure d'antibiotiques prescrite ne permettait pas de rétablir le contrôle de l'infection. "C'est sérieux, mais sa vie n'est pas en danger", a pour sa part déclaré James Erskine, son agent, à l'agence de presse australienne AAP. Il a aussi confirmé que Thorpe ne se trouvait pas en soins intensifs, contrairement à ce que la plupart des médias avait annoncé plus tôt dans la journée. Il s'agit de la troisième hospitalisation de l'ancien nageur en quelques semaines. Ian Thorpe avait en effet déjà été hospitalisé début février après avoir ingéré un cocktail de médicaments, dont des antidépresseurs. Avant cela, il avait été soigné fin janvier pour dépression et abus d'alcool, juste après son opération à l'épaule. Le nageur, l'un des sportifs les plus célèbres d'Australie, s'est battu pour s'adapter à une nouvelle vie après la natation et la désillusion de ne pas avoir réussi à se qualifier pour les jeux Olympiques de Londres de 2012. En 2013, il a publié "C'est moi", une autobiographie dans laquelle il admet faire face à des problèmes de dépression et d'alcool. (Belga)

Selon ses proches, Thorpe, 31 ans, risquerait de perdre l'usage de son bras gauche si la cure d'antibiotiques prescrite ne permettait pas de rétablir le contrôle de l'infection. "C'est sérieux, mais sa vie n'est pas en danger", a pour sa part déclaré James Erskine, son agent, à l'agence de presse australienne AAP. Il a aussi confirmé que Thorpe ne se trouvait pas en soins intensifs, contrairement à ce que la plupart des médias avait annoncé plus tôt dans la journée. Il s'agit de la troisième hospitalisation de l'ancien nageur en quelques semaines. Ian Thorpe avait en effet déjà été hospitalisé début février après avoir ingéré un cocktail de médicaments, dont des antidépresseurs. Avant cela, il avait été soigné fin janvier pour dépression et abus d'alcool, juste après son opération à l'épaule. Le nageur, l'un des sportifs les plus célèbres d'Australie, s'est battu pour s'adapter à une nouvelle vie après la natation et la désillusion de ne pas avoir réussi à se qualifier pour les jeux Olympiques de Londres de 2012. En 2013, il a publié "C'est moi", une autobiographie dans laquelle il admet faire face à des problèmes de dépression et d'alcool. (Belga)