Adrie Koster, l'entraîneur néerlandais du Club de Bruges, a été prolongé à la tête des Blauw en Zwart. Une petite surprise car Koster a davantage agi en pompier de service, éteignant incendie sur incendie, qu'en entraîneur durant la saison.

Après avoir analysé sa campagne, les dirigeants brugeois ont jugé qu'il avait atteint les objectifs (PO1 et qualification européenne) et ont mis la barre légèrement plus haut (une place dans le top 3) pour la saison prochaine. Seul changement dans le staff: le remplacement de Peter Balette par Rudi Verkempinck au poste d'adjoint. Balette occupera d'autres fonctions dans l'organigramme.

Koster disputera donc sa troisième saison dans le club de la Venise du Nord malgré un bilan pas vraiment meilleur que celui de ses prédécesseurs. Jacky Mathijssen, qui avait terminé deux fois à la troisième place, n'avait en effet pas eu cette chance. C'est sans doute la qualité de jeu proposée par intermittence au stade Jan Breydel qui a convaincu les dirigeants qui ont préféré professionnaliser tout le reste de l'organigramme.

Stéphane Vande Velde

Adrie Koster, l'entraîneur néerlandais du Club de Bruges, a été prolongé à la tête des Blauw en Zwart. Une petite surprise car Koster a davantage agi en pompier de service, éteignant incendie sur incendie, qu'en entraîneur durant la saison. Après avoir analysé sa campagne, les dirigeants brugeois ont jugé qu'il avait atteint les objectifs (PO1 et qualification européenne) et ont mis la barre légèrement plus haut (une place dans le top 3) pour la saison prochaine. Seul changement dans le staff: le remplacement de Peter Balette par Rudi Verkempinck au poste d'adjoint. Balette occupera d'autres fonctions dans l'organigramme. Koster disputera donc sa troisième saison dans le club de la Venise du Nord malgré un bilan pas vraiment meilleur que celui de ses prédécesseurs. Jacky Mathijssen, qui avait terminé deux fois à la troisième place, n'avait en effet pas eu cette chance. C'est sans doute la qualité de jeu proposée par intermittence au stade Jan Breydel qui a convaincu les dirigeants qui ont préféré professionnaliser tout le reste de l'organigramme. Stéphane Vande Velde