Par Pierre Bilic
Peter Sagan a dicté sa loi à Philippe Gilbert au bout d'une magnifique Flèche Brabançonne, dernier banc d'essais avant l'Amstel Gold Race et les classiques wallonnes. A Overijse, au bout d'un final casse-pattes, Peter Sagan et Philippe Gilbert se sont départagés dans un sprint à deux. En gagnant, le Slovaque a souligné sa forme et sa classe. Ce coureur n'est qu'au début d'une longue carrière.

Gilbert, quant à lui, a bien rodé son coup de pédale. Le champion du monde sur route a apprécié les nombreux drapeaux belges qui ornaient la dernière ligne droite. Le cyclisme est-il train de vivre le même phénomène que le football ?

Au stade Roi Baudouin, les trois couleurs nationales accompagnent Vincent Kompany et l'équipe nationale de football. Tom Boonen et Philippe Gilbert sont les Diables Rouges des pelotons, populaires à travers tout le pays.

A Overijse, les bannières belges et flamandes se sont complétées sans problèmes. Kompany, Gilbert et Boonen ne sont pas des politiciens mais leurs exploits sportifs valent tous les discours, tous les drapeaux et toutes les couleurs.

Par Pierre Bilic Peter Sagan a dicté sa loi à Philippe Gilbert au bout d'une magnifique Flèche Brabançonne, dernier banc d'essais avant l'Amstel Gold Race et les classiques wallonnes. A Overijse, au bout d'un final casse-pattes, Peter Sagan et Philippe Gilbert se sont départagés dans un sprint à deux. En gagnant, le Slovaque a souligné sa forme et sa classe. Ce coureur n'est qu'au début d'une longue carrière. Gilbert, quant à lui, a bien rodé son coup de pédale. Le champion du monde sur route a apprécié les nombreux drapeaux belges qui ornaient la dernière ligne droite. Le cyclisme est-il train de vivre le même phénomène que le football ? Au stade Roi Baudouin, les trois couleurs nationales accompagnent Vincent Kompany et l'équipe nationale de football. Tom Boonen et Philippe Gilbert sont les Diables Rouges des pelotons, populaires à travers tout le pays. A Overijse, les bannières belges et flamandes se sont complétées sans problèmes. Kompany, Gilbert et Boonen ne sont pas des politiciens mais leurs exploits sportifs valent tous les discours, tous les drapeaux et toutes les couleurs.