Après ses années chez les juniores, Kim Clijsters pointe le bout de son nez sur le circuit WTA. Nous sommes en 1999 et la Limbourgeoise occupe la 400e place au classement mondial. Dans la foulée d'un bon début de saison qui la voit monter au 195e rang, elle parvient à se qualifier pour le tableau final de Wimbledon. Elle a tout juste 16 ans lorsqu'elle parvient à atteindre les huitièmes de finale du tournoi londonien. Elle sera finalement éliminée par son idole, Steffi Graf, lors du dernier Wimbledon de la championne.

L'année 1999 se conclut en beauté pour Kim. Elle atteint le troisième tour de l'US Open (battue par la future gagnante : Serena Williams) et remporte son premier tournoi à Luxembourg. Elle termine la saison à la 47e place. La Belge poursuit sur la même lancée en 2000. Elle s'impose à Hobart et Leipzig. Devenue 18e joueuse à la WTA, elle confirme les espoirs placés en elle.

2001 sera l'année de la révélation. Encore discrète jusque-là, Clijsters ne peut plus cacher son talent et ses ambitions. Après une finale à Indian Wells, elle réalise l'exploit d'atteindre le dernier stade de Roland-Garros. Battue par Jennifer Capriati, sa finale lui permet d'entrer dans le Top 10 (n° 7). La même année, elle atteint les quarts à Wimbledon et à l'US Open. Elle remporte également trois tournois (Stanford, Leipzig et Luxembourg) ainsi que la Fed Cup. Elle devient la première joueuse belge à accrocher une place parmi les cinq meilleures mondiales.

Numéro 1 mondiale en 2003, l'US Open en 2005 En début de saison, la campagne australienne lui réussit bien. Pourtant, le reste de son année 2002 sera mitigé, malgré trois titres dont le Masters. Par contre, la saison suivante est synonyme de réussite. Elle remporte de nombreux tournois (9), dont Sydney, Rome, Los Angeles et le Masters. Elle devient la première joueuse à atteindre la place de numéro 1 mondiale sans victoire en Grand Chelem. Elle truste également le sommet du classement WTA en double, un cumul inédit. La saison 2003 sera aussi celle du début de la domination de Justine Henin dans les grands tournois. Tout débute à Roland Garros lorsque Henin remporte la coupe Suzanne Lenglen au nez et à la barbe de Clijsters. C'est le début d'une série d'affrontements historiques en Grand Chelem.

Après une nouvelle finale perdue face à Justine Henin, à l'Australian Open cette fois, Kim se blesse au poignet à Indian Wells. Ses ennuis physiques l'éloigneront des courts durant près d'un an. Revenue sur la pointe des pieds début 2005, après avoir fait l'impasse sur l'Open d'Australie, elle remporte coup sur coup Indian Wells et Miami. La suite de sa saison est loin d'être brillante, jusqu'à l'US Open Series qu'elle remporte. Gagnante à Standford, LA et Toronto, elle conclut par une première victoire en Grand Chelem à l'US Open. Elle retrouve le deuxième rang mondial après être retombée au-delà de la 130e place.

Malgré des blessures encourues dès le début de l'année 2006, elle réussit à atteindre les demi-finales de l'Australian Open. Elle retrouve le rang de numéro 1 durant sept semaines. Elle se retrouve dans le dernier carré à Roland Garros et à Wimbledon, mais Justine Henin se trouve, par deux fois, sur son chemin. Elle se blesse en vue de l'US Open.

Elle reprend le chemin des courts en 2007 et remporte Sydney. Quelques mois plus tard, elle annonce avoir avancé la date de sa retraite. Celle-ci prendra effet début mai.

Deuxième carrière


Après deux ans d'arrêt, la Limbourgeoise revient à la compétition fin août 2009. La tournée américaine l'attend. Après de bons résultats, elle s'attaque à son tournoi fétiche : l'US Open. Titulaire d'une wild-card, elle remporte le tournoi. Elle devient par la même occasion la première joueuse invitée à remporter un Grand-Chelem. Un exploit qualifié d'"historique" par la planète tennis.

Elle démarre mal la saison de la confirmation. Elle ne montre plus grand-chose sur le court jusqu'à sa victoire au Master de Miami. Elle se blesse ensuite et manque Roland Garros. Après un triste Wimbledon, elle se reprend à l'US Open Series qu'elle finit en beauté par un troisième titre à Flushing Meadows. Elle finira sa saison par une nouvelle victoire au Masters.

Tête de série numéro 3, elle remporte pour la première fois l'Australian Open en 2011. Quelques semaines plus tard, elle retrouve la place de numéro 1 à la WTA. Mais ses vieux démons la rattrapent et elle se blesse au printemps. Mal préparée, elle échoue au second tour de Roland Garros. Elle fait ensuite l'impasse sur Wimbledon car sa cheville n'est pas remise en état. Elle annule également sa participation à l'US Open à cause d'une déchirure aux abdominaux.

Trop souvent blessée

Après une belle demi-finale à l'Australian Open cette année, elle enchaîne les blessures. Kim fait l'impasse sur Roland Garros et revient à Wimbledon, mais elle se plaint encore des abdominaux. Les Jeux Olympiques de Londres ne seront pas à pointer sous le signe de la réussite.

Elle a achevé sa carrière ce mercredi, chez elle, à l'US Open. Kim a été éliminée par Laura Robson dès le second tour.

Elle fera ses adieux au public belge au tournoi d'exhibition d'Anvers le 12 décembre.

RVP (stg.), Sportfootmagazine.be

Après ses années chez les juniores, Kim Clijsters pointe le bout de son nez sur le circuit WTA. Nous sommes en 1999 et la Limbourgeoise occupe la 400e place au classement mondial. Dans la foulée d'un bon début de saison qui la voit monter au 195e rang, elle parvient à se qualifier pour le tableau final de Wimbledon. Elle a tout juste 16 ans lorsqu'elle parvient à atteindre les huitièmes de finale du tournoi londonien. Elle sera finalement éliminée par son idole, Steffi Graf, lors du dernier Wimbledon de la championne. L'année 1999 se conclut en beauté pour Kim. Elle atteint le troisième tour de l'US Open (battue par la future gagnante : Serena Williams) et remporte son premier tournoi à Luxembourg. Elle termine la saison à la 47e place. La Belge poursuit sur la même lancée en 2000. Elle s'impose à Hobart et Leipzig. Devenue 18e joueuse à la WTA, elle confirme les espoirs placés en elle. 2001 sera l'année de la révélation. Encore discrète jusque-là, Clijsters ne peut plus cacher son talent et ses ambitions. Après une finale à Indian Wells, elle réalise l'exploit d'atteindre le dernier stade de Roland-Garros. Battue par Jennifer Capriati, sa finale lui permet d'entrer dans le Top 10 (n° 7). La même année, elle atteint les quarts à Wimbledon et à l'US Open. Elle remporte également trois tournois (Stanford, Leipzig et Luxembourg) ainsi que la Fed Cup. Elle devient la première joueuse belge à accrocher une place parmi les cinq meilleures mondiales. Numéro 1 mondiale en 2003, l'US Open en 2005 En début de saison, la campagne australienne lui réussit bien. Pourtant, le reste de son année 2002 sera mitigé, malgré trois titres dont le Masters. Par contre, la saison suivante est synonyme de réussite. Elle remporte de nombreux tournois (9), dont Sydney, Rome, Los Angeles et le Masters. Elle devient la première joueuse à atteindre la place de numéro 1 mondiale sans victoire en Grand Chelem. Elle truste également le sommet du classement WTA en double, un cumul inédit. La saison 2003 sera aussi celle du début de la domination de Justine Henin dans les grands tournois. Tout débute à Roland Garros lorsque Henin remporte la coupe Suzanne Lenglen au nez et à la barbe de Clijsters. C'est le début d'une série d'affrontements historiques en Grand Chelem. Après une nouvelle finale perdue face à Justine Henin, à l'Australian Open cette fois, Kim se blesse au poignet à Indian Wells. Ses ennuis physiques l'éloigneront des courts durant près d'un an. Revenue sur la pointe des pieds début 2005, après avoir fait l'impasse sur l'Open d'Australie, elle remporte coup sur coup Indian Wells et Miami. La suite de sa saison est loin d'être brillante, jusqu'à l'US Open Series qu'elle remporte. Gagnante à Standford, LA et Toronto, elle conclut par une première victoire en Grand Chelem à l'US Open. Elle retrouve le deuxième rang mondial après être retombée au-delà de la 130e place. Malgré des blessures encourues dès le début de l'année 2006, elle réussit à atteindre les demi-finales de l'Australian Open. Elle retrouve le rang de numéro 1 durant sept semaines. Elle se retrouve dans le dernier carré à Roland Garros et à Wimbledon, mais Justine Henin se trouve, par deux fois, sur son chemin. Elle se blesse en vue de l'US Open. Elle reprend le chemin des courts en 2007 et remporte Sydney. Quelques mois plus tard, elle annonce avoir avancé la date de sa retraite. Celle-ci prendra effet début mai. Deuxième carrière Après deux ans d'arrêt, la Limbourgeoise revient à la compétition fin août 2009. La tournée américaine l'attend. Après de bons résultats, elle s'attaque à son tournoi fétiche : l'US Open. Titulaire d'une wild-card, elle remporte le tournoi. Elle devient par la même occasion la première joueuse invitée à remporter un Grand-Chelem. Un exploit qualifié d'"historique" par la planète tennis. Elle démarre mal la saison de la confirmation. Elle ne montre plus grand-chose sur le court jusqu'à sa victoire au Master de Miami. Elle se blesse ensuite et manque Roland Garros. Après un triste Wimbledon, elle se reprend à l'US Open Series qu'elle finit en beauté par un troisième titre à Flushing Meadows. Elle finira sa saison par une nouvelle victoire au Masters. Tête de série numéro 3, elle remporte pour la première fois l'Australian Open en 2011. Quelques semaines plus tard, elle retrouve la place de numéro 1 à la WTA. Mais ses vieux démons la rattrapent et elle se blesse au printemps. Mal préparée, elle échoue au second tour de Roland Garros. Elle fait ensuite l'impasse sur Wimbledon car sa cheville n'est pas remise en état. Elle annule également sa participation à l'US Open à cause d'une déchirure aux abdominaux. Trop souvent blesséeAprès une belle demi-finale à l'Australian Open cette année, elle enchaîne les blessures. Kim fait l'impasse sur Roland Garros et revient à Wimbledon, mais elle se plaint encore des abdominaux. Les Jeux Olympiques de Londres ne seront pas à pointer sous le signe de la réussite. Elle a achevé sa carrière ce mercredi, chez elle, à l'US Open. Kim a été éliminée par Laura Robson dès le second tour. Elle fera ses adieux au public belge au tournoi d'exhibition d'Anvers le 12 décembre. RVP (stg.), Sportfootmagazine.be