"Merci beaucoup d'avoir assisté à mon dernier match et de m'avoir encouragé durant toute ma carrière", a commenté Juan Carlos Ferrero, très ému, à l'issue de sa défaite face à Almagro (7-5, 6-3). Ferrero (désormais 161e mondial) avait annoncé à la mi-septembre à l'occasion de la demi-finale de Coupe Davis entre l'Espagne et les Etats-Unis qu'il prendrait sa retraite après le tournoi de Valence. Originaire de la région de Valence, où il a donc pris sa retraite mardi, il a également joué un rôle important dans la saga espagnole de la Coupe Davis. "El Mosquito", comme on le surnommait, a fait partie de la première équipe d'Espagne à remporter l'épreuve, en 2000, contre l'Australie en finale. Un exploit répété en 2004 face aux Etats-Unis, Ferrero ayant aussi pris part à l'épopée victorieuse de l'Espagne en 2009, même s'il n'a pas participé à la finale contre les Tchèques. (JACQUES DEMARTHON)

"Merci beaucoup d'avoir assisté à mon dernier match et de m'avoir encouragé durant toute ma carrière", a commenté Juan Carlos Ferrero, très ému, à l'issue de sa défaite face à Almagro (7-5, 6-3). Ferrero (désormais 161e mondial) avait annoncé à la mi-septembre à l'occasion de la demi-finale de Coupe Davis entre l'Espagne et les Etats-Unis qu'il prendrait sa retraite après le tournoi de Valence. Originaire de la région de Valence, où il a donc pris sa retraite mardi, il a également joué un rôle important dans la saga espagnole de la Coupe Davis. "El Mosquito", comme on le surnommait, a fait partie de la première équipe d'Espagne à remporter l'épreuve, en 2000, contre l'Australie en finale. Un exploit répété en 2004 face aux Etats-Unis, Ferrero ayant aussi pris part à l'épopée victorieuse de l'Espagne en 2009, même s'il n'a pas participé à la finale contre les Tchèques. (JACQUES DEMARTHON)