Jorge Gonzalez est né au Salvador en 1958 dans une famille pauvre. C'est à l'âge de 17 ans qu'il débute sa carrière dans le club de l'Administration Nationale des Télécommunications (ANTEL). Pétri de qualités, le jeune Jorge est repéré par des clubs de division 1, il est alors transféré au club du FAS (Fútbolistas Asociados Santaneco) en 1977. C'est cette année là, que les médias commencent à le surnommer "Le magicien".

Joueur hors normes, El Magico qualifie l'équipe nationale du Salvador pour le Mondial 82 en Espagne. Même si l'équipe subit la plus grosse défaite lors d'une Coupe du Monde (10 - 1 contre la Hongrie, record toujours d'actualité) et perd ses deux autres rencontres contre la Belgique et l'Argentine. Jorge Gonzalez a été brillant. A tel point que les clubs de l'Atlético Madrid et de Cadiz s'intéressent à lui. C'est dans ce dernier club que le Salvadorien signe en automne 82. Rapidement adopté par les supporters, il obtient son surnom définitif de "El Magico" (le magicien en espagnol).

Jorge Gonzalez aurait pu signer à Barcelone lors de l'été 84. Même Maradona a fait le forcing auprès de ses dirigeants. Mais ces derniers ont refusé suite à l'indiscipline du joueur. Il était le Ronaldinho de l'époque. Cette indiscipline a poussé ses propres dirigeants à s'en séparer. Après un passage de quelques mois à Valladolid, Gonzalez est de retour à Cadiz jusqu'en 1991. Il est alors retourné au FAS où il a joué jusqu'en 2000.

El Magico a joué 48 fois sous la bannière nationale, mais cela a suffi pour que les autorités lui remettent la plus haute distinction du pays en 2003, le Hijo Meritísimo.
Même le stade national porte son empreinte puisque celui-ci a été renommé le Estadio Nacional Jorge "Mágico" González.

Voici une compilation des actions d' "El Magico" :

Pierre Vandevelde (stg)

Jorge Gonzalez est né au Salvador en 1958 dans une famille pauvre. C'est à l'âge de 17 ans qu'il débute sa carrière dans le club de l'Administration Nationale des Télécommunications (ANTEL). Pétri de qualités, le jeune Jorge est repéré par des clubs de division 1, il est alors transféré au club du FAS (Fútbolistas Asociados Santaneco) en 1977. C'est cette année là, que les médias commencent à le surnommer "Le magicien". Joueur hors normes, El Magico qualifie l'équipe nationale du Salvador pour le Mondial 82 en Espagne. Même si l'équipe subit la plus grosse défaite lors d'une Coupe du Monde (10 - 1 contre la Hongrie, record toujours d'actualité) et perd ses deux autres rencontres contre la Belgique et l'Argentine. Jorge Gonzalez a été brillant. A tel point que les clubs de l'Atlético Madrid et de Cadiz s'intéressent à lui. C'est dans ce dernier club que le Salvadorien signe en automne 82. Rapidement adopté par les supporters, il obtient son surnom définitif de "El Magico" (le magicien en espagnol). Jorge Gonzalez aurait pu signer à Barcelone lors de l'été 84. Même Maradona a fait le forcing auprès de ses dirigeants. Mais ces derniers ont refusé suite à l'indiscipline du joueur. Il était le Ronaldinho de l'époque. Cette indiscipline a poussé ses propres dirigeants à s'en séparer. Après un passage de quelques mois à Valladolid, Gonzalez est de retour à Cadiz jusqu'en 1991. Il est alors retourné au FAS où il a joué jusqu'en 2000. El Magico a joué 48 fois sous la bannière nationale, mais cela a suffi pour que les autorités lui remettent la plus haute distinction du pays en 2003, le Hijo Meritísimo. Même le stade national porte son empreinte puisque celui-ci a été renommé le Estadio Nacional Jorge "Mágico" González. Voici une compilation des actions d' "El Magico" : Pierre Vandevelde (stg)