Le Comité international olympique (CIO) envisage plusieurs scénarios concernant les Jeux olympiques de Tokyo 2020 en pleine pandémie de coronavirus, dont un report de l'événement, et se donne quatre semaines pour étudier les divers scénarios, a-t-on appris dimanche. Il n'est par contre pas question d'une annulation des Jeux.

Le CIO fait face depuis quelques jours à de fortes pressions, de la part de fédérations et de sportifs inquiets du risque sanitaire, visant à reporter les Jeux Olympiques (24 juillet-9 août) et Paralympiques (25 août - 6 septembre) alors que la pandémie de coronavirus progresse. Le Comité exécutif du CIO a tenu une réunion extraordinaire, par visioconférence, dimanche pour discuter de la manière dont les Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo devraient se dérouler.

Dimanche soir, le CIO a publié un communiqué dans lequel il dit envisager plusieurs scénarios, allant du maintien des Jeux aux dates prévues à un report du plus grand événement sportif au monde. L'instance olympique a par contre écarté l'idée d'une annulation des JO. Le CIO se donne maintenant quatre semaines pour étudier les différents scénarios.

"Nous avons entamé des discussions avec tous les partenaires pour dresser un état des lieux du développement rapide de la situation sanitaire et de son impact sur les Jeux Olympiques, comprenant un scénario de de report (des JO, ndlr)", a écrit Thomas Bach, président du CIO, dans une lettre aux sportifs. "Nous sommes confiants dans le fait que nous aurons finalisé ces discussions dans les quatre prochaines semaines".

Mardi, le CIO avait estimé qu'il était prématuré de prendre une décision sur un éventuel report des Jeux à quatre mois de l'événement. Mais la pression extérieure s'est accentuée ces derniers jours et plusieurs fédérations puissantes, comme celles de natation et d'athlétisme aux Etats-Unis, ont déjà exprimé leur désir de report.

Une large majorité des athlètes américains consultés en faveur du report des JO

Presque trois quarts des 300 athlètes américains ayant participé à une séance de consultation avec des responsables de leur comité olympique (USOPC) souhaitent que les Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo prévus cet été (24 juillet-9 août) soient reportés, rapporte dimanche USA Today.

Cette consultation à distance a été organisée samedi, après que les puissantes fédérations d'athlétisme et de natation, pourvoyeuses du plus grand nombre de sportifs américains au Japon, ont demandé à leur instance olympique de plaider auprès du Comité international olympique (CIO) en faveur d'un report des Jeux. En tout, 70% des athlètes consultés par l'USOPC se sont dits favorables à un report des Jeux à une date ultérieure. Plus incertains, 23% ont dit que tout dépendait des conséquences d'une telle décision, selon les détails de la consultation transmis au journal par un membre du comité consultatif des athlètes. Interrogés sur la possibilité de maintenir des Jeux olympiques de Tokyo aux dates prévues (24 juillet-9 août), 34% ont répondu que la question était compliquée et qu'il leur fallait davantage d'informations. L'USOPC, par la voix de sa présidente Susanne Lyons, s'est ainsi rangé vendredi derrière le CIO, en estimant qu'il fallait encore du temps avant de prendre une décision quant à la tenue ou non des JO cet été.

Au cours de cette consultation de deux heures, il a également été demandé aux athlètes quand une décision devait être prise. Un tiers des athlètes a estimé que le choix devait se faire dès que le CIO disposerait de suffisamment d'informations. Près d'un quart souhaite qu'une décision soit prise au plus tard le 15 avril, 18% la veulent dès à présent. Parmi les sportifs consultés par l'USOPC, Nathan Adrian, quintuple champion olympique en natation (relais), a dit qu'il ne voulait pas concourir dans les conditions actuelles. "J'aurais de réelles objections morales à participer à la compétition, si la situation était la même qu'aujourd'hui", a-t-il déclaré vendredi à USA Today. L'athlète Gwen Berry, spécialiste du lancer de marteau, a estimé que "le CIO est vraiment, vraiment égoïste en essayant de pousser" pour que les Jeux aient lieu cet été.

Le Comité international olympique (CIO) envisage plusieurs scénarios concernant les Jeux olympiques de Tokyo 2020 en pleine pandémie de coronavirus, dont un report de l'événement, et se donne quatre semaines pour étudier les divers scénarios, a-t-on appris dimanche. Il n'est par contre pas question d'une annulation des Jeux.Le CIO fait face depuis quelques jours à de fortes pressions, de la part de fédérations et de sportifs inquiets du risque sanitaire, visant à reporter les Jeux Olympiques (24 juillet-9 août) et Paralympiques (25 août - 6 septembre) alors que la pandémie de coronavirus progresse. Le Comité exécutif du CIO a tenu une réunion extraordinaire, par visioconférence, dimanche pour discuter de la manière dont les Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo devraient se dérouler. Dimanche soir, le CIO a publié un communiqué dans lequel il dit envisager plusieurs scénarios, allant du maintien des Jeux aux dates prévues à un report du plus grand événement sportif au monde. L'instance olympique a par contre écarté l'idée d'une annulation des JO. Le CIO se donne maintenant quatre semaines pour étudier les différents scénarios. "Nous avons entamé des discussions avec tous les partenaires pour dresser un état des lieux du développement rapide de la situation sanitaire et de son impact sur les Jeux Olympiques, comprenant un scénario de de report (des JO, ndlr)", a écrit Thomas Bach, président du CIO, dans une lettre aux sportifs. "Nous sommes confiants dans le fait que nous aurons finalisé ces discussions dans les quatre prochaines semaines". Mardi, le CIO avait estimé qu'il était prématuré de prendre une décision sur un éventuel report des Jeux à quatre mois de l'événement. Mais la pression extérieure s'est accentuée ces derniers jours et plusieurs fédérations puissantes, comme celles de natation et d'athlétisme aux Etats-Unis, ont déjà exprimé leur désir de report. Presque trois quarts des 300 athlètes américains ayant participé à une séance de consultation avec des responsables de leur comité olympique (USOPC) souhaitent que les Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo prévus cet été (24 juillet-9 août) soient reportés, rapporte dimanche USA Today.Cette consultation à distance a été organisée samedi, après que les puissantes fédérations d'athlétisme et de natation, pourvoyeuses du plus grand nombre de sportifs américains au Japon, ont demandé à leur instance olympique de plaider auprès du Comité international olympique (CIO) en faveur d'un report des Jeux. En tout, 70% des athlètes consultés par l'USOPC se sont dits favorables à un report des Jeux à une date ultérieure. Plus incertains, 23% ont dit que tout dépendait des conséquences d'une telle décision, selon les détails de la consultation transmis au journal par un membre du comité consultatif des athlètes. Interrogés sur la possibilité de maintenir des Jeux olympiques de Tokyo aux dates prévues (24 juillet-9 août), 34% ont répondu que la question était compliquée et qu'il leur fallait davantage d'informations. L'USOPC, par la voix de sa présidente Susanne Lyons, s'est ainsi rangé vendredi derrière le CIO, en estimant qu'il fallait encore du temps avant de prendre une décision quant à la tenue ou non des JO cet été.Au cours de cette consultation de deux heures, il a également été demandé aux athlètes quand une décision devait être prise. Un tiers des athlètes a estimé que le choix devait se faire dès que le CIO disposerait de suffisamment d'informations. Près d'un quart souhaite qu'une décision soit prise au plus tard le 15 avril, 18% la veulent dès à présent. Parmi les sportifs consultés par l'USOPC, Nathan Adrian, quintuple champion olympique en natation (relais), a dit qu'il ne voulait pas concourir dans les conditions actuelles. "J'aurais de réelles objections morales à participer à la compétition, si la situation était la même qu'aujourd'hui", a-t-il déclaré vendredi à USA Today. L'athlète Gwen Berry, spécialiste du lancer de marteau, a estimé que "le CIO est vraiment, vraiment égoïste en essayant de pousser" pour que les Jeux aient lieu cet été.